Cyclisme: Philippe Gilbert ne participera pas au Tour de France

©News
©News

Y aurait-il un malaise entre Deceuninck et Philippe Gilbert, vainqueur, entre autres, du Tour des Flandres et de Paris-Roubaix pour le team qu’il a rejoint en 2017 ? Ce mercredi, la première équipe du classement mondial confirmera en tout cas, deux heures avant le départ de la semi-classique Halle-Ingooigem, l’absence du Wallon au Tour 2019, rendez-vous pour lequel il se prépare depuis l’hiver dernier.

L’information, qui a fuité dans le journal L’Equipe au vif agacement du manager Patrick Lefevere, et qui a été confirmée au Soir, s’appuie sur des événements que la direction sportive de Deceuninck commentera ce mercredi. Compte tenu de la forme de chacun (Viviani, Morkov, Lampaert, Asgreen, Mas en Suisse), des souhaits des autres (Viviani veut un lanceur comme Sabatini, Alaphilippe un équipier fidèle comme Devenyns, alors que Stybar vient de prolonger), sans parler de celle de Gilbert étincelant au Dauphiné et motivé comme jamais, il fallait faire des choix.

Les comptes sont vite faits, huit coureurs, c’est peu, mais dans tous les cas, dès l’hiver, il était hors de question de se passer de Philippe Gilbert, icône du cyclisme international et porte-drapeau de Deceuninck à travers le monde, a fortiori lors d’un départ à Bruxelles. Et vainqueur d’un Paris-Roubaix inoubliable.

« Vieux » serviteur

Le silence choisi par toutes les parties pourrait aussi s’expliquer par une divergence de points de vue par rapport à l’avenir de Gilbert chez Deceuninck. Lefevere n’a jamais proposé deux ans de contrat à un « vieux » serviteur, comme ce fut le cas avec Museeuw, Bettini, ou plus récemment Boonen. Depuis fin avril, le Liégeois n’a jamais eu de nouvelles à cet égard, alors que, entre-temps, Alaphilippe, Devenyns ou Stybar ont prolongé.

Mais jamais le Flandrien n’a écarté d’une sélection pour le Tour un coureur de la dimension de Gilbert, sous prétexte qu’il « aurait » signé ailleurs ou qu’il n’aurait plus voulu de ses services. Un exemple marquant fut celui de Kittel qui avait choisi Katusha avant de remporter cinq étapes sous le maillot de Quick Step. Gilbert est premier « réserviste » dans la sélection pour le Tour. Autant écrire qu’il n’en prendra pas le départ, au grand dam, en premier, d’Eddy Merckx.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Elaborer des vaccins et des traitements prend du temps. Dans l’urgence, les chercheurs testent des molécules efficaces contre d’autres virus.

    Comment un laboratoire belge traque le coronavirus

  2. Kim en balade, samedi matin, sur la plage du célèbre Burj Al Arab, l’hôtel aux... 7 étoiles. @News

    Tous les regards sur Kim Clijsters à Dubaï

  3. Tristan Moreau et Nathalie Van Tongelen, au coeur du nouveau spectacle, «
Studio 100 part en live
». © Mathieu Golinvaux

    Studio 100 sort de l’écran pour un nouveau show musical

La chronique
  • Lettre ouverte au Roi: le temps est venu d’être créatif

    Saisissant la perche tendue récemment par David Van Reybrouck, je prends la plume. Le Roi et moi, nous avons un intérêt commun dans le dénouement de la crise politique actuelle. Que serait un Roi sans son royaume ? Que serait une constitutionnaliste sans sa Constitution ? En cas d’éclatement du pays, que deviendront le Roi, sa famille, ses palais et ses yachts ? En tant que constitutionnaliste, que ferai-je de ce know-how constitutionnel local inédit sur BHV, les matières personnalisables et l’autonomie constitutive ? Pas de doute : les constitutionnalistes belges et la famille royale feront le désespoir des bureaux de placement professionnel. De manière à la fois intéressée et désintéressée, je glisse donc au Roi quelques petites recettes.

    Ceci n’est pas une pipe...

    Lire la suite

  • Négociations fédérales: un conseil d’ami, n’essayez plus N-VA et PS

    Mais franchement, qui est surpris ? Koen Geens était bien culotté ce vendredi soir de rejeter la responsabilité de l’échec de sa mission sur Paul Magnette et le PS. Il fallait être Hibernatus ou moine ces derniers mois pour ne pas avoir compris que le PS ne monterait pas dans un gouvernement avec la N-VA. Certains observateurs s’en gaussaient vendredi matin : il n’y avait dans l’interview de Paul Magnette au Soir qu’une confirmation du « jamais avec la N-VA » tant de fois prononcé....

    Lire la suite