Coalition en Wallonie: PS et Ecolo recevront 100 ambassadeurs de la société civile

Après plusieurs jours de contacts discrets, Ecolo et le PS débuteront ce jeudi les consultations avec la société civile. Les contacts se dérouleront au parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles jeudi, puis au parlement de Wallonie ce vendredi. L’ambition sera de «débattre des lignes directrices sur base desquelles se construiront les futures déclarations de politique gouvernementale et sociétale».

Une centaine d’acteurs de la société civile seront reçus par les deux formations politiques. «Ces lignes directrices ne constituent pas à ce stade un projet d’accord de gouvernement finalisé, mais une ébauche des priorités gouvernementales pour les cinq années à venir. Les deux formations souhaitent les enrichir des apports de la société civile et des échanges qu’elles pourront nouer avec ses acteurs», lit-on dans un communiqué publié par Ecolo.

Plus tard, les lignes directrices rédigées par PS et Ecolo mais nourries dès lors par les contributions de la société civile seront soumises à chacun des 75 députés du parlement wallon et des 89 élus de la Fédération qui devraient déterminer sur cette base s’ils peuvent soutenir des gouvernements. Ces gouvernements seraient dès lors minoritaires, sans doute ouverts à la société civile, et peut-être soutenus de l’extérieur. C’est en tout cas l’espoir des socialistes et des écologistes.

Mais dans Le Soir, les députés du CDH, principale cible du PS et Ecolo, ne semblent absolument pas déterminés à faire l’appoint pour que le gouvernement PS-Ecolo puisse s’installer. D’ailleurs, dit par exemple André Antoine, «il n’y aura pas de décision individuelle sur la note présentée par le PS et Ecolo, mais une décision collective.»

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ©AFP

    Nafissatou Thiam au «Soir»: «L’athlète parfait n’existe pas»

  2. Jean Faniel, docteur en sciences politiques, est directeur général du CRISP.

    Une guéguerre entre constitutionnalistes comme entre politiques?

  3. A la veille du G7 qui se tiendra à Biarritz, le président français à reçu son homologue russe au fort de Brégançon. La Russie étant exclue du G7 en raison de la crise urkrainienne.

    G7: Emmanuel Macron veut réinventer «cette Europe qui va de Lisbonne à Vladivostok»

Chroniques
  • Lettre d’Europe: le «Vieux Monde» a encore son mot à dire, non?

    L’Union européenne est à cran. Elle émerge à peine de dix ans de crise et de croissance larvée et fait face à un ralentissement économique. Les Européens regardent, médusés, le bras de fer commercial entre Washington et Pékin – et le chaud et froid que souffle l’hôte de la Maison-Blanche. Voilà qui ne fait pas notre affaire. Logique. Tout ce qui peut entraver la croissance du commerce international est perçu, de ce côté-ci de l’Atlantique, comme une (autre) menace quasi-existentielle, qui s’ajoute à la perspective d’un Brexit sans accord et d’élections anticipées en Italie, qui pourraient donner les « pleins pouvoirs » à la Ligue et à son patron Matteo Salvini.

    On aime d’autant plus détester M. Trump qu’il n’a guère d’égards pour ses « alliés » européens. Il laisse toujours planer la menace de droits de douane sur les voitures allemandes et a prévenu que l’assouplissement de la politique monétaire européenne,...

    Lire la suite

  • Au Pukkelpop, le drapeau qui met le feu. Dangereux...

    Suite à la proposition faite par la N-VA au prochain gouvernement flamand d’établir un « canon » de l’identité flamande, des historiens du nord du pays ont dénoncé une mauvaise manière d’enseigner l’histoire. Il faudrait plutôt, affirmaient-ils, expliquer aux jeunes que l’histoire est une construction qui est déterminée par les questions que l’on pose au passé. Ce serait encore mieux si ces questions étaient posées par les élèves....

    Lire la suite