La police belge se rend en Australie pour aider à retrouver Théo Hayez

Théo Hayez (18 ans) a disparu il y a un peu moins de quatre semaines.
Théo Hayez (18 ans) a disparu il y a un peu moins de quatre semaines. - Belga

La police de Nouvelle-Galles du Sud a déclaré à plusieurs médias australiens qu’elle recevait le soutien d’enquêteurs belges après un peu moins de quatre semaines de recherches. Une information qui a été confirmée par la police fédérale au Laatste Nieuws. Il s’agirait d’une équipe de trois personnes.

« Il s’agirait de deux personnes du service de recherche tactique de la zone de police Hal-Vilvorde qui ont suivi l’investigation jusqu’ici dans notre pays et une personne de la cellule des personnes disparues » a expliqué Sarah Frederickx, porte-parole de la police fédérale au Laaste Nieuws. « La date de leur départ n’est pas encore précisée. Ils partiront demain ou début de la semaine prochaine. Leur fonction sera une fonction de soutien. Ils assisteront sur place les enquêteurs locaux. » La durée de la mission est, « pour l’instant », fixée à une dizaine de jours.

► Un ami revient sur la soirée qu’ils ont passée la veille de sa disparition

Théo Hayez, 18 ans, a été vu pour la dernière fois dans un bar de Byron Bay, une station balnéaire très prisée sur la côte de Nouvelle-Galles du Sud, dans la soirée du vendredi 31 mai.

La police de Nouvelles-Galles du Sud a interrompu ses recherches physiques du jeune homme mais poursuit son enquête pour retrouver la trace du jeune Belge.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Ici, les motifs se supposés signifier à quel genre appartient le requin.

    Comment des requins arrivent à devenir vert fluo

  2. Capture

    Sortie du tome 6 de la saga «Millénium»: le retour gagnant de Lisbeth Salander

  3. Les textes de Jean-Jacques Goldman parlent le langage du cœur et de la simplicité, de la vie de tout un chacun, de l’histoire comme de la migration, avec le plus beau des humanismes.

    Jean-Jacques Goldman ne marche plus seul: il est enfin disponible en streaming

La chronique
  • Vous avez de ces mots: La parlure des {ceux de chez nous}

    Entre wallon et français

    Le précédent billet de cette chronique vous a rappelé pourquoi les œuvres d’Arthur Masson, qui comportent du français et du wallon, ne peuvent pas être considérées comme un langage mixte. L’auteur distingue soigneusement les deux langues, en les faisant alterner selon les personnages ou les circonstances du récit. Il nous faut donc chercher ailleurs l’équivalent du bruxellois « beulemans », dans lequel français et flamand sont parfois imbriqués au sein d’une même phrase ou d’une même expression.

    Cet équivalent existe, mais il n’est plus guère connu aujourd’hui que de quelques spécialistes des productions régionales et d’un lectorat moins jeune encore que celui qui a apprécié la Toinade d’Arthur Masson. Il s’agit d’une littérature essentiellement liégeoise de par l’origine des auteurs et le décor des romans ou nouvelles. Elle est écrite dans une langue dont la base est incontestablement...

    Lire la suite

  • Commissaire européen: la Belgique atteint des sommets de désinvolture

    Vous pensiez former un gouvernement ? Travailler pour une ONG ou faire des chroniques sur une chaîne d’info en continu ? Pas grave, postulez comme commissaire européen. Pour être désigné, vous devrez attendre que le Stratego politique désigne l’heureux(se) élu(e).

    Désormais, quand la Belgique désigne son candidat commissaire, elle ne propose pas de vision à la nouvelle présidente de la Commission, elle n’a pas de visée sur le poste via lequel elle voudrait influencer la politique de «...

    Lire la suite