BioMarin doit continuer de livrer le médicament Vimizin à la petite fille de 5 ans malade

BioMarin doit continuer de livrer le médicament Vimizin à la petite fille de 5 ans malade
D.R.

L’entreprise pharmaceutique BioMarin doit continuer de livrer le médicament Vimizin à Valentina, une petite fille de 5 ans souffrant du syndrome de Morquio, une maladie rare, a décidé mercredi le juge des référés de Bruxelles.

BioMarin distribuait gratuitement le médicament à la fillette depuis mars 2018, mais avait renoncé à ce geste en février dernier. Selon ses avocats, la firme estimait qu’elle n’était plus obligée de délivrer gratuitement le médicament étant donné qu’il était disponible sur le marché belge, mais le tribunal en a décidé autrement et a assorti son jugement d’une astreinte de 10.000 euros par semaine.

La firme négociait déjà depuis des années avec les autorités pour obtenir le remboursement du médicament mais n’était pas prête à en faire baisser le prix à un niveau acceptable. Les experts en médicaments parlent d’un prix demandé jusqu’à cinq fois supérieur à la valeur estimée. Le délai pour parvenir à un accord avait entre-temps été dépassé et la firme avait fait savoir qu’elle arrêterait le traitement gratuit de Valentina à partir du 1er février. Il est important de préciser que le traitement dure à vie.

L’affaire a ensuite été placée entre les mains du juge des référés de Bruxelles. Le tribunal a estimé que Biomarin, ne pouvait pas soudainement et de façon unilatérale, se soustraire à son engagement, «d’autant plus que Valentina se trouve dans un état d’urgence médicale». Et qu’il n’y a l’heure actuelle pas d’alternative à son traitement.

Le syndrome de Morquio

Le syndrome de Morquio est une maladie héréditaire rare qui entraîne des malformations sévères du squelette et un nanisme. Le risque de développer des problèmes pulmonaires et cardiaques est plus important; mais avec une prise en charge optimale, on peut viser une espérance de vie au-delà de 50 ans. Il y a quelques années, BioMarin a mis au point le médicament Vimizin, qui ne guérit pas la maladie, mais freine son développement. Le médicament a entretemps obtenu une autorisation de mise sur le marché en Belgique et un prix maximum a été fixé.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Des manifestations de jeunes et de représentants de peuples menacés ont émaillé les dernières heures officielles de la COP de Madrid.

    COP25: une nuit pour conclure un accord au forceps

  2. Charles Michel en conversation avec le Premier portugais, Antonio Costa. Curieusement, ce dernier s’en est pris au travail de son propre ministre des Finances.

    Budget de la zone euro: Charles Michel reprend la main

  3. Plus de 2.000 personnes du secteur culturel flamand s’étaient rassemblées au Beursschouwburg à Bruxelles pour dénoncer les mesures prises par le gouvernement Jambon.

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite

  • Les «confédéralistes» ont leur modèle. Et les autres?

    Il y a quelques années, lorsque la N-VA sortait son séparatisme ou sa version cosmétique, le confédéralisme, la réplique fusait : « Et vous allez faire quoi de la dette ? Et vous allez faire quoi de Bruxelles ? » Avec zéro réponse, ce qui rassurait les opposants : les nationalistes avaient montré leurs dents, mais n’avaient pas de quoi mordre.

    Mais voilà, à la N-VA, on ne laisse aucun terrain stratégique en jachère. Dans ce parti, on sait que pour convaincre, il faut...

    Lire la suite