BioMarin doit continuer de livrer le médicament Vimizin à la petite fille de 5 ans malade

BioMarin doit continuer de livrer le médicament Vimizin à la petite fille de 5 ans malade
D.R.

L’entreprise pharmaceutique BioMarin doit continuer de livrer le médicament Vimizin à Valentina, une petite fille de 5 ans souffrant du syndrome de Morquio, une maladie rare, a décidé mercredi le juge des référés de Bruxelles.

BioMarin distribuait gratuitement le médicament à la fillette depuis mars 2018, mais avait renoncé à ce geste en février dernier. Selon ses avocats, la firme estimait qu’elle n’était plus obligée de délivrer gratuitement le médicament étant donné qu’il était disponible sur le marché belge, mais le tribunal en a décidé autrement et a assorti son jugement d’une astreinte de 10.000 euros par semaine.

La firme négociait déjà depuis des années avec les autorités pour obtenir le remboursement du médicament mais n’était pas prête à en faire baisser le prix à un niveau acceptable. Les experts en médicaments parlent d’un prix demandé jusqu’à cinq fois supérieur à la valeur estimée. Le délai pour parvenir à un accord avait entre-temps été dépassé et la firme avait fait savoir qu’elle arrêterait le traitement gratuit de Valentina à partir du 1er février. Il est important de préciser que le traitement dure à vie.

L’affaire a ensuite été placée entre les mains du juge des référés de Bruxelles. Le tribunal a estimé que Biomarin, ne pouvait pas soudainement et de façon unilatérale, se soustraire à son engagement, «d’autant plus que Valentina se trouve dans un état d’urgence médicale». Et qu’il n’y a l’heure actuelle pas d’alternative à son traitement.

Le syndrome de Morquio

Le syndrome de Morquio est une maladie héréditaire rare qui entraîne des malformations sévères du squelette et un nanisme. Le risque de développer des problèmes pulmonaires et cardiaques est plus important; mais avec une prise en charge optimale, on peut viser une espérance de vie au-delà de 50 ans. Il y a quelques années, BioMarin a mis au point le médicament Vimizin, qui ne guérit pas la maladie, mais freine son développement. Le médicament a entretemps obtenu une autorisation de mise sur le marché en Belgique et un prix maximum a été fixé.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Sergio Mattarella rencontrera à nouveau les chefs de partis mardi prochain qui devront lui présenter un projet de gouvernement stable permettant d’éviter un retour aux urnes anticipées.

    Italie: un nouveau mariage bancal en perspective

  2. Le bourgmestre de Lessines est en guerre contre l’Unité wallonne du bien-être animal.

    Une saisie de chevaux à Lessines se transforme en affaire de santé publique

  3. Alaa Sheikhi, 24 ans, réfugié syrien arrivé en 2015 a été condamné à 9 ans et demi de prison. Il clame son innocence.

    Allemagne: à Chemnitz, le réfugié accusé dénonce un verdict politique

La chronique
  • Lettre d’Europe: le «Vieux Monde» a encore son mot à dire, non?

    L’Union européenne est à cran. Elle émerge à peine de dix ans de crise et de croissance larvée et fait face à un ralentissement économique. Les Européens regardent, médusés, le bras de fer commercial entre Washington et Pékin – et le chaud et froid que souffle l’hôte de la Maison-Blanche. Voilà qui ne fait pas notre affaire. Logique. Tout ce qui peut entraver la croissance du commerce international est perçu, de ce côté-ci de l’Atlantique, comme une (autre) menace quasi-existentielle, qui s’ajoute à la perspective d’un Brexit sans accord et d’élections anticipées en Italie, qui pourraient donner les « pleins pouvoirs » à la Ligue et à son patron Matteo Salvini.

    On aime d’autant plus détester M. Trump qu’il n’a guère d’égards pour ses « alliés » européens. Il laisse toujours planer la menace de droits de douane sur les voitures allemandes et a prévenu que l’assouplissement de la politique monétaire européenne,...

    Lire la suite

  • Bateaux humanitaires en Méditerranée: Kafka sur nos rivages

    La Méditerranée est à double visage. Il y a celui de cette eau bleue, avec sa puissance d’attraction lumineuse où nous avons puisé nos réserves durant ces vacances. Et puis il y a l’autre, celui de cette eau qui fait office, selon les cas, de tombeau ou de prison flottante. Aujourd’hui toujours. Car rien n’est réglé pour ces bateaux qui traversent la Méditerranée à la recherche d’un port où débarquer les hommes, femmes et enfants sauvés alors qu’ils tentent de rejoindre nos rivages européens. Les remous créés par les appels à l’aide des...

    Lire la suite