Emma Meesseman avant d’affronter la Russie à l’Euro de basket: «A nous de faire parler notre esprit d’équipe»

©Photonews
©Photonews

À la recherche de son lustre d’antan, la Russie se dresse comme le premier obstacle sur la route des Belgian Cats jeudi (17h45) à Zrenjanin en Serbie pour l’ouverture de l’Euro 2018.

« C’est une jeune équipe, mais qui compte aussi quelques joueuses d’expérience (moyenne d’âge 26 ans comme la Belgique, ndlr) », détaille Emma Meesseman, qui connaît forcément bien le basket russe pour évoluer depuis quatre saisons à Ekaterinbourg.

L’intérieure flandrienne, trois fois victorieuse de l’Euroligue, connaît aussi le coach, l’Allemand Olaf Lange qu’elle a eu à ’Ekat’. « C’est certainement un plus pour cette équipe, tactiquement il est très fort et il connaît très bien les joueuses russes. Et puis il y a Maria Vadeeva, elle est jeune, mais très forte, presque inarrêtable. Cela dit, le basket se joue à cinq contre cinq, à nous de faire parler notre esprit d’équipe », ajoute encore celle qui fut dans le cinq de base de l’Euro 2017 et de la Coupe du monde 2018.

Une équipe russe sans joueuse naturalisée

Arrivé au chevet de la Russie (9e seulement de l’Euro 2017 et privée de Coupe du monde) pour les qualifications de cet Euro 2019 après son départ d’Ekaterinbourg, Olaf Lange a aligné un six sur six dans son groupe avec la Hongrie, la Lituanie et l’Albanie et peut compter sur sa joueuse vedette Maria Vadeeva (1m90), 20 ans, l’équivalent d’Emma Meesseman dans son pays, joueuse de Koursk puis d’Ekaterinbourg cette année et pensionnaire déjà des Sparks de Los Angeles pour un deuxième été en WNBA.

Avec Raisa Musina (1m93), 21 ans, elle a réussi l’exploit de devenir championne du monde U19 en battant les États-Unis en finale en 2017. À suivre aussi la capitaine Evgeniia Belyakova ou Zhosselina Maiga, Ekaterina Fedorenkova et Anastasia Shilova qui ont gagné l’EuroCoupe FIBA avec leur club d’Orenburg. Anastasia Logunova, elle, a joué à Castors Braine durant la saison 2015-2016.

Contrairement aux autres éditions, la Russie n’aura pas de joueuse naturalisée dans ses rangs. C’était Epiphany Prince, meneuse américaine en 2017 lors de la victoire après prolongation (76-75) des Belges dans leur 2e match de poule à Prague en 2017. Jamierra Faulkner était dans la pré-sélection, mais blessée durant la saison, cette meneuse américaine aussi a rechuté lors de sa reprise en WNBA. « Ce qui peut favoriser leur cohésion », prévient Philip Mestdagh, le sélectionneur national.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20200212-3YVA7Z 2020-02-12 17:32:02

    L’Europe a un plan pour gagner la 2e manche du numérique

  2. «
Un client a une rentabilité de 0,11
% sur son épargne, 5,9
% de rendement pour nos actionnaires, cela me paraît déjà pas mal
!», estime Marc Lauwers, CEO.

    Marc Lauwers: «Argenta continuera à offrir des services non rentables»

  3. Bernard Bousmanne a sorti des réserves de la Bibliothèque nationale du Mont des Arts la pièce emblématique du futur KBR Museum
: les «
Chroniques de Hainaut
» de 1446.

    KBR, le futur musée des trésors licencieux du Siècle d’or

La chronique
  • Ecoles: que faire du cours de morale?

    C’est un enjeu dérisoire au regard de la marche du monde, mais il est révélateur des ambiguïtés de la politique belge, et plus précisément francophone.

    En vertu de l’article 24 de la Constitution, qui prolonge sur ce point le Pacte scolaire, les écoles publiques doivent offrir le choix entre l’enseignement d’une des religions reconnues et celui de la morale non confessionnelle. La création d’un cours de philosophie et citoyenneté n’a pas modifié cet état de fait : elle a seulement réduit l’horaire consacré à ces cours à une heure par semaine au lieu de deux.

    Le cours de morale non confessionnelle reste donc organisé. Or il se trouve que, au 1er septembre 2021, ses enseignants devraient détenir un « certificat en didactique du cours de morale non confessionnelle » pour exercer leur fonction. Ce certificat doit donc être mis en place, mais cela suppose de répondre au préalable à une question difficile : à quoi sert encore le cours de morale, aujourd’hui ?

    Lorsque l’on a commencé à...

    Lire la suite

  • Négociations fédérales: des acteurs qui tournent en rond dans une pièce sans portes ni fenêtres

    Le catch 22 est une situation paradoxale à laquelle un individu ne peut échapper en raison de règles ou de limitations contradictoires. Le terme a été inventé par Joseph Heller qui l’a utilisé dans son roman « 1961 Catch 22 », se référant à une règle de l’Air Force selon laquelle un pilote qui continue à mener des combats aériens sans demander d’être relevé est considéré comme fou, mais est jugé assez sain d’esprit pour continuer à voler dès lors qu’il fait cette requête. On pourrait aussi parler de solution kafkaïenne où...

    Lire la suite