Bruxelles recule dans le classement des villes les plus chères pour les expatriés

Bruxelles recule dans le classement des villes les plus chères pour les expatriés

Bruxelles a enregistré un recul dans le classement des villes mondiales les plus chères pour les expatriés, passant de la 67e à la 77e place, ressort-il mercredi de l’enquête annuelle du bureau de consultance Mercer. Au niveau mondial, Hong Kong domine le classement, notamment en raison de la vigueur du marché immobilier, devant Tokyo, Singapour, Séoul et Zurich (seule ville européenne du top 10, complété par huit villes asiatiques et New York).

L’enquête est conçue pour aider les entreprises multinationales et les gouvernements à définir les primes compensatoires pour leur personnel expatrié. Le classement, qui comprend cette année 209 villes, se base sur la comparaison en termes de coût de divers paramètres, notamment le logement, les transports, l’alimentation, les vêtements, les articles ménagers et les divertissements.

«La forte baisse de Bruxelles est principalement due à l’évolution des autres villes du classement», explique Cindy Van Loo, consultante en mobilité chez Mercer Belgique. «Malgré des hausses de prix modérées dans la plupart des métropoles européennes, les devises du vieux continent se sont affaiblies par rapport au dollar, ce qui a fait baisser le classement de la plupart des villes. D’autres facteurs comme les problèmes de sécurité récents et les inquiétudes relatives aux perspectives économiques ont affecté la région.»

Force du dollar

Concrètement, Berne arrive par exemple 12e du classement, Genève 13e, Londres 23e, Moscou 27e, Milan 45e, Paris 47e, Oslo 61e, Saint-Pétersbourg (75), Berlin 81e, Madrid 82e, Prague 97e et Varsovie 173e.

Au Moyen-Orient, Tel-Aviv (15) reste la ville la plus chère pour les expatriés, suivie de Dubaï (21e), Abu Dhabi (33e) et Riyad (35e). Le Caire (166e) est la moins chère de la région.

En Afrique, N’Djamena, même si elle quitte le top 10, reste la ville la mieux classée d’Afrique (11e). Suivent Victoria (14), avec un gain de sept places, et Kinshasa (22), qui gagne quinze places. Alors que Tunis ferme la marche (209e).

Sur le continent américain, «les villes des États-Unis ont grimpé dans le classement en raison de la force du dollar américain par rapport aux autres grandes devises, ainsi que de la baisse importante du nombre de villes dans d’autres pays», explique Mercer, qui précise que les villes canadiennes sont elles restées stables par rapport à l’an dernier.

En Amérique du Sud et Centrale, Montevideo est la ville la plus chère (70e), alors que Managua est la moins chère de la région (200e).

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. belgaimage-160500921-full

    Commentaires racistes sur les migrants de La Panne: la lutte contre la cyberhaine est-elle un combat désespéré?

  2. d-20191014-3WMQ55 2019-10-23 22:52:21

    Mithra: François Fornieri dans la tourmente

  3. Après le vote de vendredi passé au Sénat, Zakia Khattabi réfléchit à la suite à donner à sa candidature à la Cour Constitutionnelle. © Belga

    Cour Constitutionnelle: Ecolo assis entre deux chaises

La chronique
  • Coalition fédérale: le casse-tête postélectoral

    La crise politique fédérale est tellement désespérante que l’on finit par se demander comment le système est censé fonctionner. Quels principes a-t-on suivi, avant 2019, pour former un gouvernement ?

    On pourrait croire que la réponse à cette question est simple, mais ce n’est pas le cas. Un seul principe est incontesté, et encore : idéalement, le gouvernement doit disposer d’une majorité parlementaire prête à le soutenir. Mais un gouvernement minoritaire n’est pas interdit, et il existe des exemples en ce sens dans différents pays européens. En outre, la règle arithmétique de la majorité ne nous dit pas quel critère employer pour choisir les partis qui composeront la majorité d’une part et l’opposition d’autre part. Rien n’interdit même d’installer un gouvernement d’union nationale, comme en temps de guerre, composé de la quasi-totalité des partis représentés au parlement, ce qui modifie le sens de la notion de majorité.

    ...

    Lire la suite

  • Pour destituer (vraiment) Trump, il faut une arme de séduction massive

    Dans son dernier essai, Pierre Rosanvallon montre qu’on se trompe lourdement à ne voir dans le populisme qu’une réaction et une envie de dégagisme de citoyens en colère. Pour le sociologue, les populistes offrent une vision cohérente et attractive de la démocratie, de la société et de l’économie. Pour les contrer, il faut développer une offre politique et une vision de la société plus attractives que celle qu’ils proposent.

    Problème profond...

    Lire la suite