Footbelgate: l’audition de Steven Martens, ancien CEO de l’Union belge, annulée en raison du trop grand intérêt médiatique

L’ancien CEO de l’Union belge, Steven Martens.
L’ancien CEO de l’Union belge, Steven Martens. - Photo News

L’audition de Steven Martens, l’ancien CEO de l’Union belge de football, dans les bureaux de la police judiciaire fédérale du Limbourg à Hasselt a été annulée mercredi en raison d’un intérêt médiatique trop important. Mardi, l’ancien sélectionneur fédéral Georges Leekens et l’ex-manager d’Anderlecht Herman Van Holsbeeck ont été interrogés dans le cadre de l’enquête sur une fraude présumée dans le football belge. Une audition était programmée mercredi mais elle a été annulée.

Dix à douze personnes au total auraient dû être entendues mardi et mercredi par les enquêteurs limbourgeois. Certains, tels Ivan Leko, avaient fait savoir qu’ils ne pourraient venir parce qu’ils séjournent ou travaillent à l’étranger. « L’idée était de confronter les déclarations de ces personnes aux éléments du dossier. En outre, il s’agit aussi de les confronter aux déclarations de Dejan Veljkovic », expliquait mardi Eric Van der Sypt, porte-parole du parquet fédéral. Veljkovic est un agent de joueurs belgo-serbe qui a conclu un accord avec la justice et est devenu repenti.

Georges Leekens a travaillé avec Veljkovic durant ses passages à Lokeren. Herman Van Holsbeeck a été interrogé durant plusieurs heures mardi. Les auditions se sont concentrées sur la façon dont les transferts sont réglés et comment sont effectués les paiements.

Mercredi, seul un photographe de presse était présent sur le parking de la PJF. Les personnes convoquées ont parfaitement le droit d’annuler leur audition. Ils sont alors invités à se présenter à une date ultérieure.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Il a égalisé d’une volée magistrale. @Belga

    Par Vincent JOSÉPHY

    Division 1A

    FC Bruges: Vanaken déjà candidat au trophée du but de l’année

  • @Belga

    Par Stéphane Vande Velde

    Anderlecht

    Face à Bruges, Anderlecht n’y arrive plus

  • @News

    Par Jonas Bernard (avec J.N.)

    Anderlecht

    Anderlecht-Bruges (1-2): Antoine Colassin, une première presque rêvée

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. POLITICS GOVERNMENT KING RECEIVES INFORMERS

    Coalition fédérale: les informateurs au Palais ce lundi sans avancée

  2. Avec ses 215 millions d’hectares de forêt et 36 millions d’hectares de terres boisées, l’Europe (ici au Portugal, l’été passé) pourrait, disent certains, connaître aussi ses «
méga-feux
». © Reuters/Rafael Marchante

    Le réchauffement accroît les risques d’incendies aussi en Europe

  3. Douze pays étaient représentés pour chercher une issue pacifique à cette guerre : Russie, Egypte, Turquie, Etats-Unis, Grande-Bretagne, Arabie Saoudite, Emirats arabes Unis, Congo, Qatar, Algérie, Italie et France ainsi que les deux belligérants libyens.

    Accord très fragile pour une paix durable en Libye

La chronique
  • Harry et Meghan, les papes et Vincent Kompany: les gagnants et les perdants de la semaine

    Les gagnants

    Harry et Meghan

    Une grand-mère comme Elizabeth, tout le monde en rêve ! Le conseil de famille convoqué en urgence et à huis clos dans un château de la famille royale devait tourner à la curée pour Harry et Meghan, les princes rebelles. Eh bien, nenni, comme on ne dit pas au Royaume-Uni : la Reine s’est montrée très large d’esprit et en définitive bien de son temps. De ce que l’on en sait en tout cas, et on ne sait pas forcément tout.

    Les congrès politiques

    Avez-vous vu ça ? Samedi dernier à Namur, les petites mains du CDH ont ajouté des chaises dans tous les coins disponibles pour permettre aux militants d’écouter Maxime Prévot à l’aise. Et le lendemain à Wavre, il aurait fallu un chausse-pied pour faire rentrer les fidèles du MR dans la salle où Georges-Louis...

    Lire la suite

  • Exclusion de Kir: au PS, fini de biaiser

    Emir Kir exclu du PS ! Le parti socialiste n’a pas esquivé cette fois, ni biaisé. Après six heures de discussion, la décision a été prise de sanctionner et non plus de comprendre ou d’excuser des comportements des élus en contradiction avec ses valeurs. Et cela quel que soit le poids de l’élu qui a dérapé. Emir Kir – qui rappelons-le peut faire appel d’une décision qu’il trouve totalement injuste –, ne bénéficie donc plus de la protection dont il a pu jouir dans le passé.

    Son bouclier de...

    Lire la suite