Le Sommet wallon des jeunes pour le climat annulé par manque de participants

Marche pour le climat à Namur
Marche pour le climat à Namur - Belga

Le Sommet wallon des jeunes pour le climat qui devait se dérouler à Namur de mercredi à vendredi a été annulé début juin, a indiqué mercredi l’Agence wallonne de l’air et du climat (AWAC). Il n’y avait pas assez de participants.

Ce rendez-vous était l’occasion pour les élèves de 4e, 5e ou 6e secondaire de rencontrer une dizaine d’experts, dont Damien Ernst, professeur à l’université de Liège et spécialiste de l’énergie.

L’objectif était notamment de « les faire participer à une simulation de prise de décisions afin de trouver des mesures aussi pertinentes que concrètes en faveur du climat », avait expliqué le cabinet du ministre wallon du Climat, Jean-Luc Crucke. Ces idées, approfondies sous des angles climatiques, énergétiques, juridiques, économiques et sociaux, devaient ensuite être présentées au Parlement de Wallonie.

Pour participer à l’événement, les jeunes intéressés devaient s’inscrire avant le 2 juin sur le site dédié. Ils n’ont été que trois à le faire, alors qu’une centaine d’inscriptions étaient attendues. L’événement a donc été annulé.

« Nous sommes bien entendu déçus, mais ce n’était peut-être pas la bonne période et la communication n’a sans doute pas été suffisante », a réagi Stéphane Cools, président de l’AWAC.

Adélaïde pas entendue

De son côté, Adélaïde Charlier, porte-parole de Youth for Climate, a précisé à RTL Info qu’elle ne s’était elle-même pas inscrite au Sommet.

« Ma réponse était d’abord positive mais en proposant quelques modifications », a-t-elle déclaré. « Sans réponse, je ne me suis donc pas inscrite. »

La jeune Namuroise avait notamment demandé que les experts qui ont rédigé la synthèse de recommandations présentée par Youth for Climate en mai dernier puissent participer au Sommet, chose qui n’a pas été acceptée selon elle.

« Ce Sommet aurait pu être très constructif à condition de ne pas démarrer de rien, mais bien de nos projets existants », a-t-elle conclu.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour Patrick Charlier, co-directeur d’Unia, il ne s’agit pas «
d’une libération de la parole – cela fait longtemps que la parole raciste s’est libérée – mais d’une légitimation. Des individus qui adoptent des comportements haineux, racistes, se prévalent du score du Vlaams Belang, pour valider leurs actes
».

    Les signalements de haine en ligne ont doublé en période électorale

  2. Tout le désarroi de Pauline Leclef et de l’ensemble des Red Panthers.

    Euro de hockey: terrible désillusion pour les Red Panthers

  3. Le CEO d’AET, Yves de la Rivière, montre son domaine au jeune député Hannes Anaf (SP.A) lors d’un stage d’été organisé par le Voka.

    Flandre: une journée pour réconcilier patrons et députés

La chronique
  • Lettre d’Europe: le «Vieux Monde» a encore son mot à dire, non?

    L’Union européenne est à cran. Elle émerge à peine de dix ans de crise et de croissance larvée et fait face à un ralentissement économique. Les Européens regardent, médusés, le bras de fer commercial entre Washington et Pékin – et le chaud et froid que souffle l’hôte de la Maison-Blanche. Voilà qui ne fait pas notre affaire. Logique. Tout ce qui peut entraver la croissance du commerce international est perçu, de ce côté-ci de l’Atlantique, comme une (autre) menace quasi-existentielle, qui s’ajoute à la perspective d’un Brexit sans accord et d’élections anticipées en Italie, qui pourraient donner les « pleins pouvoirs » à la Ligue et à son patron Matteo Salvini.

    On aime d’autant plus détester M. Trump qu’il n’a guère d’égards pour ses « alliés » européens. Il laisse toujours planer la menace de droits de douane sur les voitures allemandes et a prévenu que l’assouplissement de la politique monétaire européenne,...

    Lire la suite

  • Bateaux humanitaires en Méditerranée: Kafka sur nos rivages

    La Méditerranée est à double visage. Il y a celui de cette eau bleue, avec sa puissance d’attraction lumineuse où nous avons puisé nos réserves durant ces vacances. Et puis il y a l’autre, celui de cette eau qui fait office, selon les cas, de tombeau ou de prison flottante. Aujourd’hui toujours. Car rien n’est réglé pour ces bateaux qui traversent la Méditerranée à la recherche d’un port où débarquer les hommes, femmes et enfants sauvés alors qu’ils tentent de rejoindre nos rivages européens. Les remous créés par les appels à l’aide des...

    Lire la suite