Accueil Opinions

Polémique: faut-il dire «urgence climatique» plutôt que «changement climatique»?

Des militants demandent aux médias d’adapter leur vocabulaire lorsqu’ils parlent du climat.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Forum Temps de lecture: 5 min

Notre pensée est faite de mots. Les mots traduisent notre humanité et le réel qui nous entoure. Il est impossible de penser adéquatement sans forger et utiliser les mots adéquats. Sans pensée adéquate et sans discours adéquat, pas d’action adéquate. De nouveaux mots ont permis de révolutionner la pensée humaine. Et donc son action. Or nous avons besoin d’une révolution de la pensée et de l’action collective pour répondre à l’urgence climatique de manière solidaire. C’est pourquoi nous ne pouvons espérer une action sociétale et politique adéquate en matière de climat, si nous continuons à employer des mots inadéquats, des mots qui nous aliènent, qui nous paralysent, qui nous aveuglent, qui nous illusionnent. »

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

5 Commentaires

  • Posté par Nizette Barbara, jeudi 27 juin 2019, 18:24

    C'est bien la première fois que je lis dans Le Soir - pourtant grand participant à l'hystérie à propos du changement du climat - que "il n’y a pas de consensus scientifique sur le fait qu’une hausse de températures de 1,5 degré ou de 2 degrés plongerait la planète dans un chaos indescriptible". C'est un crime contre les Saintes Ecritures du GIEC, il faut que ce Monsieur Colinet soit brûlé en place publique pour outrage à Sainte Greta !

  • Posté par Vandermosten Emeline, jeudi 27 juin 2019, 16:57

    Si au-moins on pouvait abandonner climato-sceptique pour utiliser climato-déniant, ce serait déjà cela de pris...

  • Posté par POUPAERT Jacques, jeudi 27 juin 2019, 16:55

    On a vu fleurir ici et là le glissement sémantique de "transition climatique" vers "transition écologique". Par des mots insidieux, on manipule l'opinion publique. Ce n'est pas le rôle de la "Science" de décréter une quelconque urgence. La science examine les faits expérimentaux et propose une interprétation des résultats. Ni plus, ni moins.

  • Posté par Lange Daniel, jeudi 27 juin 2019, 14:36

    Des militants qui pour une bonne cause veulent imposer les mots et les termes à des journalistes moi je pense qu'à court terme c'est simplement la liberté qui est menacée. Les mots vont servir non plus à dire une certaine "vérité" mais vont servir à implémenter une idéologie précise à tout prix. Entre nous, partout on entend sauver la planète mais dans les faits la planète en a vu d'autres depuis 4 milliards d'années par contre une certaine façon dont la vie sur terre existe humaine ou non est elle est sûrement menacée à très long terme mais dit comme cela c'est moins vendeur alors on exagère...

  • Posté par Ask Just, jeudi 27 juin 2019, 16:59

    La menace sur l'humanité et la planète est "à très long terme" dites-vous? La menace purement climatique, peut-être oui, la menace globale liée la dégradation tous azimuts de notre garde-manger, sans doute pas. Je ne connais pas votre age mais les indicateurs actuels combinés (GIEC, IPBES, rapport ONU sur la dégradation des sols, tensions autour de l'énergie) suggèrent que si vous avez moins de 50 ans, vous mangerez votre pronostic, à défaut d'autre chose de comestible, de votre vivant.

Aussi en Opinions

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs