Accueil Monde Union européenne

Conseil de l’Europe: les éléments qui ont pesé dans la défaite de Didier Reynders

Le ministre belge des Affaires étrangères ne sera pas le prochain secrétaire général du Conseil de l’Europe. Il n’a récolté que 40 % des voix des parlementaires. Une défaite plutôt lourde, alors que beaucoup prédisaient un scrutin serré.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Monde Temps de lecture: 3 min

On s’attendait à un résultat très serré, il l’est moins que prévu. La ministre croate des Affaires étrangères Marija Buric l’a emporté avec 60 % des suffrages contre 40 % pour Didier Reynders. Notre ministre sortant des Affaires étrangères ne sera donc pas le 15e Secrétaire général du Conseil de l’Europe. C’est une femme et ce n’est que la deuxième fois que cela arrive après une Française, Catherine Lalumière qui l’a été de 1989 à 1994.

Plusieurs éléments ont pesé dans la balance dont le vote Est/Ouest, le genre (homme/femme) et le vote des Russes. Au nombre de 18, ceux-ci ont réintégré l’APCE – Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe – mardi après plusieurs années d’absence liées au conflit en Ukraine et l’annexion forcée de la Crimée par la Russie.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

12 Commentaires

  • Posté par Gabriel Jacqueline, jeudi 27 juin 2019, 18:35

    Je n'aime pas tellement M. Reynders, mais s'il avait eu plus souvent la parole, nous n'en serions pas là aujourd'hui!

  • Posté par Association D'econometrie Appl. , jeudi 27 juin 2019, 13:40

    Didier Reynders trop fort ! Comme Alain Delon peut-être, la force et la compétence auto-proclamée face a l'incompétence supposée d'une femme, au CV impressionnant, forte de résultats de négociations de haut niveau et venant d'un pays aussi grand que la Wallonie et fervente défenseuse des droits humains et de l'égalité des femmes et des hommes Où est la force ? Alors Monsieur Daems ? Robert Plasman

  • Posté par Association D'econometrie Appl. , jeudi 27 juin 2019, 13:40

    Didier Reynders trop fort ! Comme Alain Delon peut-être, la force et la compétence auto-proclamée face a l'incompétence supposée d'une femme, au CV impressionnant, forte de résultats de négociations de haut niveau et venant d'un pays aussi grand que la Wallonie et fervente défenseuse des droits humains et de l'égalité des femmes et des hommes Où est la force ? Alors Monsieur Daems ? Robert Plasman

  • Posté par Association D'econometrie Appl. , jeudi 27 juin 2019, 13:40

    Didier Reynders trop fort ! Comme Alain Delon peut-être, la force et la compétence auto-proclamée face a l'incompétence supposée d'une femme, au CV impressionnant, forte de résultats de négociations de haut niveau et venant d'un pays aussi grand que la Wallonie et fervente défenseuse des droits humains et de l'égalité des femmes et des hommes Où est la force ? Alors Monsieur Daems ? Robert Plasman

  • Posté par Jules Vandeweyer, jeudi 27 juin 2019, 8:58

    Zut, on va le retrouver dans la politique belge.

Plus de commentaires

Aussi en Union Européenne

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs