Accueil Opinions Éditos

Et si l’échec était une fenêtre qui s’ouvre?

L’éditorial de Béatrice Delvaux, éditorialiste en chef.

Article réservé aux abonnés
Editorialiste en chef Temps de lecture: 3 min

Votre fils ou votre fille est revenu(e) avec un bulletin bardé d’échecs ? Un seul remède : achetez ou empruntez le livre Les vertus de l’échec du philosophe Charles Pépin. Pas pour votre enfant, pour vous. Ce serait même une lecture d’été hautement recommandée pour tous, histoire de dégoupiller la grenade prête à exploser à chaque fois que nous avons le sentiment d’avoir raté notre coup, d’être à côté de l’objectif visé. Afin surtout de piétiner cette double peine qui consiste à penser que notre échec nous met plus bas que terre – « Je ne suis qu’un nul » – en même temps qu’il nous humilie – « Mais qu’est-ce que les autres vont penser de moi ? ».

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Éditos

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs