Pierre & Nature, l’avant-gardisme et le durable comme priorités

A la Résidence des Jardins de la Warchenne, comme dans ses autres projets, Jean-Pierre Trinon cherche à toucher un public le plus large possible.
A la Résidence des Jardins de la Warchenne, comme dans ses autres projets, Jean-Pierre Trinon cherche à toucher un public le plus large possible. - D.R.

Le rendez-vous est donné à Malmedy, dans un appartement de la résidence les Jardins de la Warchenne. Ici, on est loin du cliché de la tour remplie de logements petits et sombres. Déjà, l’accès se fait par un ascenseur situé dehors. Ensuite, ce sont des coursives extérieures qui mènent jusqu’à l’entrée. Premier sentiment une fois le pas-de-porte franchi, luminosité et espace, une impression qui perdure jusqu’à une vaste terrasse exposée plein sud. Le rendu est bluffant, nous sommes dans une petite maison et 18 autres nous entourent.

Jean-Pierre Trinon.
Jean-Pierre Trinon. - D.R.

L’aventure Pierre & Nature ? C’est en 1996 qu’elle démarre sous l’impulsion de Jean-Pierre et Nathalie Trinon. De leurs prénoms naît un concept mais surtout une vision. « Mon épouse et moi avons toujours été soucieux de l’environnement », s’enthousiasme Jean-Pierre Trinon. « À l’époque, le développement durable était loin d’être une priorité dans la conception des projets de construction. Nous, c’était notre leitmotiv. Nous voulions qu’il y ait un accès à la nature, que ce soit par une terrasse ou un jardin. Même l’emplacement vélo, on le proposait déjà. On peut dire que nous étions précurseurs. »

Une ouverture qui va littéralement distinguer l’architecture des bâtiments du groupe car elle se focalise en priorité sur la recherche de la lumière, du confort et surtout de la qualité. « Notre inspiration vient clairement de ce qui se fait depuis les années ’80 dans le Vorarlberg et le Tyrol du Sud », précise Jean-Pierre Trinon. « Là-bas, si l’habitat est contemporain, il sera toujours intégré à l’espace ambiant. Les ressources seront raisonnées et peu énergivores. »

Avec en ligne de mire : l’optimisation des coûts après livraison. « Depuis toujours, nous sommes attentifs au pouvoir d’achat de nos clients », nous confie Laurie Gentges, la responsable marketing. « Les frais liés à la copropriété peuvent être un frein à un éventuel achat. Chez Pierre & Nature, c’est une promesse, on les réduit jusqu’à 40 %. »

Nous voulions qu’il y ait un accès à la nature, que ce soit par une terrasse ou un jardin. Jean-Pierre Trinon

Souvent le poste le plus coûteux, c’est l’ascenseur. « En le plaçant à l’extérieur, on permet de diminuer leur nombre ainsi que les charges d’entretien. Les coursives sont des volumes qu’il ne faut pas chauffer, éclairer ou entretenir. De plus, elles limitent les nuisances sonores. Pour alimenter les communs, on utilise les panneaux photovoltaïques. Idem avec la pose de citernes d’eau de pluie. »

Ce souci d’écologie et d’économie s’applique jusque dans les normes légales d’isolation à l’exemple de la Q-ZEN. Alors qu’elle n’est pas encore d’application, les réalisations de la société y sont déjà toutes conformes. « Rappelez-vous, toujours conserver une longueur d’avance… », sourit le directeur. Un credo qui poussera d’ailleurs la société à établir son activité principale au Luxembourg dès 1999. « C’est un pays où la clientèle est exigeante et où l’on se doit d’être toujours plus performant. La législation est aussi beaucoup plus adaptée à nos projets. C’est parfois plus motivant qu’en Belgique où il faut sans cesse se battre pour obtenir quelque chose lorsque l’on tente d’être innovant », regrette Jean-Pierre Trinon.

Se projeter, étudier les tendances socio-démographiques, prospecter la meilleure situation, autant de forces qui amènent notre négociant en biens et projets immobiliers à toucher une large clientèle. Du jeune couple qui souhaite s’installer aux seniors en recherche d’un logement plus simple en passant par un parent divorcé dans l’urgence, Pierre & Nature répond à toutes les demandes. « On a une assez grande mixité dans nos résidences », se félicite Laurie Gentges. « La vente sur plan nous permet d’être flexibles et de nous inscrire dans la logique kangourou. Grâce à un système de poutres et de cloisons, on peut, par exemple, sous-louer une pièce d’un appartement trop grand à un moment pour, ensuite, le rassembler lorsque la famille s’agrandit. »

Les investisseurs occupent également une partie importante du portefeuille de la société. « C’est une cible très particulière qui nécessite un accompagnement personnalisé de A à Z », précise la responsable marketing. « On parle bien ici d’un but d’investissement donc que ce soit pour l’acquisition d’un appartement ou d’un bureau, nous avons développé pour elle un concept de gestion globale. » En clair, du conseil jusqu’au suivi des choix et des budgets en passant par la mise en location, elle ne se soucie de rien. « C’est un gage de confiance dont on peut se targuer ! »

Enfin, loin de se reposer sur ses lauriers, Pierre & Nature a décidé en 2018 de se constituer un patrimoine immobilier propre. « Nous avons pour ambition d’acheter une soixantaine d’appartements et des surfaces commerciales dans les 5 ans », détaille Jean-Pierre Trinon. « On s’est rendu compte que c’était une formidable source d’information pour nos futurs développements. En étant au plus proche de la réalité de nos clients, nous savons ce que nous devons encore améliorer. » Et l’homme de conclure « Quand vous voyez les gens heureux, c’est finalement la plus grande des satisfactions… »

Confort et raffinement

Par Audrey Degrange

« Die Frepertgärten »

Au salon de l’immobilier à Eupen, Pierre & Nature présentait deux projets en primeur dont celui d’une résidence de 22 appartements de une à trois chambres, située à Hauset, sur la commune de Raeren. Idéalement orienté et conçu avec des matériaux de qualité, « Die Frepertgärten » est un bel exemple de la philosophie du groupe. Le bâtiment se veut moderne et réfléchi dans les moindres détails pour s’inscrire dans une logique de développement durable et d’économie d’énergie. Et preuve que le concept séduit, à peine commercialisé, les marques d’intérêt n’ont pas tardé.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La qualité de l’air dans nos villes, notamment à Bruxelles, s’est améliorée avec le confinement. Mais pourrait à nouveau se détériorer.

    La crise du coronavirus lamine provisoirement les émissions de CO2 de la Belgique

  2. Charles Michel reconnaît qu’il n’a pas d’alternative à un accord.

    Charles Michel au «Soir»: «La crise est énorme, il est important de ne pas attendre»

  3. «
Ces clichés et ces mauvaises formulations (LA Flandre, LES Flamands) aident le nationalisme flamand à se maintenir comme seule voie. En plus ces stéréotypes sont eux-mêmes très communautaristes parce qu’ils n’examinent pas les différences intraflamandes», indique Eric Corijn, sociologue de la VUB.

    Indépendance, racisme, richesse: la Flandre face à ses clichés

La chronique
  • Petit manuel de savoir (sur)vivre…

    A l’attention de ceux qui ne partent pas,

    Cette année, on ne voyage pas. Ou alors juste dans un rayon de dix kilomètres. Tels ces habitants d’Ecaussinnes, partis (en voiture) s’installer dans le camping d’Ecaussinnes… Pour la douche, ils font l’aller-retour entre leur maison et leur lieu de vacances – ils préfèrent leur salle de bains. Ou comment profiter du meilleur de sa maison et de vacances idéales en même temps. Même Macron n’y a pas pensé.

    Des vacances immobiles ? Une prolongation du confinement ? Pourquoi pas ? Il y a des nostalgiques du confinement qui évoquent avec regret le calme, le soleil brûlant, le ciel sans avions, les rues sans autos, le boulot sans boulot, les collègues qu’on ne doit plus côtoyer que sur écran – ce qui permet de lire impunément un polar pendant les réunions.

    Cette année, se risquer au loin c’est masque, thermomètre, peur de l’autre et de l’air conditionné, surveillance, distance et,...

    Lire la suite

  • Enfin, le masque!

    D’abord et avant tout : distinguer le fond de la forme !

    On est d’accord : ce n’est pas terrible d’annoncer l’obligation de porter le masque sous peine d’amende, à 21h39 un jeudi soir, par communiqué. D’autant plus quand on doit convaincre la population de souscrire à une mesure qu’on s’est beaucoup et longtemps efforcé de décrire comme inutile pour soi et faussement rassurante pour tous. Le tout en contradiction répétée avec la très forte recommandation de nombre d’experts qui...

    Lire la suite