Architecture: L’Arbre blanc donne ses premiers fruits à Montpellier

Chaque terrasse de l’Arbre Blanc repose sur un porte-à-faux de 7,5 mètres de long. Une prouesse technique.
Chaque terrasse de l’Arbre Blanc repose sur un porte-à-faux de 7,5 mètres de long. Une prouesse technique. - D.R.

Parfois, l’architecture d’un bâtiment peut transformer l’image d’une ville entière. C’est le cas avec L’Arbre blanc, une tour de 17 étages qui comprend 112 logements, des terrasses à profusion, une galerie d’art, un espace de co-working, un restaurant au rez-de-chaussée et un bar panoramique au dernier étage.

Au départ, il y a un concours lancé par la ville de Montpellier, une métropole du sud de la France qui a déjà fait appel à plusieurs grands architectes pour enrichir son bâti. Jean Nouvel y a ainsi conçu le nouvel Hôtel de Ville, Massimiliano Fuksas a mis sa patte dans le lycée Georges Frêche, Zaha Hadid a imprimé la sienne dans le bâtiment des Archives départementales de Pierrevives, sans oublier le fantasque designer Philippe Starck qui a imaginé le nouveau centre sportif et de bien-être intitulé le « Nuage ».

Mais avec l’Arbre blanc, Montpellier a placé la barre de l’audace architecturale encore un peu plus haut. Avec ses appartements et ses terrasses disposés en éventail, il invite les propriétaires et locataires à vivre à la fois à l’intérieur et à l’extérieur dans une ville où le soleil brille quasiment toute l’année.

Il a fallu beaucoup de temps pour imaginer ce bâtiment unique dont on signalera que l’idée est née dans un bureau de Tokyo. Œuvre des architectes Nicolas Laisné, Manal Rachdi, Dimitri Roussel et du Japonais Sou Fujimoto (qui était venu présenter le bâtiment lors d’un salon Realty à Bruxelles), l’Arbre blanc repose sur de nombreuses prouesses architecturales et techniques. La plus remarquable se trouve dans la conception dans les trois dimensions des terrasses, dont les porte-à-faux vont jusqu’à 7,5 mètres de long (une première mondiale).

Pour installer ces terrasses, les ingénieurs ont utilisé une technique unique inspirée du pont-levis ainsi qu’une grue dotée d’une plate-forme réalisée sur mesures avec un contrepoids motorisé. On précisera encore que chaque terrasse est équipée de pare-vent et peut soutenir jusqu’à 350 kilos au mètre carré.

Du haut de ses 50 mètres, l’Arbre blanc domine les quartiers Port Marianne et Antigone pour ceux qui connaissent la préfecture du département de l’Hérault. Le chantier a duré trois ans et a mobilisé jusqu’à 1.500 personnes.

Les architectes ont imaginé un lieu de vie du XXIe siècle. « Il répond à la nécessité d’habiter en centre-ville pour limiter les déplacements en voiture tout en bénéficiant des qualités d’une maison individuelle », se félicitent-ils en chœur. « Au-delà de ses appartements et leurs prolongements, l’immeuble compte également des espaces publics qui animent le rez-de-chaussée et le premier étage. Le toit panoramique de l’Arbre blanc qui est traité comme un jardin joue sur la transparence. Ce rooftop est doté d’un bar accessible à tous les Montpelliérains et d’un espace réservé aux résidents. De sorte que chacun puisse s’approprier le bâtiment. »

Cette nouvelle signature architecturale, que l’on doit à un quatuor de promoteurs et qui est presque entièrement occupée, a très vite été acceptée par la population, témoin l’engouement qu’elle a suscité sur les réseaux sociaux.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Greenpeace a mené une action spectaculaire à l’ouverture du sommet européen, jeudi matin
: ses militants ont pris d’assaut la façade du bâtiment, déployant de grandes banderoles qui donnaient l’impression que le bâtiment était en feu. Des feux de détresse ont également été allumés en divers endroits pour faire de la fumée.

    Sommet européen: alerte orange sur l’ambition «neutralité carbone» en 2050

  2. Frans Timmermans, vice-président de la Commission européenne.

    Les marchés du carbone empoisonnent la COP25 Madrid

  3. ©News

    Europa League: éliminé, le Standard peut nourrir des regrets

La chronique
  • Peut-on se payer la Maison-Blanche?

    I’m not a billionnaire ! », a lâché, amère, la sénatrice de Californie, Kamala Harris, en annonçant qu’elle abandonnait la course à l’investiture démocrate pour la présidentielle américaine.

    La pique visait sans doute moins Donald Trump que deux candidats de son propre parti, Tom Steyer et Michael Bloomberg, dont les fortunes personnelles sont estimées, respectivement, à 1,6 milliard et 50 milliards de dollars par le magazine Forbes.

    Que des hommes, blancs, et vieux, comme Steyer (62 ans) et Bloomberg (77 ans), mais aussi Joe Biden (77 ans) ou Bernie Sanders (78 ans), puissent – sauf surprise – mener campagne jusqu’à la convention démocrate de Milwaukee, prévue en juillet 2020, alors que Kamala Harris, self-made woman de 55 ans, métisse, de père jamaïcain et de mère indienne, ait dû jeter l’éponge début décembre 2019 est déjà, en soi, problématique pour certains progressistes.

    Qu’à l’instar de l’actuel président...

    Lire la suite

  • Le Green Deal européen: la politique, la vraie

    Il faut lire le « Green Deal » dans lequel la Commission propose de faire de l’Europe un continent « zéro carbone » en 2050. La Commission y fixe un nouvel objectif 2030 pour la réduction de nos émissions de gaz à effet de serre, identifie les secteurs dans lesquels elle veut agir. Elle annonce cinquante mesures, promet de déposer toutes ses propositions législatives dans les deux années à venir…

    ...

    Lire la suite