Patrick Dewael est élu président de la Chambre, le Vlaams Belang n’aura pas de vice-présidence

Dewael sera au perchoir jusqu’à la rentrée parlementaire d’octobre. Après, on verra...
Dewael sera au perchoir jusqu’à la rentrée parlementaire d’octobre. Après, on verra... - Belga.

Patrick Dewael a été élu président de la Chambre ce jeudi après-midi, bénéficiant d’un large soutien, bien au-delà de la famille libérale, puisque les chrétiens-démocrates et les centristes-humanistes l’ont soutenu (Servais Verherstraeten, chef de groupe CD&V, a retiré sa candidature), ainsi que les écologistes (Tinne Van der Straeten, Groen, a elle aussi retiré sa candidature), les socialistes, Défi et le PTB. Quant à Patrick Dewael, son geste anti-Vlaams Belang il y a une semaine avait marqué les esprits et annoncé son élection, lorsqu’il avait manœuvré afin d’éviter que Dries Van Langenhove, jeune élu Vlaams Belang, ne se hisse à la tribune de la Chambre.

Patrick Dewael, 63 ans, est un libéral pur jus : laïque et progressiste dans le domaine (bio)éthique et sur les sujets dits « de société », il est par ailleurs un ardent défenseur du modèle d’économie libérale. Comme chef de groupe du VLD, il s’est distingué à plusieurs reprises ces dernières années à la Chambre sur les deux tableaux, cela dans certaines interventions remarquées. Pour, par exemple, plaider en faveur du « Pacte de Marrakech » sur les migrations au plus fort des tensions avec la N-VA au sein de la suédoise. Ou pour défendre la politique économique générale du gouvernement Michel face aux critiques et attaques venant de la gauche au Parlement, l’opposition socialiste ou/et PTbiste.

Patrick Dewael sera, en quelque sorte, président définitif-temporaire de la Chambre. Temporaire, parce qu’on rebattra les cartes à la rentrée parlementaire d’octobre, et qu’un autre responsable politique pourrait alors s’imposer au perchoir si les discussions à propos de la formation d’un gouvernement fédéral devaient avoir progressé et une coalition fédérale se dessiner. Définitif, car il y a très peu de chances que l’on ait alors réellement avancé dans les négociations au fédéral.

En tout état de cause, le libéral, qui présida la Chambre déjà (entre 2008 et 2010, puis en 2014), ex-vice Premier ministre et ministre de l’Intérieur, ex-ministre-président flamand, restera au perchoir au moins le temps du blocage au fédéral. Qui peut durer, on l’a compris. Après, on verra, ce sera une autre histoire.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Environ un millier de personnes sont en quarantaine dans l’ouest de l’Allemagne vendredi, maintenant que le nombre de cas confirmés est passé à 53. La mesure s’applique au district de Heinsberg, très près de la frontière avec la Belgique.

    Le coronavirus bouleverse la planète

  2. La consultation et la participation des citoyens aux projets sont nécessaires pour atteindre la neutralité carbone en 2050 selon les experts.

    La Bruxelles de 2050 germe aujourd’hui

  3. ELPais

    Hillary Clinton: «Les services secrets russes travaillent encore pour Trump»

La chronique
  • Allô, Alost?

    Allô, Alost ?

    Ouais, à l’eau…

    Et merci au Dieu de l’Ancien Testament d’avoir arrosé les comiques du coin ce dimanche de carnaval, on aurait dit les premières heures du Déluge. L’Ancien Testament est la Bible des Juifs. Ce qui souligne le pouvoir exorbitant de ces gens-là. La seule question que se posait Noé dimanche dernier était : qui de tous ces animaux laisser entrer dans l’Arche ? Aux dernières nouvelles, il a décidé de couler avec son rafiot.

    Dieu a fait l’homme à son image, paraît-il. Pourquoi l’homme d’Alost doit-il alors se cacher derrière des masques affreux ?

    Le nœud de cette affaire, c’est la définition de l’humour. Une quête impossible. Ce qui fait rire votre voisin et vous laisse de glace ou vous agace, est-ce de l’humour ? Bien sûr que oui car pour qui vous prenez-vous ? Pourquoi auriez-vous meilleur goût que votre voisin ?

    ...

    Lire la suite

  • Les dangereuses conséquences politiques du coronavirus

    Le coronavirus est d’abord et avant tout un défi sanitaire mondial, évidemment. Avec un questionnement scientifique et la mise en place nécessaire de mesures à la fois fortes et proportionnées pour endiguer l’épidémie. Mais la maladie, qui est installée désormais au centre de l’attention de toute la planète, est, et de plus en plus, un révélateur démocratique. Quand on voit, de Rome à Paris en passant par Pékin, comment le virus s’invite sur la scène politique et les dégâts qu’il y fait, on s’inquiète autant, si pas plus, à ce propos que...

    Lire la suite