Accueil Économie Consommation

Transition énergétique: «Nous ne manquons pas d’ambition, mais d’actions», selon le directeur d’Engie Benelux

Philippe Van Troeye, président de la Febeg, demande « un coup d’accélérateur ». L’industrie énergétique belge plaide pour plus de concertation afin de définir un plan d’actions clair.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Economie Temps de lecture: 7 min

Comme toutes ses « consœurs », la Fédération des producteurs d’électricité et des négociants et fournisseurs d’électricité et de gaz (Febeg) avait déposé son mémorandum – « Ensemble pour une transition énergétique abordable » – avant les élections du 26 mai dernier. En dépit de la quasi-unanimité qui s’est emparée de la classe politique à placer les enjeux climatiques et énergétiques tout en haut de l’agenda, la Febeg craindrait-elle de ne pas avoir été entendue ? Philipe Van Troeye, directeur général d’Engie Benelux, qui préside la fédération, s’en défend. Si notre pays a clairement affiché ses objectifs (– 35 % d’émissions de CO2 d’ici 2030), la Febeg veut surtout « un coup d’accélérateur ». « On n’a pas un problème d’ambition », constate Philippe Van Troeye. « Mais il faut que cela se traduise en actions. »

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Consommation

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs