Accueil Monde Afrique

Grand format - En Erythrée, une vie au service du régime ou la fuite

Depuis 20 ans, plus d’un million de jeunes Erythréens se sont réfugiés à l’étranger. Une mise à disposition illimitée du régime ne permet pas de se construire un avenir.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 2 min

Les Italiens férus de patrimoine peuvent se rassurer : Asmara, la cité Art Deco construite entre les deux guerres sur les hauts plateaux, à 2.400 mètres d’altitude, n’a guère changé. La capitale de l’Erythrée, avec ses larges avenues plantées de palmiers et ses voûtes ombragées abritant l’Opéra, le café du cinéma Impero ou celui du Roma est toujours privée de gratte ciels et d’autoroutes. Et si les façades auraient besoin d’un coup de peinture, l’Unesco se félicite de la préservation de ce bijou qui semble hors du temps. Aux terrasses, de vieux messieurs aux cheveux blancs sirotent tranquillement leur expresso, les mendiants sont relativement rares. La journée, les jeunes se pressent dans les cyber où ils captent des images et des messages venus d’un autre monde et, avec des muscles de champions cyclistes, ils circulent sur de vieux vélos chinois minutieusement rafistolés.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Afrique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs