Accueil Monde

Infatigable, Manolis Glezos défend «sa» démocratie

A 92 ans, cet ancien résistant au régime nazi et actuel député Syriza quitte le Parlement européen pour retourner en Grèce. Il veut y poursuivre « son combat » de toujours : défendre la démocratie dans son sens le plus strict, en « donnant le pouvoir au peuple ». Rencontre.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 8 min

Manolis Glezos avance à tout petits pas. Très lentement, très calmement. Il s’économise – à 92 ans, on ne gambade plus –, mais l’exercice ne semble pas pénible. C’est presque comme s’il savourait chaque pas. Il est un peu voûté et un peu perdu dans son costume foncé, qui lui donne des épaules trop larges et trop carrées.

Il approche, tend la main – ses doigts sont anguleux, ses veines très visibles, très bleues –, et serre la nôtre. Quelle poigne ! Quelle vigueur pour ce corps, en apparence, usé par les années ! Manolis Glezos a encore de l’énergie à revendre. Et s’il va démissionner de son poste de député européen la semaine prochaine, ce n’est pas par épuisement. « Je ne me suis jamais reposé de ma vie. Pourquoi devrais-je le faire maintenant ? Ils ont bien essayé de me fatiguer, ici, au Parlement européen. Mais ils n’y sont pas arrivés… »

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Monde

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs