Coalition wallonne: pour les employeurs, la note PS-Ecolo ne tient pas assez compte des entreprises

Thierry Bodson, le patron de la FGTB
Thierry Bodson, le patron de la FGTB - Le Soir

Si elle se réjouit d’avoir pu rencontrer ce vendredi matin les négociateurs du PS et d’Ecolo, et de l’occasion qui lui a été donnée de se prononcer sur le projet de lignes directrices soumis à l’avis de la société civile, l’Union wallonne des entreprises (UWE) n’en juge pas moins «insuffisante» la note qui pourrait servir de base à la formation des prochains gouvernements wallon et de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

«Nous avons relevé la nécessité de compléter ce document vu la faible prise en considération des priorités et des préoccupations des entreprises wallonnes, notamment en termes de croissance, d’exportations et de politique industrielle», a expliqué l’administrateur délégué de l’UWE, Olivier de Wasseige.

«Nous avons par ailleurs insisté sur l’importance du numérique et de la R&D ainsi que sur la nécessité d’un consensus social entre toutes les parties pour financer le développement socio-économique des prochaines législatures. Des arbitrages budgétaires doivent également être réalisés afin d’identifier les mesures prioritaires et leur étalement dans le temps», a-t-il ajouté.

Les services publics oubliés  ?

«Les lignes directrices définies sont trop axées sur l’économie circulaire. C’est sûr qu’on se dirige vers ce type d’économie mais la transition ne se fera pas en une législature. On ne peut donc oublier des pans entiers de l’économie», a encore souligné Olivier de Wasseige en assurant néanmoins que l’UWE reste «disponible pour participer à la co-construction des déclarations de politique régionale et communautaire».

«La note des négociateurs balise des thèmes qui devront se retrouver dans les déclarations de politique régionale et communautaire», a de son côté estimé Thierry Bodson, le patron de la FGTB wallonne et membre du conseil économique et social régional. «Mais il y a des manquements», a-t-il nuancé.

Ainsi, les services publics «ne sont pas cités une seule fois dans le texte» et «il n’y a aucun focus sur le budget wallon», a pointé M. Bodson en rappelant dans la foulée que «les partenaires sociaux ne représentent pas toute la société civile».

A la table des discussions, ces derniers ont laissé la place à des représentants des ONG, avant des entretiens consacrés au climat, au logement et, pour boucler la journée, au développement économique.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. NETHYS

    Nethys, le grand déballage: Stéphane Moreau va quitter la holding

  2. Objectif
: soulager les Bruxellois de la congestion automobile.

    L’idée d’une taxe kilométrique divise... et s’enlise

  3. Au vu des résultats de notre sondage, l’optimisme sans faille des informateurs Didier Reynders et Johan Vande Lanotte est difficile à expliquer... © Photo News.

    Grand Baromètre: les Belges disent non à une coalition PS-N-VA et non à de nouvelles élections

La chronique
  • Réchauffement climatique: la faillite de la démocratie

    Avec les manifestations des jeunes pour le climat, au printemps, certains ont cru que la démocratie allait faire la preuve de son efficacité en matière environnementale. Après des décennies d’aveuglement, d’errance ou d’atermoiement, la priorité climatique, au moins, serait propulsée en tête de tous les agendas politiques, en particulier en Europe avec le scrutin du 26 mai.

    Un thème qui peine à s’imposer

    Les écologistes ont fait des percées remarquables dans certains pays, mais ils n’ont obtenu que 10 % des sièges au Parlement européen, comme si les citoyens ne se résolvaient pas à placer l’environnement en tête de leurs préoccupations malgré le matraquage médiatique sur la question du climat. Il est vrai que les Verts n’ont plus le monopole...

    Lire la suite

  • Quo vadis, Boris Johnson?

    Bien malin qui pourrait comprendre ou même deviner la moindre ligne directrice dans la manière dont Boris Johnson mène sa « négociation » avec l’Union européenne… Il y a une dizaine de jours, une brève lueur d’espoir avait pu naître chez ceux qui continuaient à espérer que le nouveau Premier ministre britannique s’avérerait plus rationnel qu’il n’y paraissait jusque-là. D’une part, son idée de faire de l’île d’Irlande un territoire régi par les mêmes règles pour le secteur agro-alimentaire avait pu être comprise comme un premier...

    Lire la suite