Accueil Économie

La disparition du secret bancaire international, c’est (presque) pour demain

La régularisation avant le 31 décembre sera la seule solution pour garder un accès facile aux comptes cachés à l'étranger. Explications.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 6 min

Dans l’absolu, le contribuable belge dispose encore d’un bon niveau de protection sur les sommes qu’il place auprès des institutions bancaires du Royaume. Celui-ci a été assoupli en avril 2011 avec la création du point de contact central (PCC), une énorme base de données créée au niveau de la Banque Nationale de Belgique, et auquel toutes les institutions financières belges doivent communiquer chaque année les comptes et contrats (crédit hypothécaire, prêts à tempérament, etc.) ouverts au nom d’un contribuable résident en Belgique. L’utilisation de cette base de données est toutefois assez restrictive.

Niveau belge

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Économie

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs