Euro de basket: les Belgian Cats battues par la Biélorussie (61-69, vidéo)

@Belga
@Belga

Victorieuse la veille de la Russie (67-54), la Belgique s’est inclinée 61-69 (mi-temps : 37-35) face à la Biélorussie pour son deuxième match de poule de l’Euro de basket féminin vendredi à Zrenjanin en Serbie. Les Belgian Cats défieront la Serbie chez elle dans un match capital dimanche (20h30) pour poursuivre leur parcours. Les Serbes ont gagné jeudi sur le fil contre les Biélorusses (55-53) et affrontent les Russes dans la soirée.

L’entame de match a été compliquée pour les Belgian Cats dominées au rebond. Du simple au double. La Biélorussie en a profité pour prendre confiance muselant bien Meesseman. Deux bombes adverses d’affilée portent le marquoir à 12-19 à la 8e minute forçant Philip Mestdagh au temps mort.

C’est le sursaut de l’intérieure flandrienne qui ramène à 19-21 deux minutes plus tard. Clairement en déficit global de taille, les Belges doivent trouver une solution. Elle viendra un peu à longue distance avec Kim Mestdagh qui plantait déjà sa quatrième bombe et à l’intérieur avec Emma Meesseman qui remettait les siennes aux commandes (32-26, 15e) avec un 11-0 partiel.

Bien plus agressives défensivement, les Belges reprenaient le contrôle du match laissé jusque-là aux Biélorusses (sans trop de réussite à distance, heureusement pour les Cats, à du 36 %). La Belgique passait ainsi devant au repos, mais d’une courte tête (37-35).

La Biélorussie empêchait les Belgian Cats de jouer vite ce qui posait de gros problèmes à la Belgique ne pouvant compter que sur la réussite à distance de Kim Mestdagh (17 points et 5 paniers à trois points). Alex Bentley, l’Américaine naturalisée, permettait à ses couleurs de repasser devant (43-46, 27e). Emma Meesseman (23 points, 9 rebonds) et une bombe de Hanne Mestdagh cette fois redonnaient l’élan à la Belgique, mais il était dit que cela resterait compliqué pour la Belgique (52-53 à la demi-heure).

Cela se gâtait en effet à l’entame de la dernière ligne droite sur un nouveau trois points de Bentley (qui finira avec 19 points au compteur) et les paniers de Verameyenka, 15 pts (54-62 à 8 minutes du terme), d’autant que le manque de rotations côté belge se faisait cruellement sentir. L’écart ne cessait de grandir scellant les espoirs belges.

Le premier du groupe est directement qualifié pour les quarts de finale, le 2e et le 3e croisent avec le 3e et le 2e du groupe C (Slovénie, Turquie, Italie, Hongrie) dans un barrage pour rejoindre ce top 8. Le dernier de la poule rentre à la maison.

Pour son retour dans un championnat d’Europe après dix ans d’absence, la Belgique avait décroché la médaille de bronze à l’Euro 2017 à Prague. L’an dernier, les Belgian Cats, avec Julie Allemand en plus, blessée pour l’Euro l’année précédente, avaient confirmé avec une 4e place à la Coupe du monde à Tenerife.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • BASKET EC 2021 QUALIFICATION BELGIUM VS LITHUANIA

    Par Stéphane Druart

    Basket

    Qualifications Euro de basket 2021: les Belgian Lions enchaînent

  • Jonathan Tabu. @Belga

    Par Stéphane Druart

    Basket

    Basket: les Lions veulent confirmer au Danemark

  • photo news

    Par Stéphane Druart

    International

    Dario Gjergja: «Je ne me sens pas étranger»

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. PHOTONEWS_10722386-053

    La taxe de congestion divise la majorité bruxelloise

  2. Caroline Désir, ministre de l’Enseignement.

    Coronavirus: calme, vigilance et hygiène seront de mise dans les écoles pour la rentrée lundi

  3. d-20200129-3YKG2R 2020-01-29 15:26:34

    Brexit: l’Irlande a-t-elle crié victoire trop vite?

La chronique
  • La fable du matoufé et du guacamole

    L’hiver est là et il nous donne une bonne raison de manger des plats que les diététiciens réprouvent. Vous connaissez sans doute le matoufé, cette omelette généreuse enrichie de lardons, de farine et de lait. Une préparation « émouvante par sa simplicité », s’en émerveille la Royale Confrérie du Matoufé de Marche-en-Famenne, où je suis né. Mon père m’en avait légué la recette un jour où il pensait sérieusement à sa postérité.

    Posés sur les tranches du pain croustillant tout juste sorti du four à bois de ma mère, ces œufs brouillés étaient une partie de mon « chez moi ». Avec le sanglier « qui a une longueur d’avance », l’eau ferrugineuse des pouhons célébrés par Guillaume Apollinaire et les anecdotes que mon père puisait dans son livre culte, Dure Ardenne, d’Arsène Soreil.

    J’ai parlé de ce plat, et je l’ai parfois même préparé, au gré de mes voyages. Il avait ce goût simple, rustique, rassurant, qui, dans toutes les cultures, évoque la chaleur du cocon familial, les grandes tablées après la moisson, le foot ou...

    Lire la suite

  • Les dangereuses conséquences politiques du coronavirus

    Le coronavirus est d’abord et avant tout un défi sanitaire mondial, évidemment. Avec un questionnement scientifique et la mise en place nécessaire de mesures à la fois fortes et proportionnées pour endiguer l’épidémie. Mais la maladie, qui est installée désormais au centre de l’attention de toute la planète, est, et de plus en plus, un révélateur démocratique. Quand on voit, de Rome à Paris en passant par Pékin, comment le virus s’invite sur la scène politique et les dégâts qu’il y fait, on s’inquiète autant, si pas plus, à ce propos que...

    Lire la suite