Euro de basket: les Belgian Cats battues par la Biélorussie (61-69, vidéo)

@Belga
@Belga

Victorieuse la veille de la Russie (67-54), la Belgique s’est inclinée 61-69 (mi-temps : 37-35) face à la Biélorussie pour son deuxième match de poule de l’Euro de basket féminin vendredi à Zrenjanin en Serbie. Les Belgian Cats défieront la Serbie chez elle dans un match capital dimanche (20h30) pour poursuivre leur parcours. Les Serbes ont gagné jeudi sur le fil contre les Biélorusses (55-53) et affrontent les Russes dans la soirée.

L’entame de match a été compliquée pour les Belgian Cats dominées au rebond. Du simple au double. La Biélorussie en a profité pour prendre confiance muselant bien Meesseman. Deux bombes adverses d’affilée portent le marquoir à 12-19 à la 8e minute forçant Philip Mestdagh au temps mort.

C’est le sursaut de l’intérieure flandrienne qui ramène à 19-21 deux minutes plus tard. Clairement en déficit global de taille, les Belges doivent trouver une solution. Elle viendra un peu à longue distance avec Kim Mestdagh qui plantait déjà sa quatrième bombe et à l’intérieur avec Emma Meesseman qui remettait les siennes aux commandes (32-26, 15e) avec un 11-0 partiel.

Bien plus agressives défensivement, les Belges reprenaient le contrôle du match laissé jusque-là aux Biélorusses (sans trop de réussite à distance, heureusement pour les Cats, à du 36 %). La Belgique passait ainsi devant au repos, mais d’une courte tête (37-35).

La Biélorussie empêchait les Belgian Cats de jouer vite ce qui posait de gros problèmes à la Belgique ne pouvant compter que sur la réussite à distance de Kim Mestdagh (17 points et 5 paniers à trois points). Alex Bentley, l’Américaine naturalisée, permettait à ses couleurs de repasser devant (43-46, 27e). Emma Meesseman (23 points, 9 rebonds) et une bombe de Hanne Mestdagh cette fois redonnaient l’élan à la Belgique, mais il était dit que cela resterait compliqué pour la Belgique (52-53 à la demi-heure).

Cela se gâtait en effet à l’entame de la dernière ligne droite sur un nouveau trois points de Bentley (qui finira avec 19 points au compteur) et les paniers de Verameyenka, 15 pts (54-62 à 8 minutes du terme), d’autant que le manque de rotations côté belge se faisait cruellement sentir. L’écart ne cessait de grandir scellant les espoirs belges.

Le premier du groupe est directement qualifié pour les quarts de finale, le 2e et le 3e croisent avec le 3e et le 2e du groupe C (Slovénie, Turquie, Italie, Hongrie) dans un barrage pour rejoindre ce top 8. Le dernier de la poule rentre à la maison.

Pour son retour dans un championnat d’Europe après dix ans d’absence, la Belgique avait décroché la médaille de bronze à l’Euro 2017 à Prague. L’an dernier, les Belgian Cats, avec Julie Allemand en plus, blessée pour l’Euro l’année précédente, avaient confirmé avec une 4e place à la Coupe du monde à Tenerife.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Féru, dit-il, de mythes et d’histoires anciennes, François Fornieri se doit de pouvoir réciter celle de Crésus...

    Nethys: avis de tempête pour le flamboyant Fornieri

  2. «
Que le ministre des Pouvoirs locaux demande des clarifications, c’est normal. Et fuir le conseil d’administration comme le CDH et Ecolo, je ne crois pas que c’est une bonne attitude.
» © Pierre-Yves Thienpont.

    Pierre-Yves Jeholet au «Soir»: «A propos de Nethys, je demande la transparence, la vérité»

  3. Le mouvement pour le climat a réussi à mobiliser au-delà des espérances.

    La mobilisation pour le climat est toujours vive

La chronique
  • {L’Ardenne} ou {les Ardennes}?

    Morphologie et géographie

    Un billet de cette chronique a fait le point récemment sur les marques du nombre dans les noms propres. Si la règle générale prône l’invariabilité, elle connaît de nombreuses exceptions, y compris dans des noms de pays ou de régions. Depuis longtemps, le pluriel s’est imposé dans les Amériques, les Antilles ou les Pouilles  ; à date plus récente sont apparus les deux Congos, les deux Corées, les deux Vietnams. Peut-être sera-t-il question demain des deux Belgiques.

    Vu l’abondance de matière, d’autres toponymes ont été prudemment mis en réserve… en attendant que le loup sorte du bois. Cela vient de se produire le week-end dernier dans le magazine Sosoir, compagnon de votre quotidien...

    Lire la suite

  • Climat: rien n’est fait. Tout reste à prouver

    On en sait qui feront les comptes : 75 à 95.000 début décembre 2018, 75.000 fin janvier 2019, 15 à 20.000 en septembre 2019. Et qui en tireront des conclusions sur un essoufflement du mouvement climatique en Belgique. Plus aisé à faire – mais totalement réducteur – que de se frotter au monde complexe, emporté, contradictoire, désespéré parfois de la mobilisation climatique aujourd’hui.

    Depuis près d’un an, et pas seulement à Bruxelles, des centaines de milliers de personnes ont défilé pour...

    Lire la suite