Accueil Société

Carola Rackete, capitaine à contre-courant de l’Italie de Salvini, arrêtée dans le port de Lampedusa

La capitaine du Sea Watch 3 a décidé il y a deux jours de forcer le blocus des eaux territoriales italiennes imposé par le ministre de l’Intérieur d’extrême droite, Matteo Salvini. Carola Rackete a été arrêtée dans la nuit de vendredi à samedi, avant que ne débarquent 40 migrants bloqués à bord depuis 17 jours.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 4 min

En l’espace de quelques jours, elle est devenue une héroïne pour les uns, l’« emmerdeuse » pour les autres. En Italie, le quotidien La Repubblica saluait le courage de la capitaine du Sea Watch 3 à travers la plume de Gad Lerner, écrivain et journaliste de gauche italien, qui titrait « L’honneur de désobéir ». Le journal de gauche Il Manifesto lui adressait, en une, un lyrique « Capitana, mia capitana ». Pour de nombreux titres de presse internationaux, elle est devenue la femme « qui défie Mateo Salvini ». En décidant mercredi de pénétrer les eaux territoriales italiennes, malgré les interdictions du ministre de l’Intérieur, pour permettre aux 42 migrants qu’elle avait secourus le 12 juin de débarquer, la bénévole de 31 ans a provoqué l’ire de Matteo Salvini.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

11 Commentaires

  • Posté par De Moor Alex, samedi 29 juin 2019, 16:20

    Bateau d'une ONG allemande , capitaine allemande , 17 jours d'attente : pourquoi aller en Italie et pas en Allemagne ou en Angleterre où ... Accoster dans un pays qui fait la sourde oreille au problème grec, italien ou espagnol? Ça aurait sans doute un peu remis les pendules à l'heure. Je n'apprécie guère salvini mais il n'a pas tout a fait tort dans sa démarche de rejets vu l'aide (sic) des autres pays européens.

  • Posté par LIENARD NORBERT, samedi 29 juin 2019, 15:52

    Et elle compte assumer financièrement ceux qu elle a "déposés" ou après elle s en lave les mains ?

  • Posté par Brasseur Michel, samedi 29 juin 2019, 22:21

    Vous ne voulez pas qu'elle vienne vous masser les épaules tant qu'on y est à lui demander de sauver le monde ?

  • Posté par Raurif Michel, samedi 29 juin 2019, 14:25

    Je serais heureux de connaître la réaction de la capitaine face à un pays déterminé comme la Chine, où l’Indonésie qui, lors des réfugies sud-vietnamiens, n’ont pas hésité à tirés et coulés des bateaux avec réfugiés et pas qu’un seul ! Et, être arrêtée en Italie, ce n'est pas être arrêtée en Chine où l'Indonésie, les prisons sont nettement différente ! Je suis certain que la « capitaine « n’aurait pas forcé le barrage. Mais l’Italie et, surtout la présence de la presse internationale, quelle aura ! Défié une autorité n’est jamais la solution d’un problème. Quant aux grands défenseurs des réfugiés et de la capitaine, en parole mais en acte, combien serait heureux d’accueillir des réfugiés chez eux ? Ne chercher pas la réponse, c’est zéro !! Rappelez-vous que l’Italie en a déjà accueilli 690.000 ! Alors …

  • Posté par Petitjean Marie-rose, samedi 29 juin 2019, 18:18

    Philippe, j'aime beaucoup votre résumé (im)pertinent du commentaire de Michel.

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs