Accueil Société

Pourquoi l’identité religieuse a la cote

On croyait la religion enterrée, la société de plus en plus sécularisée. C’est donc la première grande surprise du sondage : trois Belges francophones sur quatre revendiquent une identité religieuse. Analyse des résultats de notre sondage Ipsos-ORELA-RTBF-Le Soir.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 4 min

La religion, une espèce en voie de disparition ? Une affaire qui ne roule plus ? Pas si vite. C’est le premier enseignement et, surtout, la plus grosse surprise de ce sondage : 75 % des répondants revendiquent une identité religieuse. Un chiffre qui interpelle Jean-Philippe Schreiber et son institut de recherche, l’Observatoire des religions et de la laïcité (Orela), à l’origine de ce colloque : « Les différentes enquêtes de ces dernières années montraient une sécularisation constante, les taux de personnes se disant incroyantes tournaient autour de 40 %. » Ici, les athées, agnostiques et autres incroyants et indifférents, regroupés dans une même catégorie, ne représentent que 25 % à 30 % (à Bruxelles).

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs