Des ouvriers réparent, pierre par pierre, la Grande muraille de Chine (photos)

Des ouvriers réparent, pierre par pierre, la Grande muraille de Chine (photos)

C’est une tâche titanesque : sur une portion désolée de la Grande muraille, en banlieue de Pékin, des ouvriers en sueur, armés d’ânes et de chaux, s’échinent à refixer des pierres tombées de l’édifice millénaire.

Cette méthode « à l’ancienne » a été lancée en janvier, sous la pression de l’opinion publique. Car de précédentes restaurations avaient défiguré des parties du monument et provoqué un tollé sur les réseaux sociaux. « Ça, ce sont des briques tombées du mur d’origine. On les utilise pour réparer les parties endommagées », explique Li Jingdong, l’un des ouvriers du chantier.

La météo, le temps, l’abandon et le passage de millions de personnes ont fait des ravages sur de nombreuses sections de la Grande muraille – des prouesses architecturales construites entre le Ve siècle av. J.-C. et le XVIIIe siècle.

Dans la partie de l’édifice située à Jiankou, en banlieue rurale de Pékin, des ouvriers se servent d’un monte-charge électrique afin de soulever une énorme pierre et de la poser avec délicatesse sur un pan de mur écroulé.

Ils utilisent un mélange d’eau et de mortier de chaux, acheminés à dos d’âne, afin de lier les pierres entre elles. Il faut parfois 45 minutes pour placer une seule pierre. Un travail éreintant et relativement mal payé : seulement 150 yuans (19 euros) par jour. Difficile de survivre en ville avec un tel montant, mais il permet de vivre décemment en zone rurale.

L’ingénieur Cheng Yongmao, qui dirige les opérations à Jiankou depuis 15 ans, salue la nouvelle méthode de restauration. Elle permet selon lui de donner « l’impression aux gens que le mur est d’origine, comme s’il n’avait pas été réparé ».

La « Grande muraille » attire 10 millions de visiteurs par an. Il ne s’agit pas d’un édifice continu d’un bout à l’autre, mais d’un ensemble de fortifications parfois très distinctes, construites à des endroits et des époques différentes, pour protéger l’antique frontière nord de l’empire du Milieu.

Du nord-est de la Chine jusqu’au désert de Gobi, dans le nord du pays, les sections restantes des différentes murailles se retrouvent sur des milliers de kilomètres : mises bout à bout, elles s’étendraient sur environ 9.000 km.

Sur le même sujet
MétéoChinePékin
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ©News

    Anderlecht: lettre aux aveugles selon l’évangile de Saint-Vincent

  2. Les arrestations ne sont pas indicatrices du nombre de migrants en transit
: certains migrants ont pu être interpellés dix fois sur l’année, d’autres jamais.

    Le nombre d’arrestation de migrants en transit en hausse de 37% en 2018

  3. Applaudi par ses ministres et les députés de la majorité, Charles Michel quitte la Chambre, son porte-documents à la main. C’était le 18 décembre 2018. © Belga.

    Un an après, les coulisses de la démission de Charles Michel

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite

  • Allez, allez, une seule issue: oser le schwung!

    On ne peut pas dire que les planètes sont bien alignées pour la petite Belgique. Cela fait un an que nous sommes sans gouvernement, six mois qu’on a voté, avec deux nouveaux informateurs qui tentent de trouver une sortie de crise – le Graal, on n’y croit plus – et le sondage que nous publiions ce week-end donnait pour la première fois de notre histoire une domination des partis nationalistes séparatistes dans le groupe linguistique néerlandophone qui pèse désormais près du tiers du Parlement fédéral.

    ...

    Lire la suite