Accueil Sports Cyclisme

Championnat de Belgique de cyclisme: Gilbert et Van Avermaet, drôles d’outsiders pour un National

Un troisième titre national pour Philippe Gilbert ? Un premier pour Greg Van Avermaet ? Un verdict que le Flandrien Walter Godefroot (75 ans), qui sera honoré ce dimanche à Gand, ne renierait pas.

Temps de lecture: 3 min

À six jours du Grand Départ du Tour dans la capitale de l’Europe, l’épicentre du cyclisme belge est localisé à Gand, superbe cité flandrienne dont les artères sont arpentées chaque jour par des milliers de vélos. Le maillot tricolore qu’enfilera le vainqueur ce dimanche soir, au bout des 223 kilomètres bien difficiles à déchiffrer, entre les secteurs pavés des Ardennes flamandes puis un circuit local plat comme la main, sera-t-il présent dans le peloton du Tour ?

L’interrogation est récurrente. Si c’est le cas, cela signifierait que Philippe Gilbert n’aurait pas enlevé de 3e titre national. Mais l’Ardennais, spécialiste patenté de ces épreuves aux codes si spécifiques et surtout, revanchard à souhait après sa non-sélection pour la Grande Boucle, sera l’un des « gros clients » à croquer ce dimanche. Parce que Phil est ainsi fait qu’il exploite d’autant mieux son potentiel quand certains commencent à en douter. Parce que Gilbert est redoutable là où on l’attend le moins, dans l’adversité. Souvenez-vous : il avait conquis son premier titre national en 2011 à Hooglede-Gits, sur un parcours empli de pavés, qui semblait tracé pour Tom Boonen. Et il avait remis le couvert en 2016 aux Lacs de l’Eau d’Heure, alors en fin de contrat chez BMC et sans garantie quant à son avenir. La bête ardennaise est blessée, et d’autant plus redoutable.

Alors que les analystes soulignent avec justesse l’émergence d’une nouvelle génération, qu’ils pointent régulièrement, Jasper Stuyven (très bon au Tour de Suisse), Wout Van Aert (nouveau champion de Belgique du chrono), Remco Evenepoel (bluffant de maturité), Jasper Philipsen (pur sprinter qui découvrira le Tour en fin de semaine alors qu’il dispute sa première saison en WorldTour) voire Yves Lampaert (en tenant du titre) ou Tiesj Benoot (à domicile et récent 4e du Tour de Suisse) parmi les hommes à suivre, Greg Van Avermaet écoute cette énumération avec intérêt.

Sans la désavouer. « Pour la première fois depuis longtemps, je ne fais a priori pas partie des principaux favos, c’est finalement assez agréable », sourit le champion olympique. « Mais vous savez, avant un National, il y a cent scénarios différents qui peuvent être écrits, et personne n’est assuré de détenir le bon. » Pointé à quatre reprises dans le top 5 ces dernières années (dont deux fois médaillé de bronze), le Waeslandien n’a pas encore profité d’un alignement des planètes le jour J. « Lorsque j’évoluais chez Lotto, je n’étais pas encore prêt à maîtriser ce type de course. Chez BMC, nous manquions parfois d’équipiers, parfois aussi Philippe (Gilbert) a agi plus vite que moi (Lacs de l’Eau d’Heure). Mais le championnat de Belgique est, c’est vrai, un objectif très concret que j’aimerais vraiment atteindre avant la fin de ma carrière, comme une victoire au Tour des Flandres et un sacre mondial. Le parcours de ce dimanche est original, avec cette combinaison de circuits dans les Ardennes flamandes puis de boucles autour de Drongen et Gand. » À 34 ans, il va disputer son 13e National d’affilée. « Ce championnat puis le Tour de France dans la foulée sont de belles opportunités à saisir, afin de rendre cette saison 2019 moins frustrante, plus belle. »

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

Aussi en Cyclisme

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

SoSoir Voir les articles de SoSoir VacancesWeb Voir les articles de VacancesWeb