Carola Racketa, la capitaine arrêtée à Lampedusa: «Ce n’était pas un acte de violence, seulement de désobéissance»

Carola Rackete, capitaine du Sea-Watch, arrêtée par la police italienne à Lampedusa
Carola Rackete, capitaine du Sea-Watch, arrêtée par la police italienne à Lampedusa - Reuters

La jeune capitaine du Sea-Watch, Carola Rackete, arrêtée après avoir accosté de force dans le port de Lampedusa pour débarquer des migrants, explique que sa manœuvre n’était « pas un acte de violence, mais seulement de désobéissance » dans une situation désespérée.

« Ce n’était un acte de violence, seulement de désobéissance », explique dans une interview dimanche au Corriere della Sera Carola Rackete, accusée d’avoir tenté une manœuvre dangereuse contre la vedette des douanes qui voulait l’empêcher d’accoster.

« La situation était désespérée, mon objectif était seulement d’amener à terre des personnes épuisées et désespérées. J’avais peur », a ajouté la jeune allemande qui dit avoir craint que des migrants se suicident en se jetant à l’eau, alors qu’ils ne savent pas nager. « Je ne voulais certainement pas toucher la vedette des douaniers, mon intention n’était pas de mettre quiconque en danger, je m’en suis déjà excusée et je renouvelle mes excuses. »

Elle risque entre trois et dix ans de prison

Sa manœuvre à la barre du Sea-Watch dans la nuit de vendredi à samedi pour accoster à Lampedusa n’a pas fait de blessés et le navire humanitaire a pu débarquer 40 migrants qu’il avait secourus 17 jours plus tôt au large de la Libye. Placée aux arrêts domiciliaires, la capitaine sera présentée à un juge en début de semaine à Agrigente et devra répondre notamment des faits d’aide à l’immigration clandestine et de résistance à un navire de guerre. Pour ce dernier délit, elle risque entre trois et dix ans de prison.

« Cela a seulement été de la désobéissance et j’ai fait une erreur d’appréciation en approchant du quai », a encore expliqué la capitaine. « Je n’avais pas le droit d’obéir, on me demandait de les ramener (les migrants) en Libye. Mais du point de vue de la loi, ce sont des personnes qui fuient un pays en guerre, la loi interdit qu’on puisse les ramener là-bas. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous