Accueil Société

Attentat de Liège: une indemnisation plutôt qu’une aide pour les victimes de terrorisme

A l’heure où l’enquête sur l’attentat du 29 mai 2018 à Liège touche à sa fin, se pose la question de l’aide aux victimes. Faut-il un système d’aide ou une indemnisation pour les victimes d’attentat qui subissent un préjudice spécifique ?

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 6 min

L’enquête sur l’attentat du 29 mai 2018, qui a coûté la vie à deux policières liégeoises et un étudiant, est en passe d’être bouclée. Et si l’on a pu épingler quelques radicalisés ayant fréquenté Benjamin Herman en prison, il aurait été conclu de manière claire qu’aucun d’eux n’était responsable de sa radicalisation, celle-ci remontant à une dizaine d’années auparavant, lors de précédents séjours pénitentiaires. « On se dirige donc vers un non-lieu, il n’y a plus d’auteur en vie, plus de suspect que l’on puisse retenir, l’action publique est morte, résume Me Gilissen, conseil des familles des deux policières (hormis le fils de Lucile).

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs