Le sommet européen sur les nominations a débuté avec trois heures de retard

Le sommet européen sur les nominations a débuté avec trois heures de retard

Le sommet européen, prévu à 18h00 ce dimanche, n’a formellement débuté que vers 21h20. Les membres du Conseil européen appartenant au PPE, la principale famille politique de l’UE, ont torpillé avant le début de la réunion un projet de répartition des postes, qui aurait porté le socialiste néerlandais Frans Timmermans à la tête de la Commission.

Cette piste, négociée entre plusieurs dirigeants en marge d’un sommet du G20 à Osaka, aurait signifié que l’Allemand Manfred Weber, candidat principal (« Spitzenkandidat ») du PPE, restée la plus grande famille politique de l’UE à l’issue des élections, n’obtiendrait pas ce poste.

Nominations européennes : Angela Merkel s’attend à des discussions compliquées sur les postes clés

En contrepartie, les conservateurs réclamaient le perchoir du Parlement pour M. Weber, ainsi que la présidence du Conseil européen, un poste que leur contestaient toutefois les libéraux.

Alors que la chancelière allemande, Angela Merkel, membre du PPE, semblait prête à travailler à un compromis sur cette base, les autres représentants du PPE au Conseil ont rejeté la proposition avant le début du sommet.

Face à l’impasse

« La majorité des Premiers ministres du PPE pense que nous ne devrions pas renoncer à la présidence de la Commission si facilement, sans nous battre », a expliqué le Premier ministre irlandais, Leo Varadkar. « Le nom de Weber est toujours sur la table », a-t-il ajouté.

Nominations européennes : l’option Timmermans pour la présidence de la Commission

« Le PPE en tant que parti a remporté les élections et doit obtenir la présidence de la Commission européenne », a soutenu son homologue croate Andrej Plenkovic.

Les dirigeants irlandais et croate, mais aussi le letton, Krisjanis Karins, ont fait part de leur scepticisme quant à la possibilité de trouver une solution ce dimanche.

Face au blocage, le président du Conseil, Donald Tusk, a multiplié les consultations, tandis que des réunions entre les représentants des familles politiques ont été organisées. Vers 21h20, le sommet a finalement pu commencer.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20190906-3VY1PT 2019-11-05 21:25:44

    Coalition fédérale: le CDH n’exclut plus une participation

  2. Le Parti socialiste de Pedro Sánchez reste le premier, avec 120 sièges sur 350. Mais bien loin de la majorité... © AFP.

    Elections: l’Espagne toujours à la recherche d’une majorité

  3. Le professeur avait souvent été dénoncé pour ses violences. Contre des étudiants. Mais surtout sur des femmes dont certaines avaient déposé des plaintes.

    Le professeur russe qui se prenait pour Napoléon a tué et démembré sa compagne

La chronique
  • L’Otan doit-elle suspendre son vol?

    Il y a un côté enfantin chez Emmanuel Macron, mais au sens de l’enfant du fameux conte d’Andersen qui s’écrie « Le roi est nu ! », provoquant ainsi le rire libérateur des sujets qui n’osaient pas s’avouer à eux-mêmes que leur souverain se promenait totalement à poil.

    En l’occurrence, Macron n’a pas fait rire mais, en déclarant dans une interview au magazine britannique The Economist, que l’Otan était « en état de mort cérébrale », il a dit très exactement ce que tout le monde sait, ce que tout le monde voit, mais que seul un esprit un peu enfantin pouvait oser dire. Angela Merkel a d’ailleurs trouvé la bonne expression : elle n’a pas dit que c’était faux (personne n’a vraiment dit que c’était faux !), elle a simplement fait remarquer que c’était « intempestif ». Intempestif signifiant exactement, si l’on se réfère au dictionnaire : « C’est vrai, mais ce n’est pas le moment de le dire. »...

    Lire la suite

  • Otan: le réveil de Macron, le risque de la division

    Il faut ouvrir la bouche quand on pense pouvoir exprimer clairement une opinion : c’est peu diplomatique, mais je ne suis pas un diplomate, je suis un politique. » Non, ce n’est pas là Emmanuel Macron qui parle. C’est le président sortant du Conseil européen, le Polonais Donald Tusk, qui, peu avant de tirer sa révérence, accorde au Soir un long entretien.

    ...

    Lire la suite