L’ULB a protégé un chercheur accusé de fraudes scientifiques

L’ULB a protégé un chercheur accusé de fraudes scientifiques
Belga

Un professeur de l’ULB a bénéficié entre 2002 et 2016 d’une protection de la part de l’université et du Fonds de la recherche scientifique (FNRS) pour lesquels il travaillait, rapporte lundi la Dernière Heure sur base d’un dossier d’une centaine de pages remis au quotidien.

La liste des griefs à l’encontre du professeur est longue et certains se jouent devant les tribunaux. Une enquête interne pour mauvaises pratiques et harcèlement moral, une enquête financière, une autre plainte pour harcèlement, une plainte pénale pour non-assistance à personne en danger lors d’essais cliniques, des preuves de fraudes scientifiques et plusieurs articles de presse ont touché en 14 ans ce chercheur travaillant, notamment, au service de l’ULB.

Cette personne semble avoir bénéficié d’une grande mansuétude de la part des instances dirigeantes de l’université bruxelloise, écrit la DH.

En 2016, soit quatorze ans après la première enquête à son encontre, il a été licencié par le FNRS, à la suite de « l’existence d’erreurs répétées et la décision de l’ULB de ne plus donner l’autorisation de diriger des thèses ».

Dans le quotidien, l’université souligne que « personne ne bénéficie d’impunité sous la coupe de l’ULB.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Environ un millier de personnes sont en quarantaine dans l’ouest de l’Allemagne vendredi, maintenant que le nombre de cas confirmés est passé à 53. La mesure s’applique au district de Heinsberg, très près de la frontière avec la Belgique.

    Le coronavirus bouleverse la planète

  2. La consultation et la participation des citoyens aux projets sont nécessaires pour atteindre la neutralité carbone en 2050 selon les experts.

    La Bruxelles de 2050 germe aujourd’hui

  3. Michaël Trabbia, patron d’Orange, avait déposé une offre valorisant VOO à 1,2 milliard.

    «La vente de VOO a le goût, la couleur et l’odeur d’une vaste fraude»

La chronique
  • Allô, Alost?

    Allô, Alost ?

    Ouais, à l’eau…

    Et merci au Dieu de l’Ancien Testament d’avoir arrosé les comiques du coin ce dimanche de carnaval, on aurait dit les premières heures du Déluge. L’Ancien Testament est la Bible des Juifs. Ce qui souligne le pouvoir exorbitant de ces gens-là. La seule question que se posait Noé dimanche dernier était : qui de tous ces animaux laisser entrer dans l’Arche ? Aux dernières nouvelles, il a décidé de couler avec son rafiot.

    Dieu a fait l’homme à son image, paraît-il. Pourquoi l’homme d’Alost doit-il alors se cacher derrière des masques affreux ?

    Le nœud de cette affaire, c’est la définition de l’humour. Une quête impossible. Ce qui fait rire votre voisin et vous laisse de glace ou vous agace, est-ce de l’humour ? Bien sûr que oui car pour qui vous prenez-vous ? Pourquoi auriez-vous meilleur goût que votre voisin ?

    ...

    Lire la suite

  • Les dangereuses conséquences politiques du coronavirus

    Le coronavirus est d’abord et avant tout un défi sanitaire mondial, évidemment. Avec un questionnement scientifique et la mise en place nécessaire de mesures à la fois fortes et proportionnées pour endiguer l’épidémie. Mais la maladie, qui est installée désormais au centre de l’attention de toute la planète, est, et de plus en plus, un révélateur démocratique. Quand on voit, de Rome à Paris en passant par Pékin, comment le virus s’invite sur la scène politique et les dégâts qu’il y fait, on s’inquiète autant, si pas plus, à ce propos que...

    Lire la suite