Amendes plus chères, véhicules polluants interdits, objets en plastique bannis…: tout ce qui change ce 1er juillet

Les gobelets en plastique sont interdits lors des manifestations publiques à Bruxelles
Les gobelets en plastique sont interdits lors des manifestations publiques à Bruxelles - René Breny

Les infractions au code de la route

Plusieurs infractions au code de la route voient leur degré de gravité rehaussé à partir de ce lundi 1er juillet. C’est notamment le cas des automobilistes qui roulent sur la bande d’arrêt d’urgence et qui risquent désormais une amende de 174 euros contre 58 euros jusqu’ici, l’infraction passant du premier au troisième degré.

Monopoliser la bande du milieu coûte également plus cher. En effet, tout automobiliste qui ne se rabat pas à droite après une manœuvre de dépassement, en particulier sur l’autoroute, écopera d’une transaction immédiate de 116 euros. Cette infraction devient une infraction du deuxième degré.

L’interdiction de dépasser en cas de précipitations pour les véhicules et les remorques d’une masse maximale autorisée de plus de 7,5 tonnes devient aussi une infraction du deuxième degré, tout comme le fait pour les bus, autocars et autres véhicules, dont la masse maximale autorisée est supérieure à 3,5 tonnes, de circuler sur la bande la plus à gauche sur une autoroute à trois bandes. Cela signifie que ces infractions feront l’objet d’une perception immédiate de 116 euros, contre 58 euros aujourd’hui.

Une remise plus rapide des amendes

Non seulement les sanctions pour certaines infractions deviennent plus sévères mais la police peut verbaliser plus rapidement. La liste des infractions qui peuvent être constatées avec des appareils automatiques -sans présence physique d’un agent- est en effet élargie.

On y retrouve des infractions telles que la conduite en sens non autorisé, le blocage d’un carrefour même si le feu vous y avait préalablement autorisé (175 euros), le non-respect d’un panneau de signalisation ou d’un marquage au sol, etc.

Par ailleurs, toutes les infractions liées aux dépassements et interdictions de dépassement ont été ajoutées à l’éventail des infractions pouvant être détectées par une caméra ANPR (pour « Automatic Number Plate Recognition », qui lit les plaques d’immatriculation des véhicules, NDLR).

Le certificat d’immatriculation fait peau neuve

Une nouvelle version du certificat d’immatriculation belge (CIM) est lancée ce 1er juillet. Seul son contenu a été révisé.

Quelques données devenues obsolètes ont été supprimées, ce qui permet aux données restantes d’être plus espacées. La police de caractère de ces données est également agrandie pour une meilleure lisibilité.

Une donnée utile n’apparaît par contre plus, à savoir la valeur CO2 du véhicule. « En effet, plusieurs valeurs CO2 différentes peuvent exister pour un même véhicule. Toutes ne peuvent pas être indiquées sur le certificat, mais elles restent de toute façon inscrites sur le certificat de conformité (COC), un document de bord obligatoire », souligne le SPF Mobilité et Transports. Ces données sont aussi disponibles sur la page « Mon véhicule, ma plaque », sur le site internet du SPF.

Les véhicules les plus polluants interdits dans le Grand Paris

Les véhicules les plus polluants, c’est-à-dire les motorisations diesel de plus de 18 ans et essence de plus de 21 ans, sont interdits de circulation dès ce 1er juillet 2019 dans un large périmètre autour de Paris.

Plus de la moitié (49) des 79 communes du Grand Paris situées dans le périmètre concerné ont accepté d’adhérer à cette Zone à faible émission (ZFE).

Concrètement, seront frappés d’interdiction les véhicules diesel immatriculés et mis en circulation entre le 1er janvier 1997 et le 31 décembre 2000 et les essence de plus de 21 ans, soit des véhicules qui ne respectent pas les normes européennes et françaises en termes d’émissions de polluants et de particules fines. Ces véhicules ne peuvent plus circuler dans le périmètre situé à l’intérieur de l’A86, qui forme une boucle autour de Paris et relie de grandes villes de la banlieue parisienne comme Versailles (Yvelines) ou Bobigny (Seine-Saint-Denis), par exemple.

Tous les véhicules sont concernés : motos, voitures, ou utilitaires, immatriculés en France ou à l’étranger. Le petit autocollant rond indique la classe (de 1 à 5) à laquelle appartient votre véhicule en fonction des émissions polluantes qu’il émet mais aussi en fonction de la date de la première immatriculation et de la norme Euro (indiquée sur le certificat d’immatriculation). Les véhicules électriques, hydrogène, gaz et hybrides rechargeables bénéficient directement du meilleur classement.

La vignette peut être obtenue uniquement par internet, sur le site officiel du service de délivrance des certificats, au prix de 4,21 euros pour la Belgique, envoi compris. Il faut compter entre 3 semaines et un mois pour la recevoir. Les automobilistes qui prendront le risque de rouler sans la vignette risquent une amende de 68 euros en cas de contrôle (135 euros pour les poids lourds).

La Ville de Bruxelles bannit les objets en plastique lors d’événements publics

Les objets en plastique à usage unique sont désormais interdits lors des événements organisés sur l’espace public à Bruxelles. Le collège des bourgmestre et échevins a dressé la liste des objets interdits.

La mesure a été prise dans le contexte du Plan Climat adopté par la Ville pour contribuer à la diminution de la pollution. L’interdiction vise les objets à usage unique du type pailles, gobelets, couverts ou encore barquettes. Une alternative sera proposée pour chacun de ces objets.

La liste a été distribuée aux organisateurs d’événements sur l’espace public et le non-respect du règlement pourra donner lieu à une amende administrative.

Lancement d’un projet-pilote pour mener des tests prédictifs après un cancer du sein

Dès ce 1er juillet, un projet-pilote est mené pour effectuer des tests prédictifs gratuits après le retrait d’une tumeur due à un cancer du sein. La ministre de la Santé Maggie De Block (Open VLD) a débloqué une enveloppe de 2 millions d’euros pour permettre l’opération dans les cliniques du sein agréées.

Le MammaPrint ou Oncotype, effectué à un stade précoce de la maladie, permet de déterminer le risque de rechute. Si celui-ci est faible, une chimiothérapie n’apportera rien et pourra être évitée en toute sécurité. Après la chirurgie mammaire, la chimiothérapie garantit la destruction des métastases mais les effets secondaires sont considérables, comme la perte de cheveux ou de la mémoire.

Pour bénéficier d’un test gratuit, il faut faire l’objet d’une évaluation des cliniques du sein agréées et participant au projet. Le projet-pilote s’étendra sur une période de trois ans.

Chaque année, environ 10.800 femmes développent un cancer du sein en Belgique.

Hygiéniste bucco-dentaire, une nouvelle profession des soins de santé

Hygiéniste bucco-dentaire est une nouvelle profession reconnue par la ministre de la Santé, Maggie De Block.

Les hygiénistes bucco-dentaires sont là pour assister le dentiste dans l’exercice de sa profession. Concrètement, ils effectueront des actes préventifs de manière autonome, comme donner des avis en matière de soins bucco-dentaires. Ils pourront aussi pratiquer des gestes tels que le détartrage, enlever les points de suture ou encore manier des appareils d’imagerie médicale.

Les hygiénistes bucco-dentaires travailleront notamment dans la première ligne de soins, au sein d’un cabinet de dentiste, mais aussi dans les hôpitaux, les centres d’hébergement et de soins, les maisons de repos, les institutions pour personnes handicapées, les établissements de soins de santé mentale… afin de toucher les publics cibles vulnérables.

Pour avoir accès à la profession, il faut suivre une formation de l’enseignement supérieur, assortie d’un stage de minimum 600 heures.

Des indemnités de maladie dès le 1er jour pour les indépendants

Les travailleurs indépendants ne doivent plus respecter de délai de carence avant de pouvoir bénéficier d’indemnités de maladie pour les périodes d’incapacité de travail qui dépassent sept jours.

Auparavant, les travailleurs indépendants se voyaient appliquer un délai de carence d’un mois durant lequel ils ne pouvaient pas bénéficier d’indemnités d’incapacité de travail, ce qui avait pour conséquence que beaucoup continuaient à travailler même s’ils n’en étaient pas en état. Début 2018, cette période avait été réduite et n’était plus que de 14 jours.

Dès ce 1er juillet 2019, ce délai de carence est totalement supprimé pour les périodes d’incapacité de travail qui dépassent sept jours. Cela signifie qu’un travailleur indépendant qui ne peut travailler pendant au moins sept jours en raison d’une maladie ou d’un accident pourra bénéficier d’indemnités de maladie dès le premier jour où il cesse son activité. Le délai de déclaration de l’incapacité de travail sera également réduit à sept jours.

Un nouveau statut pour les chômeurs souffrant d’un problème sérieux

Les demandeurs d’emploi qui souffrent de problèmes sérieux d’ordre médical, mental, psychologique ou psychiatrique (MMPP) bénéficient d’un nouveau statut ce 1er juillet. Ils peuvent continuer à obtenir une allocation de chômage ou de sauvegarde pendant une période de deux ans renouvelable.

Quelque 5.000 personnes se retrouvent dans cette catégorie parce que le problème dont elles souffrent ne leur permet pas de bénéficier d’une indemnité de maladie mais entrave considérablement leur recherche d’un emploi.

Ces personnes bénéficieront désormais d’un statut particulier « MMPP » qui sera attribué par les services régionaux de l’emploi (Forem, Actiris, VDAB) sur la base d’un outil scientifique international (International Classification of Functioning Disability Health). Le statut est accordé pendant deux ans, renouvelable après un contrôle. Il est assorti d’un accompagnement adapté et place le demandeur d’emploi dans une situation de disponibilité passive par rapport au marché de l’emploi.

Durant cette période, le demandeur a droit à des allocations de sauvegarde du même montant que les allocations d’insertion. S’il devient disponible sur le marché de l’emploi, il peut recevoir cette allocation pendant une période supplémentaire de deux ans maximum afin de lui permettre de trouver un travail.

Le nouveau statut est introduit dès le 1er juillet 2019 et prendra effet à compter du 1er janvier 2020.

Adaptation des règles et simplification administrative pour les bénéficiaires d’une Grapa

Les règles relatives à la garantie de revenus aux personnes âgées (Grapa), forme d’allocation sociale pour les plus de 65 ans qui ne disposent pas de ressources financières suffisantes, sont plus strictes depuis le1er juillet. Les bénéficiaires devront signaler à l’avance s’ils sont absents de leur domicile pendant plus de 21 jours consécutifs, même s’ils restent en Belgique. La procédure de contrôle est, elle, simplifiée.

La Belgique compte 105.000 bénéficiaires de la Grapa, qui doivent respecter plusieurs conditions. Un séjour à l’étranger de plus de 29 jours calendriers, consécutifs ou non, par année civile entraîne la suspension du paiement tandis que le bénéficiaire perd son droit à la Grapa s’il réside plus de six mois de manière ininterrompue à l’étranger ou s’il n’est plus inscrit au registre d’une commune belge.

Pour y avoir droit, il est donc nécessaire de signaler à l’avance un séjour temporaire à l’étranger, quelle que soit la durée. Cette obligation n’est pas nouvelle mais, désormais, le Service Pensions suspendra la Grapa pour un mois en cas d’absence de notification.

À partir du 1er juillet, les personnes doivent également signaler s’ils sont absents de leur domicile pendant plus de 21 jours consécutifs tout en restant en Belgique. Cette démarche est requise afin d’éviter qu’un contrôle se produise au domicile et que le paiement soit suspendu à tort, précise le service. Le contrôle peut s’effectuer à la résidence provisoire.

La procédure de contrôle est par ailleurs simplifiée. Le bénéficiaire devait auparavant se rendre personnellement à l’administration communale avec le certificat de résidence. Désormais, le facteur se rendra à son domicile à la demande du Service Pensions au moins une fois par an, à une date aléatoire. Si la personne concernée est absente, le facteur se représentera dans les jours suivants. En cas de trois tentatives infructueuses, le bénéficiaire de la Grapa aura cinq jours pour faire compléter un certificat de résidence par la commune.

Des règles plus strictes pour la vente de cannabis légal

Les règles concernant la vente de cannabis légal (léger) sont désormais harmonisées. La vente et l’achat en ligne sont notamment interdits. Chaque importateur devra par ailleurs enregistrer son produit et fournir davantage d’informations aux autorités.

Le SPF Santé publique voit également ses prérogatives renforcées. « Jusqu’à présent, nous ne pouvions que donner un avertissement », rappelle Paul Van den Meerssche, inspecteur en chef du service public fédéral. « Si les règles ne sont pas respectées, le produit pourra être confisqué », ajoute-t-il. « Et ce n’est que lorsque toutes les conditions sont remplies que nous vérifions la teneur en THC. Le maximum de 0,2 % du THC, substance psychoactive, n’est pas souvent dépassé, mais cela arrive. »

Ces règles plus strictes s’appliquent déjà aux cigarettes électroniques et aux produits à base de tabac, entre autres. Outre les ventes en ligne, les ventes individuelles sont également interdites : le produit doit être préemballé et doit également porter un timbre fiscal. De plus, aucune publicité annonçant un hypothétique effet positif sur la santé ne sera tolérée.

Fini les bulletins d’information de nuit en direct sur les radios de la RTBF

Il n’y a plus de rendez-vous d’information en direct sur les radios de la RTBF durant la nuit, précisément de 01h00 à 04h00 du matin. Le dernier point info « live » sur les antennes radio du service public aura lieu à minuit et le premier à 05h00 du matin.

La RTBF insiste pour dire que les flashs info ne sont pas purement et simplement supprimés mais qu’ils sont modifiés. Un résumé des informations du jour, préenregistré, sera en effet diffusé lors des rendez-vous d’information de 01h00, 02h00, 03h00 et 04h00 du matin, lorsque l’actualité n’évolue pas.

En cas de gros événement, un système d’alerte a été mis en place avec l’Agence de presse Belga. Si un fait d’actualité demande une couverture, la RTBF « disposera d’une capacité de réactivité » et des « journalistes seront en situation de faire des flashs, tout comme d’alimenter le site info », garantit le service public. Il s’agit d’une phase test.

Skynet disparaît au profit de Proximus Pickx

Skynet, le portail d’informations et de divertissements de Proximus lancé dans les années 90, disparaît au profit de Proximus Pickx.

Skynet.be est un portail d’informations et de divertissement né en 1995. Le site deviendra donc www.proximuspickx.be. Les contenus de l’ancien portail, comme les articles, concours, vidéos exclusives, se retrouveront sur la nouvelle plateforme. Il sera possible à la fois d’y regarder la télévision, pour autant que l’on soit client, et de retrouver un ensemble d’autres contenus, promet l’opérateur.

Les adresses email @skynet.be ne connaîtront par contre aucun changement et continueront à exister. La boîte mail reste d’ailleurs accessible de la même manière : en passant par l’icône enveloppe dans le coin supérieur droit du site.

Les aumôniers et conseillers moraux de prison dotés d’un statut

Les aumôniers et les conseillers moraux employés au sein des prisons sont depuis ce 1er juillet dotés d’un statut social complet. La mesure s’inscrit dans le cadre des recommandations formulées par la commission d’enquête parlementaire sur l’amélioration de l’accompagnement religieux et non confessionnel en prison, dans le but de lutter contre la radicalisation.

Le nouveau statut social leur permettra d’avoir accès au niveau B, puis, en fonction de l’ancienneté, au niveau A.

Un aumônier débutant gagnera ainsi entre 1.392,23 et 1.518,80 euros net par mois. Après huit ans d’ancienneté, le salaire sera compris entre 1.873,13 et 2.043,42 euros net par mois. Un aumônier en chef gagnera entre 2.444,54 euros et 2.666,78 euros net par mois. Ils bénéficieront en outre de droits sociaux tels que des congés de maladie ou de maternité/paternité.

Une nouvelle structure pour l’Union belge de football

La nouvelle structure de l’Union belge de football (URBSFA), approuvée fin juin en assemblée générale, entre en vigueur ce 1er juillet.

Cette nouvelle structure doit simplifier drastiquement la fédération. Deux entités, l’association proprement dite et une ASBL, seront regroupées en une seule ASBL.

Le Comité exécutif, qui est depuis toujours la plus haute instance fédérale, sera transformé. Le principal organe de la nouvelle structure, qui comprendra quatre entités, sera l’assemblée générale, avec la compétence pour les comptes annuels et les statuts. Le conseil d’administration de l’URBSFA a décidé que Voetbal Vlaanderen recevra 25 mandats, la Pro League 22 et l’ACFF 18. Les six mandats restants seront pour des administrateurs indépendants nommés « Football Family » par l’Union belge.

Le fonctionnement des instances indépendantes (commissions disciplinaires, commission d’intégrité et commission des licences) n’est pas modifié.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous