Coalition fédérale: les informateurs Reynders et Vande Lanotte reconduits avec une mission adaptée

Le 30 mai, le roi Philippe a nommé Didier Reynders et Johan Vande Lanotte comme informateurs.
Le 30 mai, le roi Philippe a nommé Didier Reynders et Johan Vande Lanotte comme informateurs. - PhotoNews

Les informateurs fédéraux, Didier Reynders (MR) et Johan Vande Lanotte (SP.A), ont fait lundi rapport au Roi pour la troisième fois. Le Roi a demandé aux informateurs d’établir, dans la poursuite de leurs échanges, une note pouvant servir de base aux futures discussions de préformation. Les informateurs feront un premier rapport le 12 juillet et un suivant le 29 juillet.

Lors de la conférence de presse qui a suivi l’entretien avec le chef de l’Etat, les informateurs ont confirmé qu’ils travailleront, « quant au fond, avec les partis susceptibles de former un gouvernement fédéral, à l’élaboration d’une note qui servirait de base aux discussions futures sur la préformation ».

Jusqu’ici, les discussions ont essentiellement porté sur l’état des relations entre les partis et sur les défis qui attendent le pays, ont-ils rappelé.

Coalition fédérale : « La situation politique la plus difficile que la Belgique ait connue », estime Di Rupo

Rarement, la situation politique belge aura semblé aussi bloquée, avec des partis traditionnels en recul historique et une N-VA en baisse mais qui forme avec le Vlaams Belang une famille nationaliste flamande pesant 42 des 150 sièges de la Chambre.

Des prochains contacts intensifs

Didier Reynders et Johan Vande Lanotte auront des contacts intensifs avec les différents partis durant les deux prochaines semaines. Dans une première phase avec les familles politiques ou avec un parti seul et, dans un deuxième temps, par rôle linguistique.

Elections 2019 : pour Patrick Dewael, les informateurs royaux ne doivent pas jeter l’éponge

Durant la semaine du 15 au 22 juillet, ils se consacreront principalement à la rédaction de leur note. Johan Vande Lanotte sera à l’étranger pour une mission universitaire d’où il participera à l’élaboration de la note.

Au cours de la dernière semaine de juillet, les informateurs organiseront une dernière série de consultations avec les différents partis. Sur base de cette nouvelle série de discussions politiques discrètes, les informateurs royaux tenteront de progresser vers la formation d’un gouvernement fédéral.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. 06670710

    Brexit: Boris Johnson menace d’élections anticipées

  2. Le 17 août 1996, sur les marches du palais de justice de Neufchâteau, apparaît, entre deux policiers, un petit homme rondouillard, aux traits creusés par des heures d’interrogatoires.

    Michel Nihoul est mort: l’affaire Dutroux perd l’une de ses figures

  3. Schwarzenegger dans le dernier «
Terminator
».

    Arnold Schwarzenegger: «La saga ‘Terminator’ a été un chapitre très important de ma vie»

La chronique
  • CD&V: Blanche-Neige et les Sept Nains

    Le CD&V est en grand désarroi. La preuve : pour succéder à Wouter Beke, l’ancien président des démocrates-chrétiens flamands, déjà sept candidats se sont présentés. La plupart d’entre eux sont bourgmestres.

    Ce n’est pas par hasard si le CD&V est toujours le plus grand parti au niveau local, avec plus de 120 bourgmestres sur 300 communes flamandes. Quelques candidats se singularisent : il y a par exemple le président des jeunes démocrates-chrétiens, Sammy Mahdi, toujours accompagné de son chien Pamuk. Ou il y a l’unique femme parmi eux, Katrien Partyka, la bourgmestre de Tirlemont, où le CD&V est devenu en 2014, pour la première fois dans l’histoire de la ville, le plus grand parti. Ou encore, il y a l’acteur bien connu parmi les sept : Walter De Donder, bourgmestre d’Affligem, qui gagne sa vie en jouant le rôle du lutin Plop dans la série pour enfants Le Lutin Plop. Et puis, il y avait les deux candidatures annoncées, celle de Pieter De Crem et celle d’Hendrik Bogaert, bien connus et plutôt à droite, mais qui in fine se sont abstenus....

    Lire la suite

  • Patients et soignants méritent mieux que cela

    Pour les uns – les patrons – il n’y a là rien d’autre qu’une espèce de paranoïa syndicale. Pour les autres – les syndicats – l’accord du non-marchand de 2017 a valeur exclusive d’avancée sociale à l’avantage du personnel. Entre les deux camps, la ministre en affaires courantes de la Santé publique compte les coups. Elle penche même, une fois n’est pas coutume, en faveur des travailleurs, assurant qu’infirmiers, sages-femmes, kinés, logopèdes, diététiciens – « tout le personnel soignant » en fait – doivent « recevoir la...

    Lire la suite