Accueil Monde Union européenne

«Intolérable», «Mensonge», «Honte»…: l’accord avec le Mercosur critiqué jusque dans la majorité

L’accord de libre-échange entre l’Union européenne et les pays membres du Mercosur continue d’être la cible de vives critiques.

Temps de lecture: 3 min

Des écologistes à l’extrême droite, et jusque dans la majorité, la signature de l’accord commercial entre l’Union européenne et les pays membres du Mercosur continue lundi d’être la cible de vives critiques.

Nicolas Hulot : « L’accord avec le Mercosur est à l’origine de tous les problèmes écologiques »

Le vote des eurodéputés En Marche en faveur de cet accord « n’est pas acquis », a averti lundi sur RTL Pascal Canfin, numéro deux sur la liste Renaissance aux élections européennes. Il a prévenu que la position serait prise après l’examen de l’impact de ce texte, signé vendredi entre l’UE et quatre pays (Brésil, Argentine, Uruguay et Paraguay), sur les filières agricoles et sur l’environnement, en particulier la déforestation.

À lire aussi Accord entre l’UE et les pays du Mercosur: les craintes de la Belgique

La députée et porte-parole de LREM Aurore Bergé a pour sa part évoqué un problème « de forme » : « une Commission (européenne) sortante (qui) se permet dans les dernières heures de sa présidence de signer un traité alors qu’une nouvelle Commission doit être nommée ». « Ce n’est pas tolérable que les choses puissent se passer comme ça », a-t-elle estimé sur RFI.

Mercosur : les agriculteurs européens révoltés par l’accord

Toujours dans les rangs de la majorité, Jean-Baptiste Moreau, député LREM agriculteur de profession, dit dans Le Monde « contest(er) le fait d’importer les produits issus d’une agriculture parmi les plus nocives au monde, avec celle des Etats-Unis » : le Brésil de Jair Bolsonaro « a réautorisé chez lui plus de 250 substances interdites en Europe, car excessivement dangereuses ».

Les critiques fusent aussi dans l’opposition

L’eurodéputé EELV Yannick Jadot (EELV) a dénoncé le « mensonge » et la « duplicité indigne » du gouvernement « qui prétendait pendant la campagne (des élections européennes, NDLR) que la France ne signerait pas l’accord du Mercosur ».

Matthieu Orphelin, ex-«marcheur » proche de Nicolas Hulot, lui-même très critique de l’accord, a estimé dans un communiqué que cette signature révélait « un dysfonctionnement grave dans la politique commerciale de l’UE, en déphasage total avec les enjeux climatiques, agricoles et sociaux ».

À lire aussi Lettre d’Europe: «Là où les poulets crus se promènent»

Le porte-parole du Rassemblement national Sébastien Chenu a de son côté vu dans cet accord « l’accord de la honte », qui « va sacrifier l’agriculture française ».

Saluant samedi la conclusion du traité, Emmanuel Macron avait assuré qu’il serait « vigilant » sur la mise en œuvre de ce vaste pacte de libre-échange touchant près de 770 millions de consommateurs.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par Pablos Gino, lundi 1 juillet 2019, 17:30

    Sommes nous surs que nous sommes en démocrtatie,ou bien la démocratie s'arrête au simple droit de vote et ceux qui ont été élus se donnent ensuite carte blanche,m'enfin pas si blanche que ça, vu qu'elle est dictée par les lobbies .

  • Posté par Carré Albin, lundi 1 juillet 2019, 16:33

    La politique, c'est le pouvoir des lobbies et le mépris des politiciens à l'égard de l'intérêt des citoyens.

Plus de commentaires

Aussi en Union Européenne

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une