Accueil Société Régions Bruxelles

«Il faudra que Bruxelles-Propreté donne les coups de balai là où il faut», réagit Olivier Maingain

L’agence régionale est en piteux état : dérapage budgétaire, graves dysfonctionnements de gestion, manque de stratégie… Le dossier est d’ores et déjà pourri pour la prochaine législature.

Temps de lecture: 3 min

Il faudra que l’agence Bruxelles Propreté donne les coups de balais là où il faut, a affirmé lundi après-midi, le président de Défi, Olivier Maingain. Plusieurs dossiers relatifs à la gestion de l’agence en charge de la collecte des déchets dans la capitale risquent de compliquer la tâche des négociateurs bruxellois.

Faisant le point sur ce dossier, Le Soir est revenu lundi sur des chiffres évoqués au début du mois de mai dernier par le quotidien l’Echo, sur foi d’un document remis par la direction aux organisations syndicales.

Bruxelles-Propreté, une bombe politique à retardement

Il manque 51 millions d’euros pour boucler l’année 2019 en équilibre : 8,5 millions d’euros de déficit pour l’année en cours ; 9 millions d’euros de provision pour le personnel et 34 millions de retenue sur la dotation régionale imposée par le tribunal de première instance, l’an dernier, à la suite de l’action du secteur privé, contre les activités commerciales (18.000 contrats de ramassage des déchets des commerces et entreprises) de l’agence. Ces activités sont jugées source de concurrence déloyale, faute d’étanchéité budgétaire dans la gestion de la dotation publique destinée au seul ramassage.

>>Toutes nos informations à lire sur Le Soir +

Selon Le Soir, il manque 9 millions d’euros pour 2019, à la suite de recrutements en nombre (+20 % de personnel en cinq ans) dans le cadre de la réorganisation des collectes sélectives dont la direction de l’agence et la secrétaire d’Etat Fadila Laanan se renvoient la responsabilité de l’impact.

Aucun commentaire de Fadila Laanaan

Interrogée à ce sujet, Mme Laanan s’est refusée à tout commentaire, lundi. Dans son entourage, on rejette toutefois toute mainmise du PS sur ces recrutements auxquels il a été procédé pour aider la Région bruxelloise à atteindre l’objectif européen de 50 % de déchets recyclés à l’horizon 2020. On ajoute que le taux de recyclage a atteint 43 % en 2017, et non 41 % comme évoqué dans l’article, notamment grâce à une hausse sensible des tonnages de déchets papier (+16 % – sacs jaunes) et de déchets d’emballage (+25 % -sacs bleus) recueillis.

À leur arrivée à la première réunion de négociations à six en vue de la constitution d’un nouveau gouvernement en Région bruxelloise, la plupart des négociateurs s’en sont tenus à une réserve prudente, y compris chez les Verts, très en verves sur ce dossier lors de la législature sortante.

Le président de Défi, Olivier Maingain, a toutefois été clair : « Bruxelles-propreté a pour mission de donner des coups de balai. Il faudra qu’elle les donne là où il faut ». M. Maingain a ajouté qu’il fallait « poursuivre la mise en ordre des institutions bruxelloises entamée par le gouvernement sortant ».

« La situation mérite une vraie réflexion sur les missions de demain. Il y a effectivement des enjeux à discuter pour la législature qui commence. Le gouvernement le fera sans nul doute », a commenté pour sa part Rudi Vervoort.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Bayens Remi, dimanche 7 juillet 2019, 17:45

    Voilà quoi sert l'argent du contribuable Bruxellois généreusement distribué par le PS.

  • Posté par Clodong André, lundi 1 juillet 2019, 21:00

    Il y a trente ans au moins que ça dure. Tous partis confondus, de qui se moque-t'on? J'ai longtemps habité avenue Louise. Le ramassage des déchets était exécrable.

Aussi en Bruxelles

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Lesoir Immo Voir les articles de Lesoir Immo