La canicule provoque une vague de noyades en Pologne et en Lituanie: plus de 150 personnes décédées

Photo d’illustration
Photo d’illustration - AFP

Près de 150 personnes se sont noyées en juin en Pologne et en Lituanie voisine où les températures ont battu des records de chaleur, ont annoncé lundi les autorités des deux pays. En Pologne, selon le Centre polonais pour la sécurité (RCB), 113 personnes sont mortes noyées en juin, dont 10 dimanche, dans ce pays de 38 millions habitants.

Semi-marathon d’Hambourg : une cinquantaine de personnes hospitalisées à cause de la chaleur

« Au gré des vagues de chaleur successives, nous n’avons pas connu une seule journée en juin sans que quelqu’un se noie », a déclaré lundi à l’AFP Bozena Wysocka, porte-parole du RCB, précisant que 90 % des victimes étaient des hommes. La consommation d’alcool et l’imprudence ont été les principales causes de ces noyades.

En Lituanie, 32 personnes, dont 26 hommes, se sont noyées en juin, le bilan le plus élevé depuis cinq ans sur la période, selon les services incendie et sauvetage de ce pays balte de 2,8 millions d’habitants.

Météo en Belgique : la vague de chaleur, c’est fini

La Pologne a connu sa plus haute température jamais enregistrée en juin, à 38,2 degrés Celsius. En Lituanie, les températures ont grimpé en juin jusqu’à 35,7 degrés Celsius, poussant les autorités à fermer des écoles et menaçant de diminuer les récoltes.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Des manifestations de jeunes et de représentants de peuples menacés ont émaillé les dernières heures officielles de la COP de Madrid.

    COP25: une nuit pour conclure un accord au forceps

  2. Charles Michel en conversation avec le Premier portugais, Antonio Costa. Curieusement, ce dernier s’en est pris au travail de son propre ministre des Finances.

    Budget de la zone euro: Charles Michel reprend la main

  3. Plus de 2.000 personnes du secteur culturel flamand s’étaient rassemblées au Beursschouwburg à Bruxelles pour dénoncer les mesures prises par le gouvernement Jambon.

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite

  • Les «confédéralistes» ont leur modèle. Et les autres?

    Il y a quelques années, lorsque la N-VA sortait son séparatisme ou sa version cosmétique, le confédéralisme, la réplique fusait : « Et vous allez faire quoi de la dette ? Et vous allez faire quoi de Bruxelles ? » Avec zéro réponse, ce qui rassurait les opposants : les nationalistes avaient montré leurs dents, mais n’avaient pas de quoi mordre.

    Mais voilà, à la N-VA, on ne laisse aucun terrain stratégique en jachère. Dans ce parti, on sait que pour convaincre, il faut...

    Lire la suite