Accueil Économie Consommation

L’accord conclu avec le Mercosur est taillé sur mesure pour l’industrie européenne

L’accord de libre-échange conclu entre l’UE et le Mercosur, s’il est ratifié, fera deux gagnants : l’industrie européenne et l’agrobusiness sud-américain, explique Sebastian Santander (ULiège).

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Economie Temps de lecture: 6 min

Après vingt ans de négociation, l’Union européenne et le Mercosur, qui réunit l’Argentine, le Brésil, le Paraguay et l’Uruguay, ont signé un accord commercial présenté comme « historique » et favorable aux deux parties, mais aussitôt dénoncé aussi bien par le monde agricole européen que par les syndicats sud-américains.

Qui gagne, qui perd ? L’UE ne sacrifie-t-elle pas son agriculture au profit de son industrie ? Et, à l’opposé, les pays du Mercosur ne prennent-ils pas le risque de se respécialiser, comme ils sont déjà en train de le faire, dans la production de matières premières et agricoles, renouant avec l’ancien schéma des relations nord-sud ? Nous avons fait le point avec Sebastian Santander, professeur de science politique et de relations internationales à l’ULiège.

1

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

7 Commentaires

  • Posté par Naeije Robert, mardi 2 juillet 2019, 7:28

    Je suis très inquiet des commentaires qui arrivent sur ce forum. Il est pourtant facile de vérifier que les accords de libre-échange favorisent la croissance économique des partenaires qui les signent. Après, chaque état reste libre de redistribuer la richesse ainsi créée. Ces notions de base devraient être enseignées à l'école. L'ignorance peut favoriser le retour d'idéologies de privation de libertés et d'appauvrissement.

  • Posté par Ask Just, mardi 2 juillet 2019, 12:58

    Robert, entre le communisme (auquel vous faites clairement référence) et le capitalisme débridé, qui tous deux spolient le bien commun au profit d'une petite caste, n'êtes vous pas capable d'envisager un juste milieu? Nos sociétés sont en voie d'effondrement, le mur se rapproche. Même à Davos, on tremble face aux menaces existentielles et on s'achète des fermes en Nouvelle Zélande. Votre solution est d'appuyer sur l'accélérateur pour préserver, voire augmenter vos acquis?

  • Posté par Naeije Robert, mardi 2 juillet 2019, 10:20

    M Ask, il n'y a plus beaucoup d'inégalités (sauf en faveur d'une castre dirigeante) dans les sociétés totalitaires qui ont décidé d'un repli sur soi, controle de la production et des échanges en fonction d'une définition idéologique des besoins, fermeture des frontières et partage contraint de la pauvreté. L'histoire ancienne et récente montre que les citoyens qui en sont pris au piège n'ont de cesse que d'essayer d'en échapper.

  • Posté par Ask Just, mardi 2 juillet 2019, 9:08

    Chaque état est libre de redistribuer... Ce qu'ils gardent bien en général de faire. Oui ces accords stimulent la croissance (jusqu'à épuisement) mais celle ci n'etant pas redistribuée, ils accroissent les inégalités. Le monde libéral craque de partout des suites de cette doctrine du ruissellement qui ne fonctionne simplement pas/plus.

  • Posté par PETIT Robert, lundi 1 juillet 2019, 21:26

    Le dernier cadeau libéral de 'Jean Claude' à la sale populace qui l'a élu !!!!!

Plus de commentaires

Aussi en Consommation

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs