Suspicion de fraude dans le milieu du football belge: la défense de Johan Timmermans plaide l’acquittement

@News
@News

La défense de Johan Timmermans a plaidé lundi l’acquittement devant la Cour belge d’arbitrage du sport (CBAS), réunie à Vilvorde. L’ancien président de Malines avait écopé de dix ans de suspension de la chambre d’appel de la commission des litiges de l’Union belge (URBSFA) pour sa participation à la falsification du match entre son club et Waasland-Beveren, le 11 mars 2018.

Le conseil de M. Timmermans, Patrick Waeterinckx, a déployé pendant plus d’une heure les arguments en faveur de l’acquittement de son client, qui n’était pas présent.

Il s’est notamment concentré sur les écoutes téléphoniques, estimant qu’une conversation entre l’ancien président et le directeur financier de Malines Thierry Steemans – également condamné à 10 ans de suspension – avait été mal interprétée.

Pour le parquet, l’échange évoque la falsification du match, ce que conteste Patrick Waeterinckx. « Il est normal que M. Timmermans veuille se renseigner sur la composition de Waasland-Beveren pour une rencontre capitale pour la relégation », a-t-il tenté de justifier.

Le conseil de l’ancien président malinois a réfuté le fait que son client se soit adressé au directeur financier des Waeslandiens Olivier Swolfs et réclamé une confrontation entre les deux hommes.

Il a encore déploré le fait qu’il n’avait pas accès au dossier pénal et plaidé l’acquittement.

L’avocat des supporters malinois a ensuite eu la parole. Il s’est étonné que le Kavé ait été condamné en tant que club, contrairement à Waasland-Beveren. « Malines compte 23 administrateurs et seuls quatre sont poursuivis ici. Du côté de Waasland-Beveren, c’est deux sur sept », a précisé Me Tim De Hertogh.

Il a aussi pointé que l’agent Evert Maeschalck, qui aurait approché le gardien waeslandien Davy Roef, ait été blanchi par la commission des litiges, alors que Malines a été sanctionné pour ce fait.

La dernière partie à la barre a été le directeur sportif du Kavé, Stefan Vanroy, qui a écopé de sept ans de suspension. Lui et Olivier Somers ont décidé de faire un pas de côté et de quitter le milieu du football. Ils laissent dès lors le club majoritairement entre les mains de l’autre actionnaire principal, Dieter Penninckx.

Luk Delbrouck, conseil de M. Vanroy, considère que les éléments sont insuffisants et que ceux à décharge émanant des déclarations de Dejan Vejkovic n’ont pas été pris en compte.

Il a souligné que son client n’était pas impliqué dans la gestion journalière du club et qu’il se trouvait à l’étranger lors des jours qui ont précédé le fameux match. M. Vanroy n’a pas davantage cherché à entrer en contact avec Davy Roef, selon son Luk Delbrouck.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • 21 buts inscrits la saison passée par les cinq joueurs partis.

    Par Sébastien Huzler

    Mouscron

    Mouscron: l’Excel se cherche des attaquants

  • PHOTONEWS_10813810-114

    Par Benjamin Helson (avec Cé. M.)

    Charleroi

    Le Sporting de Charleroi a besoin de Belges au Mambourg

  • Julien de Sart

    Par Jonas Bernard

    Standard

    Julien de Sart au «Soir»: «Mon départ du Standard? Je suis toujours amer»

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Ici, les motifs se supposés signifier à quel genre appartient le requin.

    Comment des requins arrivent à devenir vert fluo

  2. Capture

    Sortie du tome 6 de la saga «Millénium»: le retour gagnant de Lisbeth Salander

  3. Les textes de Jean-Jacques Goldman parlent le langage du cœur et de la simplicité, de la vie de tout un chacun, de l’histoire comme de la migration, avec le plus beau des humanismes.

    Jean-Jacques Goldman ne marche plus seul: il est enfin disponible en streaming

La chronique
  • Vous avez de ces mots: La parlure des {ceux de chez nous}

    Entre wallon et français

    Le précédent billet de cette chronique vous a rappelé pourquoi les œuvres d’Arthur Masson, qui comportent du français et du wallon, ne peuvent pas être considérées comme un langage mixte. L’auteur distingue soigneusement les deux langues, en les faisant alterner selon les personnages ou les circonstances du récit. Il nous faut donc chercher ailleurs l’équivalent du bruxellois « beulemans », dans lequel français et flamand sont parfois imbriqués au sein d’une même phrase ou d’une même expression.

    Cet équivalent existe, mais il n’est plus guère connu aujourd’hui que de quelques spécialistes des productions régionales et d’un lectorat moins jeune encore que celui qui a apprécié la Toinade d’Arthur Masson. Il s’agit d’une littérature essentiellement liégeoise de par l’origine des auteurs et le décor des romans ou nouvelles. Elle est écrite dans une langue dont la base est incontestablement...

    Lire la suite

  • Commissaire européen: la Belgique atteint des sommets de désinvolture

    Vous pensiez former un gouvernement ? Travailler pour une ONG ou faire des chroniques sur une chaîne d’info en continu ? Pas grave, postulez comme commissaire européen. Pour être désigné, vous devrez attendre que le Stratego politique désigne l’heureux(se) élu(e).

    Désormais, quand la Belgique désigne son candidat commissaire, elle ne propose pas de vision à la nouvelle présidente de la Commission, elle n’a pas de visée sur le poste via lequel elle voudrait influencer la politique de «...

    Lire la suite