Les États-Unis envisagent des taxes punitives sur des fromages et whiskies européens

Les États-Unis envisagent des taxes punitives sur des fromages et whiskies européens
Dominique Duchesnes

Les États-Unis ont annoncé lundi le lancement de consultations en vue d’imposer à l’Union européenne de nouvelles taxes notamment sur des fromages et whiskies européens, en rétorsion à ce qu’ils estiment être des subventions abusives aux constructeurs aériens de la part de l’UE.

Cette nouvelle liste inclut environ 90 produits sujets à des taxes punitives. Y figurent de nombreuses variétés de fromage, telles que le bleu et le gouda, ainsi que des whiskies irlandais et certains produits à base de porc.

La totalité de ces produits représente une valeur commerciale de 4 milliards de dollars et vient s’ajouter à une précédente liste publiée le 12 avril, qui totalisait, elle, une valeur de 21 milliards de dollars, a précisé un communiqué du bureau du Représentant américain au commerce (USTR), Robert Lighthizer.

Cette démarche vise à « faire respecter les droits des États-Unis dans le conflit qui l’oppose à l’Union européenne et certains États membres devant l’Organisation mondiale du commerce (OMC), au sujet des subventions européennes » dans le secteur aéronautique, a précisé l’USTR.

L’origine du conflit

Ce reproche vise particulièrement Airbus face à l’Américain Boeing, objet d’un conflit vieux de 14 ans. Les États-Unis et l’Europe s’accusent mutuellement devant l’OMC de verser des aides illégales à leurs champions aéronautiques respectifs.

La position américaine est soutenue par Boeing, fragilisé par les problèmes de son avion vedette, le 737 MAX, cloué au sol pour une durée indéterminée après deux accidents mortels.

Les potentiels tarifs punitifs qu’imposera finalement Washington sur ce dossier explosif sont toutefois soumis à la décision d’un arbitre, désigné par l’OMC.

Cette nouvelle annonce de l’administration Trump survient deux jours à peine après la trêve entre Washington et Pékin dans leur féroce guerre commerciale, suite à une rencontre entre les présidents Donald Trump et Xi Jinping en marge du G20 d’Osaka au Japon.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Quatre heures et cinq minutes
: c’est la durée du rapport que Joachim Coens (CD&V) et Georges-Louis Bouchez (MR) ont fait au roi Philippe mardi après-midi. © Belga.

    Négociations fédérales: ultime pression sur le PS pour se lancer avec la N-VA

  2. La connivence entre Trump et Netanyahou s’est affichée mardi à Washington.

    Proche-Orient: le plan «de paix» de Trump comble Netanyahou d’aise

  3. © Belga.

    Comment concrètement reconnaître Delphine? Nouveau désaccord…

La chronique
  • Chez les Britanniques, le départ d’Harry et Meghan anime plus que le Brexit

    Par Marc Roche

    Il y a en ce moment au 10 Downing Street un homme épanoui. Boris Johnson arbore l’air réjoui et apaisé de celui à qui Dame Fortune rend enfin belle et bonne justice après lui avoir fait si longtemps antichambre. Le Premier ministre irradie littéralement de plaisir. On le comprend. Lui qui a toujours abhorré la construction européenne se retrouve au centre de la fête du départ officiel de l’Union européenne prévu pour le 31 janvier.

    Mais quelle fête au juste ? A part une toute nouvelle pièce de monnaie de 50 pence commémorant l’événement, le largage des amarres passe inaperçu. La reprise de la course solitaire au grand large succédant à plus de quatre décennies d’arrimage au Vieux continent ne donne lieu à aucune célébration populaire. Ni feu d’artifice, ni street parties. Le début d’une ère nouvelle est marqué dans l’indifférence générale des sujets de Sa Majesté.

    Un...

    Lire la suite

  • Par Béatrice Delvaux Editorialiste en chef

    Delphine Boël reconnue par Albert II: ainsi soit-elle!

    Delphine Boël est la fille du roi Albert II. La belle affaire ! Il n’y avait plus que le roi pour le nier. Contre l’évidence – son comportement passé envers cette petite fille, sa propre connaissance des liens qui l’unissaient à elle – et contre toute sagesse. Mais surtout contre tout respect pour son enfant. Et c’est là toute la disgrâce de cette histoire.

    Aujourd’hui, Albert II déclare dans un communiqué qu’il veut mettre un terme « dans l’honneur et la dignité » à cette « ...

    Lire la suite