Les actions au sein de Swissport n’ont pas engendré de difficultés pour les passagers

Brussels Airport
Brussels Airport - Belga

Les actions de zèle menées au sein du manutentionnaire Swissport à l’aéroport national de Zaventem entre 8 et 10 heures mardi matin n’ont pas eu de conséquence sur les passagers, affirme Nathalie Pierard, porte-parole de Brussels Airport.

Selon elle, les actions n’ont affecté ni les passagers au départ, ni ceux à l’arrivée et tous ont pu retrouver leur bagage. Seul l’APOC, centre névralgique de l’aéroport, a été touché.

L’aéroport de Bruxelles prévient les voyageurs que des retards sont possibles et leur demande de venir bien à l’avance.

Manque de personnel

Les syndicats de Swissport se plaignent du manque de personnel. Lundi soir, les négociations entamées avec la direction ont échoué. « Les travailleurs me disent qu’ils font à cinq ce qu’ils devraient faire à 10 », explique Fouad Bougrine du syndicat libéral ACLVB. « Pendant deux heures, les manutentionnaires feront ce qu’ils doivent faire, mais rien de plus. Comme ils sont en sous-effectif, cela entraînera des retards. »

Les représentants syndicaux s’inquiètent également de la situation financière de la filiale belge et veulent désormais passer par un médiateur, en espérant que celui-ci pourra se mettre à l’ouvrage dès ce mardi.

La direction dément

Quant à la direction du manutentionnaire Swissport, elle dément le manque de personnel, pourtant pointé par les syndicats. « Le planning tient compte des volumes et en ce moment, il n’y a aucun problème », affirme un porte-parole de l’entreprise.

Il indique également que seuls quelques employés du dispatching font grève ce mardi et que cela ne provoque aucun souci.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20150129-37L6LD 2015-01-29 10:05:39

    Banque: un accès au cash toujours plus complexe

  2. Joachim Coens et Georges-Louis Bouchez.

    Bouchez-Coens: deux novices pour sortir de la crise politique

  3. Pour les sénateurs démocrates comme Elizabeth Warren, il faut que la procédure s’achève vite pour leur permettre de faire leur campagne pour les primaires de leur parti.

    Chefs d’accusation contre Trump: pourquoi les démocrates sont pressés d’en finir

La chronique
  • Vincent de Coorebyter: «La grande misère du choix électoral»

    Le point qui a le plus surpris dans l’interview que Marc Uyttendaele et moi-même avons donnée au Soir le 23 novembre est apparemment la perspective d’organiser un référendum sur le cadre institutionnel de la Belgique.

    De fait, il y avait de quoi être surpris. Je ne suis pas un partisan déclaré du référendum, et je me rappelle fort bien Marc Uyttendaele, en 1993, s’opposant farouchement, comme Xavier Mabille, à l’idée de demander au peuple de se prononcer sur le cadre fédéral dans lequel basculait officiellement la Belgique à l’époque.

    Je ne veux pas revenir, ici, sur le référendum en tant que tel, qui est à mes yeux un procédé de la dernière chance en...

    Lire la suite

  • Le grand fossé de l’impeachment, dans l’Amérique de Trump

    Montez ! Sautez dans le traîneau des esprits de Noël, et laissez-vous mener par-delà les villes et les champs, pour entrer dans les chaumières et prendre le pouls des foyers américains ! Cette radioscopie à la Dickens, dont rêvent tous les sondeurs depuis l’élection surprise de Donald Trump en 2016, ne vous réjouirait guère : jamais depuis la guerre de Sécession (1861-1865), nos cousins n’ont été plus divisés, ne se sont ainsi entre-déchirés, au point de reconsidérer, de plus en plus fréquemment, leur participation au sacro-...

    Lire la suite