Une sculpture de Toutankhamon aux enchères, l’Egypte en colère (photos)

Une sculpture de Toutankhamon aux enchères, l’Egypte en colère (photos)

Un portrait sculpté du jeune pharaon Toutankhamon est mis aux enchères jeudi 4 juillet à Londres, malgré l’opposition du Caire qui a réclamé en vain l’annulation de la vente et la restitution de l’œuvre à l’Égypte.

Cette tête en quartzite brun de plus de 3000 ans, et mesurant 28,5 cm de haut, est estimée à plus de 4 millions de livres sterling (4,5 millions d’euros). Elle représente le dieu Amon sous les traits du pharaon Toutankhamon, « une façon de mettre le souverain au même niveau que les dieux », explique la maison d’enchères Christie’s.

Le Caire a également demandé « que soit stoppée la vente de toutes les autres pièces égyptiennes lors de la vente prévue à Christie’s les 3 et 4 juillet, soulignant l’importance de l’obtention de tous les certificats d’acquisition » concernant ces objets.

L’archéologue égyptien et ancien ministre des Antiquités, Zahi Hawass, a expliqué dimanche 30 juin à l’AFP qu’il estime que l’œuvre a « quitté l’Égypte dans les années 1970 parce qu’à cette époque, d’autres objets anciens de même nature ont été volés au temple de Karnak », à Louxor. « Christie’s ne peut nous dire quand ça a été volé. Et les propriétaires ont fourni de fausses informations », a-t-il déclaré.

Le lot proposé aux enchères a été acheté en 1985 à Heinz Herzer, un marchand d’art de Munich. Il était auparavant aux mains de Joseph Messina, un Autrichien qui l’avait acquis vers 1973-1974 auprès du prince Wilhelm von Thurn und Taxis, lequel l’avait en sa possession depuis semble-t-il les années 1960.

« Il est extrêmement important d’établir la propriété récente (de l’oeuvre) et la légalité de la vente, ce que nous avons clairement fait », a réagi une porte-parole de Christie’s interrogée par l’AFP. « Nous ne proposerions à la vente aucun objet dont la propriété ou l’exportation soulèveraient des questions », a ajouté cette porte-parole. Elle a précisé que l’ambassade d’Égypte avait été prévenue en avance de la vente.

Sur le même sujet
Ventes aux enchèresLondres
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pierre-Yves Dermagne

    Ventes de Voo et de Win: Enodia et Nethys ont cinq jours ouvrables pour répondre au ministre

  2. Stéphane Moreau (à gauche) et François Fornieri sont à la fois dans la société vendeuse et dans la société acquéreuse.

    Nethys a vendu Win à Fornieri sans mise en concurrence: les dessous de l’accord

  3. La Ville de Bruxelles assume simplement ses obligations de propriétaire
: entretenir le bien pour permettre le maintien de son exploitation, guère plus de 1,5
million par an.

    Le stade Roi Baudouin maintenu: aucun gouvernement ne veut payer pour un nouveau stade national

La chronique
  • Nethys: Putsch en bord de Meuse

    N ethys. Pour beaucoup au nord du pays, ce nom reste inconnu. Celui de Publifin l’est sans doute moins, car il est lié au versement de jetons de présence à des mandataires wallons pour leur participation à des comités fantômes. Ce scandale de la gouvernance qui a éclaté il y a trois ans, a pourri la vie politique en Wallonie, mettant particulièrement à mal le PS d’Elio Di Rupo, obligé de jeter deux membres clés hors du parti : Stéphane Moreau, patron de Nethys et bourgmestre d’Ans et André Gilles, président de Publifin et homme fort de la province. L’éviction a fait grand bruit car les deux hommes étaient aussi des membres clés du Club des 5 connu pour décider de tout à la très puissante Fédération liégeoise du PS. L’affaire Publifin/Nethys a donné naissance à une Commission d’enquête et, jumelée à l’affaire du Samusocial, elle a inspiré à Benoît Lutgen (CDH) l’idée d’éjecter les socialistes du pouvoir wallon au nom de la gouvernance.

    Ça, c’est...

    Lire la suite

  • Un scrutin en Israël qui ne résout rien et occulte l’occupation

    Une élection sans vrai vainqueur, cela existe. Les Israéliens viennent de le prouver ce 17 septembre alors qu’ils étaient appelés, pour la seconde fois cette année, fait sans précédent, à élire un nouveau Parlement (Knesset). Les deux principales formations, arrivées à égalité en tête le 9 avril dernier, restent grosso modo sur leurs positions : ni le Likoud nationaliste du Premier ministre Binyamin Netanyahou ni « Bleu et blanc », le parti de centre droit emmené par l’ex-général Benny Gantz, ne font de percée décisive et...

    Lire la suite