Accueil Belgique Politique

L’appel de Charles Michel au «fédéralisme loyal» pas reçu cinq sur cinq…

A l’occasion des vœux aux autorités du pays, le Premier ministre a prôné « un fédéralisme loyal et de coopération ». Après les incidents tunnel, Audi ou climat, on ne peut dire que cela soit bien passé…

Article réservé aux abonnés
Cheffe adjointe du service Politique Temps de lecture: 4 min

C’est presque une tradition de Nouvel An : chaque année, une petite phrase du discours du Roi ou du Premier ministre, à l’occasion des vœux aux autorités du pays au Palais de Bruxelles, occupe les conversations durant la réception qui suit. En janvier 2014, pour sa première intervention devant les responsables politiques, judiciaires ou religieux, Philippe avait suscité bien des commentaires pour avoir déclaré «  Avec les élections en mai, notre pays va à nouveau se ressourcer  »… au moment où beaucoup craignaient ces scrutins pour l’avenir du pays. En 2006, son père, Albert II, avait provoqué, lui, un tollé en osant dénoncer «  un séparatisme explicite ou feutré  ».

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par AMonAvis PensonsNous, vendredi 29 janvier 2016, 0:04

    Plus les mensonges sont gros, plus ils passent. Ainsi fonctionne notre démocratie. Plus les faits vont désavouer ce gouvernement, plus les messages seront caricaturaux. Il ne s'agit pas d'une Suédoise mais bien d'une vessie. Ils nous font passer des vessies pour des lanternes. L'idée est de camoufler les messages des magistrats, des professionnels de la sécurité et de quasi tous les domaines régaliens (dont ils ne peuvent d'ailleurs même plus s'absoudre comme fils de...).

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs