Hautes fonctions européennes: quatre pays martèlent leur opposition au Néerlandais Frans Timmermans

Hautes fonctions européennes: quatre pays martèlent leur opposition au Néerlandais Frans Timmermans

Les quatre pays du groupe de Visegrad ("V4": Pologne, Hongrie, République tchèque et Slovaquie) restent opposés à la désignation du social-démocrate néerlandais Frans Timmermans à la tête de la Commission européenne, a déclaré mardi le Premier ministre tchèque Andrej Babis, au troisième jour d’un sommet à Bruxelles sur les hautes fonctions européennes.

«M. Timmermans n’est pas acceptable à nos yeux. Nous voulons une personnalité qui n’a pas une perception négative de notre région», a expliqué M. Babis, assurant que cela n’avait rien à voir avec l’appartenance du Néerlandais à la famille socialiste.

«Au sein du V4, nous représentons quatre partis différents, mais nous sommes unis sur ce point», a lancé le chef du gouvernement tchèque, membre pour sa part des libéraux européens (Renew Europe).

Interrogé quant à une possible accession de la libérale danoise, Margrethe Vestager, à la présidence de l’exécutif de l’UE, M. Babis a estimé qu’elle ferait un excellent travail à ce poste, tout en reconnaissant que plusieurs Etats restaient opposés à sa désignation.

«Certains ont aussi précisé qu’elle n’aurait pas le soutien nécessaire au Parlement européen», a-t-il ajouté.

Nouvelle concertation

Pour entrer en fonction, le président de la Commission devra en effet bénéficier de l’assentiment de 21 des 28 membres du Conseil européen (représentant minimum 65% de la population de l’UE), mais aussi obtenir par la suite une majorité absolue au Parlement européen.

Le Conseil européen, entamé dimanche soir, n’a toujours pas débouché sur un accord concernant l’attribution des quatre hautes fonctions européennes dont il est responsable.

Outre la présidence de la Commission, sont aussi à pourvoir - en respectant des équilibres politiques, géographiques et de genre - celles du Conseil et de la Banque centrale européenne (BCE), ainsi que le poste de haut représentant de l’UE aux Affaires étrangères.

«Je suis confiant quant à notre capacité à trouver un accord aujourd’hui», a assuré M. Babis.

Les pays du V4 ne disposent pas seul d’une minorité blocage au Conseil, mais il est toutefois peu probable que les autres Etats leur imposent un candidat. La chancelière allemande Angela Merkel a elle-même insisté lundi pour que le candidat réunisse «le plus grand consensus possible».

Les membres du groupe de Visegrad se concerteront à nouveau en préalable à l’ouverture du sommet, prévue à 11H ce mardi.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ©AFP

    Nafissatou Thiam au «Soir»: «L’athlète parfait n’existe pas»

  2. Jean Faniel, docteur en sciences politiques, est directeur général du CRISP.

    Une guéguerre entre constitutionnalistes comme entre politiques?

  3. A la veille du G7 qui se tiendra à Biarritz, le président français à reçu son homologue russe au fort de Brégançon. La Russie étant exclue du G7 en raison de la crise urkrainienne.

    G7: Emmanuel Macron veut réinventer «cette Europe qui va de Lisbonne à Vladivostok»

Chroniques
  • Lettre d’Europe: le «Vieux Monde» a encore son mot à dire, non?

    L’Union européenne est à cran. Elle émerge à peine de dix ans de crise et de croissance larvée et fait face à un ralentissement économique. Les Européens regardent, médusés, le bras de fer commercial entre Washington et Pékin – et le chaud et froid que souffle l’hôte de la Maison-Blanche. Voilà qui ne fait pas notre affaire. Logique. Tout ce qui peut entraver la croissance du commerce international est perçu, de ce côté-ci de l’Atlantique, comme une (autre) menace quasi-existentielle, qui s’ajoute à la perspective d’un Brexit sans accord et d’élections anticipées en Italie, qui pourraient donner les « pleins pouvoirs » à la Ligue et à son patron Matteo Salvini.

    On aime d’autant plus détester M. Trump qu’il n’a guère d’égards pour ses « alliés » européens. Il laisse toujours planer la menace de droits de douane sur les voitures allemandes et a prévenu que l’assouplissement de la politique monétaire européenne,...

    Lire la suite

  • Au Pukkelpop, le drapeau qui met le feu. Dangereux...

    Suite à la proposition faite par la N-VA au prochain gouvernement flamand d’établir un « canon » de l’identité flamande, des historiens du nord du pays ont dénoncé une mauvaise manière d’enseigner l’histoire. Il faudrait plutôt, affirmaient-ils, expliquer aux jeunes que l’histoire est une construction qui est déterminée par les questions que l’on pose au passé. Ce serait encore mieux si ces questions étaient posées par les élèves....

    Lire la suite