Le réchauffement climatique pourrait coûter 80 millions d’emplois d’ici 2030

Le réchauffement climatique pourrait coûter 80 millions d’emplois d’ici 2030
DPA

Avec le réchauffement climatique, l’augmentation du stress thermique dans l’agriculture et d’autres secteurs industriels devrait se traduire par une perte de productivité équivalant à 80 millions d’emplois d’ici 2030, a averti lundi l’Organisation internationale du travail de l’ONU.

Dans un nouveau rapport, l’OIT estime qu’à cette date, 2,2% du total des heures travaillées dans le monde pourraient être perdues en raison des températures élevées, selon des projections basées sur une hausse de la température mondiale de 1,5°C d’ici la fin du siècle.

Le stress thermique

L’impact sera plus grand en Asie du Sud et en Afrique de l’Ouest, où environ 5% des heures travaillées pourraient être perdues en 2030, soulignent les auteurs du rapport intitulé «Travailler sur une planète plus chaude: l’impact du stress thermique sur la productivité du travail et le travail décent». Au total, les pertes économiques représenteraient quelque 2.400 milliards de dollars à l’échelle mondiale. «C’est en gros l’équivalent de l’économie du Royaume-Uni», a dit Catherine Saget, co-auteur du rapport, devant la presse.

Le stress thermique fait référence à une chaleur supérieure à ce que le corps peut tolérer sans subir de dommage physiologique, explique l’OIT, ajoutant que cela intervient généralement lors de températures supérieures à 35°C avec une forte humidité.

«L’impact du stress thermique sur la productivité du travail est une conséquence grave du changement climatique», a affirmé Mme Saget. «Nous pouvons nous attendre à voir les inégalités augmenter entre les pays à revenu élevé et les pays à faible revenu et les conditions de travail se dégrader pour les plus vulnérables, ainsi que des déplacements de population», a-t-elle averti.

Deux secteurs particulièrement concernés

Les deux secteurs les plus exposés sont l’agriculture, qui emploie 940 millions de personnes dans le monde et devrait représenter 60% des heures de travail perdues d’ici 2030, et la construction, avec 19% de la perte de productivité.

Nicolas Maitre, économiste à l’OIT, a relevé que si l’Asie du Sud et l’Afrique de l’Ouest devraient en effet souffrir le plus de la canicule, l’Europe ne sera pas non plus épargnée. «Il faut s’attendre à avoir de plus en plus de périodes comme on a eu ces derniers temps, de plus en plus fréquentes et de plus en plus intenses», a-t-il dit aux journalistes. Afin de prévenir le risque de stress thermique, l’OIT encourage la «création d’infrastructures adéquates et de meilleurs systèmes d’alerte précoce lors des épisodes de canicule».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. FILES-CRASH-HELICOPTER-KOBE-BRYANT (2)

    Décès de Kobe Bryant: le Black Mamba ne mordra plus

  2. Il y a une semaine, Georges-Louis Bouchez offrait des fleurs au Roi Philippe, pour l’anniversaire de Mathilde.

    Coalition fédérale: Magnette recale l’idée d’un duo royal avec De Wever

  3. 83090060_855752328196826_8677988821796651008_n

    Brexit: il y a 47 ans, les Britanniques rejoignaient les Européens sans fanfare

La chronique
  • Exclusion vs Réconciliation

    Le lieu n’est pas ici de commenter la décision de la commission de vigilance du Parti socialiste d’exclure Emir Kir. Tout au plus faut-il noter que le bourgmestre de Saint-Josse paie au prix fort le lien qu’il a conservé avec sa communauté d’origine alors que nul ne pourra contester qu’il est un député de qualité et un bourgmestre compétent, très apprécié par ses administrés, bien au-delà de sa communauté d’origine.

    Il apparaît aujourd’hui comme la victime collatérale et symbolique d’une problématique beaucoup plus large qui touche tous les partis. La tentation du double discours est récurrente. Côté cour, il y a le programme politique du parti. Côté jardin, il y a des murmures dissonants qui visent à capter un électorat en le brossant dans le sens du poil, quitte à contredire des...

    Lire la suite

  • Vraiment, nous vivons en de sombres temps

    Auschwitz, il y a 75 ans. Si une angoisse particulière s’ajoute cette fois, c’est que cette commémoration a des allures de paratonnerre. Comme si, en dénonçant à nouveau les horreurs innommables que des hommes ont pu faire subir à d’autres hommes, on tentait de conjurer le sort pour, si pas le présent, du moins un futur peut-être proche.

    « J’aimerais pouvoir assurer que nous, les Allemands, avons appris de l’Histoire une fois pour toutes. Mais je ne peux dire cela alors que la haine se répand....

    Lire la suite