Accueil Grands formats

Grand format – La sécheresse affaiblit les captages, le mode vigilance de rigueur

Grâce à ses vingt-six captages, l’intercommunale Vivaqua approvisionne en eau potable 20 % de la population belge. Elle puise l’or bleu dans les nappes mais aussi dans la Meuse. Une diversité de production bien utile quand il fait sec.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 7 min

Depuis 2008, la quantité d’eau captée à Modave n’a jamais été aussi faible – et, avant 2008, on ne dispose pas de données comparables. Sur le site condruzien baigné de soleil, Jean-Marc Denis scrute le yoyo de la courbe de production. C’est que le captage dont il a la responsabilité assure 15 % de la production quotidienne de Vivaqua. Par météo normale du moins. Mais, pour l’heure, le site fournit moins de 50.000 mètres cubes d’eau par jour, loin des 78.500, record historique, d’avril 2018. « Modave est touché de plein fouet par la sécheresse », confirme Stéphane Courtois, directeur Production et Grands ouvrages au sein de l’intercommunale qui alimente en eau 20 % de la population belge (parmi lesquels 100 % des ménages bruxellois). D’une manière générale, les réserves d’eau souterraines wallonnes sont d’ailleurs basses en ce début d’été 2019…

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Grands formats

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs