Accueil Belgique Politique

Bourgmestres non nommés de communes à facilités: le Conseil d’Etat annule la décision de Liesbeth Homans

La ministre flamande des Affaires intérieures, Liesbeth Homans (N-VA), avait annoncé en février son refus de nommer les bourgmestres de quatre des six communes à facilités de la périphérie bruxelloise.

Temps de lecture: 2 min

Le Conseil d’État a annulé mardi la décision de la ministre des Affaires intérieures flamandes, Liesbeth Homans (N-VA), de refuser la nomination des bourgmestres des quatre communes à facilités de Rhode-Saint-Genèse, Wezembeek-Oppem, Drogenbos et Linkebeek.

La ministre Homans refuse la nomination de quatre bourgmestres de communes à facilités

Selon la nouvelle loi communale, cet arrêt rendu mardi par la chambre bilingue de la Haute emporte automatiquement la nomination définitive des intéressés à la fonction de bourgmestre, à savoir Pierre Rolin (Rhode-Saint-Genèse), Frédéric Petit (Wezembeek-Oppem), Alexis Calmeyn (Drogenbos) et Yves Ghequiere (Linkebeek).

La ministre flamande des Affaires intérieures, Liesbeth Homans (N-VA), avait annoncé en février au micro de Radio 1 (VRT) son refus de nommer les bourgmestres de quatre des six communes à facilités de la périphérie bruxelloise.

Liesbeth Homans ne veut pas poser devant «le chiffon belge» : une blague, se défend-elle

La raison avancée est l’envoi de convocations électorales en français pour le scrutin du 14 octobre dernier, à la place – ou en plus – de celles adressées par le gouverneur du Brabant flamand. Les communes concernées sont Drogenbos, Rhode-Saint-Genèse, Linkebeek et Wezembeek-Oppem.

Liesbeth Homans prête serment en tant que ministre-présidente flamande

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

5 Commentaires

  • Posté par Schleich Bernard, vendredi 11 décembre 2020, 8:24

    peut-on encore avoir une certaine dignité lorsqu'on est flamand et qu'on nie les droits d'une minorité de la population simplement pour des raisons aussi mesquines que d'adresser un courrier en français à ceux qui le demandent alors qu'il a déjà été adressé en flamand au reste de la population ? Si ces courriers sont adressés en français, c'est évident, c'est qu'il y a plus de francophones dans ces communes que de flamands et que s'il y avait un nouveau recensement linguistique, ces communes seraient wallonnes !

  • Posté par Lobet Françoise, mercredi 3 juillet 2019, 1:22

    quelle formidable coïncidence que cette lionne se voie désavouée par le conseil d'état, le jour de sa nomination, bien fait pour elle, NA !!! Cette femme politique est indigne de sa mission , cette remarque est tout simplement une honte , et rappelle bien les volontés séparatistes de la NVA ; quant à sa réponse ''c'est une blague, allez, zeg, rien qu'une blague'', elle me rappelle les autres horreurs d'un certain Théo et d'un autre Jan,qui en ont lâché ainsi plus d'une, avant de s'en excuser ....mais les mots ont été dits, trop tard pour les effacer ... c'est intolérable !

  • Posté par De Borman Michael, mardi 2 juillet 2019, 18:45

    ça va continuer combien de temps ces petites mesquineries des convocations électorales qui ne seraient pas valables car envoyées dans les deux langues aux citoyens des communes à facilité qui ont choisi de les recevoir en Français? Voilà qui fait applaudir la Flandre tonitruante et fascisante. Franchement, avec un minimum d'esprit critique, qui pourrait ne pas voir qu'il s'agit de l'officialisation de l'oppression des minorités (qui dans le cas des Francophones de ces communes sont en fait des majorités auxquelles on refuse même le droit partout concédés en vertu de la protection des minorités). Allez, ne gâchons pas notre plaisir que l'horrible Homans prenne ceci dans la figure lors jour de son intronisation. ça lui apprendra l'humilité.

  • Posté par dsti d, mardi 2 juillet 2019, 18:23

    Et maintenant ? Qui est le nouveau ministre de l'Intérieur en Flandre ?

  • Posté par PAEME FREDERIC, mardi 2 juillet 2019, 18:09

    c'est pas bon pour son coeur ...

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une