Accueil Économie Mobilité

Le vrai ou faux: taxer les voitures au poids réduit-il les émissions de CO2?

Depuis 2017, les émissions moyennes de CO2 des voitures neuves sont reparties à la hausse, rendant illusoire l’atteinte des objectifs fixés au niveau européen. Une solution existe, selon France Stratégie : un bonus-malus lié au poids du véhicule.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Economie Temps de lecture: 4 min

D’ici à 2021, les émissions moyennes de CO2 des voitures neuves (mesurées en laboratoire) doivent tomber à 95 grammes par kilomètres. Cet objectif, fixé en 2013 par la Commission européenne, n’a aucune chance d’être atteint ni dans notre pays, ni dans la plupart des autres pays européens. Depuis deux ans, les émissions sont reparties à la hausse au niveau européen. C’est le cas de la Belgique, où elles sont passées de 115,8 gr par km en 2017 à 119,1 gr l’an passé.

Le secteur met en cause la désaffection des automobilistes pour les véhicules diesel et le report croissant vers des modèles à essence, dont la consommation et, partant, l’émission de CO2 sont plus élevées. Il y a huit ans, trois quarts des voitures nouvellement immatriculés roulaient au gasoil routier ; l’an passé, ce type de motorisation ne concernait qu’un peu plus d’un tiers des nouvelles immatriculations.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par François Van Ghyseghem, mardi 17 décembre 2019, 12:47

    Le diesel est plus dense que l'essence... c'est de l'huile, un même volume est plus lourd... si l'on calcule la conso par litre le diesel est eronément avantagé !

  • Posté par Bayens Remi, mercredi 3 juillet 2019, 20:23

    Le constat est évident et prédictible. La Norvège est un cas à part, leur production électrique est hydraulique et un tarif bas bénéficiant de la profusion de moyens hydrauliques.. Du point de vue CO2, le diesel sera toujours champion. Ce n'est pas une idéologie qui détermine les choix techniques sans fausser le problème. La conception d'un engin est toujours une affaire de compromis. Il n'y aura jamais de solution miracle.

Aussi en Mobilité

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs