Accueil Belgique Politique

Charles Michel au Conseil européen: les scénarios pour le poste de Premier ministre

Le départ de Charles Michel rend deux « top jobs » belges vacants : le Seize et la présidence du MR

Article réservé aux abonnés
Chef du service Politique Temps de lecture: 5 min

Le départ de Charles Michel est certainement une bonne nouvelle pour lui, mais c’en est une nettement moins bonne pour le gouvernement fédéral déjà déplumé et pour son parti. Voyons la suite des opérations.

Qui va remplacer Charles Michel au gouvernement ? Commençons par une précision importante : Charles Michel ne prendra officiellement ses fonctions que le 1er décembre. Le grand jeu de domino ne devrait donc pas s’enclencher cet été. Mais s’il n’y a pas de gouvernement de plein exercice d’ici là, le départ du Premier ministre, Charles Michel va déplumer encore davantage un exécutif qui l’était déjà largement.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

8 Commentaires

  • Posté par Lambotte Serge, mercredi 3 juillet 2019, 0:44

    Président du parti MR . Premier ministre Belge . Président du conseil Européen.Et le décumul dans tout cela?

  • Posté par Geselle Nicolas, mercredi 3 juillet 2019, 10:48

    Avez-vous lu l'article? On parle justement du fait que lorsqu'il entrera en fonction à l'Europe (ce qui n'est pas encore le cas) il devra laisser son poste de Premier et du dirigeant de parti.

  • Posté par Gabriel Jacqueline, mardi 2 juillet 2019, 23:44

    il me semblait que M. Michel avait répondu jeudi à la RTBF (après le journal de 19h30')qu'en ce qui le concerne l'Europe, il n'était nullement question de sa candidature? Encore une fois, il mange sa parole!

  • Posté par Gilson Jacques, vendredi 12 juillet 2019, 12:57

    Mangé sa parole ? Soyons objectif : il n'avait rien promis. Juste dit qu'il ne présentait pas sa candidature. Il n'avait pas non plus promis de refuser un poste européen.

  • Posté par Dechamps Pascal , mardi 2 juillet 2019, 22:16

    En dépit du résultat non équivoque des élections, la droite rempile aux postes qui comptent. L'extrême droite à un boulevard devant elle pour le prochain scrutin

Plus de commentaires

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs