Suspicion de fraude dans le milieu du football: la défense de Malines parle de «deux poids deux mesures»

@News
@News

Les plaidoiries se sont poursuivies mardi à l’Eurovolleycenter de Vilvorde devant la Cour belge d’arbitrage pour le sport (CBAS), dans le cadre du match de football FC Malines/Waasland-Beveren du 11 mars 2018 suspecté d’avoir été truqué. La défense du FC Malines a plaidé l’irrecevabilité de la procédure.

Le mois dernier, la chambre d’appel de la commission des litiges de l’Union belge de football (URBSFA) avait acquitté Waasland-Beveren tandis que Malines avait été privé de son titre en D1B et de sa promotion en D1A, et avait aussi été privé de Coupe de Belgique et de Coupe d’Europe, le club étant qualifié pour l’Europa League grâce à sa victoire en Coupe de Belgique.

Selon Joost Everaert, l’avocat du FC Malines, il y a deux poids deux mesures dans la décision de la chambre d’appel de la commission des litiges. Il a pointé plusieurs lacunes dans les motivations du jugement et a contesté la légalité des écoutes téléphoniques. Il a en outre répété que la dégradation de Malines ne serait juridiquement pas correcte.

Waasland-Beveren a également comparu mardi devant la CBAS. Kristof De Saedeleer, l’avocat du club waeslandien, a critiqué « l’opportunisme » de Lokeren, qui demande la dégradation de Waasland-Beveren, ce qui assurerait son maintien en D1A. « C’est un jeu dangereux qui ouvre la boîte de Pandore », dit-il.

L’avocat de Dirk Huyck, président de Waasland-Beveren, a aussi pris la parole. Il a admis que Dirk Huyck, suspendu un an avec sursis, aurait dû faire part de la tentative de corruption de Dejan Velkovic, l’agent de joueurs au centre de ces affaires. Mais Dirk Huyck est par ailleurs innocent, avance son défenseur.

La défense de Dejan Veljkovic a également comparu mardi, précisant que Dejan Veljkovic ne pouvait faire de déclaration étant donné son statut de repenti.

Les avocats des administrateurs malinois Olivier Somers et Thierry Steemans ont également pris la parole, ainsi que la défense de l’agent de joueurs Walter Mortelmans.

Le président de la CBAS Marc Boes a ensuite clôturé les débats.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. PHOTONEWS_10722386-053

    La taxe de congestion divise la majorité bruxelloise

  2. Caroline Désir, ministre de l’Enseignement.

    Coronavirus: calme, vigilance et hygiène de mise dans les écoles pour la rentrée lundi

  3. d-20200129-3YKG2R 2020-01-29 15:26:34

    Brexit: l’Irlande a-t-elle crié victoire trop vite?

La chronique
  • La fable du matoufé et du guacamole

    L’hiver est là et il nous donne une bonne raison de manger des plats que les diététiciens réprouvent. Vous connaissez sans doute le matoufé, cette omelette généreuse enrichie de lardons, de farine et de lait. Une préparation « émouvante par sa simplicité », s’en émerveille la Royale Confrérie du Matoufé de Marche-en-Famenne, où je suis né. Mon père m’en avait légué la recette un jour où il pensait sérieusement à sa postérité.

    Posés sur les tranches du pain croustillant tout juste sorti du four à bois de ma mère, ces œufs brouillés étaient une partie de mon « chez moi ». Avec le sanglier « qui a une longueur d’avance », l’eau ferrugineuse des pouhons célébrés par Guillaume Apollinaire et les anecdotes que mon père puisait dans son livre culte, Dure Ardenne, d’Arsène Soreil.

    J’ai parlé de ce plat, et je l’ai parfois même préparé, au gré de mes voyages. Il avait ce goût simple, rustique, rassurant, qui, dans toutes les cultures, évoque la chaleur du cocon familial, les grandes tablées après la moisson, le foot ou...

    Lire la suite

  • Les dangereuses conséquences politiques du coronavirus

    Le coronavirus est d’abord et avant tout un défi sanitaire mondial, évidemment. Avec un questionnement scientifique et la mise en place nécessaire de mesures à la fois fortes et proportionnées pour endiguer l’épidémie. Mais la maladie, qui est installée désormais au centre de l’attention de toute la planète, est, et de plus en plus, un révélateur démocratique. Quand on voit, de Rome à Paris en passant par Pékin, comment le virus s’invite sur la scène politique et les dégâts qu’il y fait, on s’inquiète autant, si pas plus, à ce propos que...

    Lire la suite