Suspicion de fraude dans le milieu du football: la défense de Malines parle de «deux poids deux mesures»

@News
@News

Les plaidoiries se sont poursuivies mardi à l’Eurovolleycenter de Vilvorde devant la Cour belge d’arbitrage pour le sport (CBAS), dans le cadre du match de football FC Malines/Waasland-Beveren du 11 mars 2018 suspecté d’avoir été truqué. La défense du FC Malines a plaidé l’irrecevabilité de la procédure.

Le mois dernier, la chambre d’appel de la commission des litiges de l’Union belge de football (URBSFA) avait acquitté Waasland-Beveren tandis que Malines avait été privé de son titre en D1B et de sa promotion en D1A, et avait aussi été privé de Coupe de Belgique et de Coupe d’Europe, le club étant qualifié pour l’Europa League grâce à sa victoire en Coupe de Belgique.

Selon Joost Everaert, l’avocat du FC Malines, il y a deux poids deux mesures dans la décision de la chambre d’appel de la commission des litiges. Il a pointé plusieurs lacunes dans les motivations du jugement et a contesté la légalité des écoutes téléphoniques. Il a en outre répété que la dégradation de Malines ne serait juridiquement pas correcte.

Waasland-Beveren a également comparu mardi devant la CBAS. Kristof De Saedeleer, l’avocat du club waeslandien, a critiqué « l’opportunisme » de Lokeren, qui demande la dégradation de Waasland-Beveren, ce qui assurerait son maintien en D1A. « C’est un jeu dangereux qui ouvre la boîte de Pandore », dit-il.

L’avocat de Dirk Huyck, président de Waasland-Beveren, a aussi pris la parole. Il a admis que Dirk Huyck, suspendu un an avec sursis, aurait dû faire part de la tentative de corruption de Dejan Velkovic, l’agent de joueurs au centre de ces affaires. Mais Dirk Huyck est par ailleurs innocent, avance son défenseur.

La défense de Dejan Veljkovic a également comparu mardi, précisant que Dejan Veljkovic ne pouvait faire de déclaration étant donné son statut de repenti.

Les avocats des administrateurs malinois Olivier Somers et Thierry Steemans ont également pris la parole, ainsi que la défense de l’agent de joueurs Walter Mortelmans.

Le président de la CBAS Marc Boes a ensuite clôturé les débats.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Chaque jour, un «
prix maximum autorisé
» est un plafond, propre à la Belgique, que les enseignes n’ont pas le droit de dépasser. Il est calculé et communiqué chaque jour ouvrable par le SPF Economie.

    Carburant: pourquoi les prix varient-ils d’une station à l’autre?

  2. Des missiles balistiques intercontinentaux RS-24 défilent sur la Place Rouge, à Moscou, le 7 mai 2019.

    Faut-il craindre les «supermissiles» de Vladimir Poutine?

  3. L’expédition commence place Dumon, à Wolume-Saint-Pierre, avec le tram 39 – un vieux modèle.

    Le tour de Bruxelles en mobilité partagée: «Le Soir» a tenté l’expérience

La chronique
  • Vous avez de ces mots: {L’Ardenne} ou {les Ardennes}?

    Morphologie et géographie

    Un billet de cette chronique a fait le point récemment sur les marques du nombre dans les noms propres. Si la règle générale prône l’invariabilité, elle connaît de nombreuses exceptions, y compris dans des noms de pays ou de régions. Depuis longtemps, le pluriel s’est imposé dans les Amériques, les Antilles ou les Pouilles  ; à date plus récente sont apparus les deux Congos, les deux Corées, les deux Vietnams. Peut-être sera-t-il question demain des deux Belgiques.

    Vu l’abondance de matière, d’autres toponymes ont été prudemment mis en réserve… en attendant que le loup sorte du bois. Cela vient de se produire le week-end dernier dans le magazine Sosoir, compagnon de votre quotidien...

    Lire la suite

  • Climat: rien n’est fait. Tout reste à prouver

    On en sait qui feront les comptes : 75 à 95.000 début décembre 2018, 75.000 fin janvier 2019, 15 à 20.000 en septembre 2019. Et qui en tireront des conclusions sur un essoufflement du mouvement climatique en Belgique. Plus aisé à faire – mais totalement réducteur – que de se frotter au monde complexe, emporté, contradictoire, désespéré parfois de la mobilisation climatique aujourd’hui.

    Depuis près d’un an, et pas seulement à Bruxelles, des centaines de milliers de personnes ont défilé pour...

    Lire la suite