«Une fierté pour la Belgique»: les politiques félicitent Charles Michel pour son poste au Conseil européen

Charles Michel succède à Donald Tusk, président du Conseil européen.
Charles Michel succède à Donald Tusk, président du Conseil européen. - Reuters

L’élection du Premier ministre belge Charles Michel à la présidence du Conseil européen a été saluée par plusieurs personnalités politiques belges sur les réseaux sociaux mardi soir. Le ministre des Affaires étrangères Didier Reynders (MR) l’a notamment félicité « pour cette opportunité de défendre le projet européen ».

L’élection de Charles Michel a surtout suscité de l’enthousiasme auprès des responsables libéraux. Sophie Wilmès, ministre fédérale du Budget et de la Fonction publique, évoque « une fierté pour la Belgique » tandis que le ministre-président wallon Willy Borsus considère cette nomination comme « un challenge d’une extraordinaire importance au cœur du projet européen ».

Charles Michel à la tête du Conseil européen : « Une grande responsabilité que je remplirai avec engagement »

La présidente de l’Open Vld Gwendolyn Rutte se réjouit également du choix d’un « jeune dirigeant libéral ».

Le leader du CD&V Wouter Beke, qui a prêté serment mardi en tant que nouveau ministre fédéral de l’Emploi, de l’Economie et des Consommateurs, félicite également son « ami en politique ».

>> Deux femmes, deux hommes : les quatre nouveaux visages de l’Union européenne

La pique de Zakia Khattabi

Le député N-VA Theo Francken, ancien secrétaire d’Etat au sein du gouvernement Michel, souligne lui les compétences de Charles Michel pour cette fonction européenne.

La coprésidente d’Ecolo Zakia Khattabi se montre par contre plus critique. « La N-VA perd donc son meilleur allié », écrit-elle sur Twitter.

Charles Michel succédera en décembre à M. Tusk, qui avait pris la relève d’un autre Belge, Herman Van Rompuy.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. L’état de santé de Julian Assange inquiète le Rapporteur de l’ONU sur la torture, Nils Melzer, qui affirme que «sa vie est désormais en danger».

    L’abandon de l’enquête pour viol contre Assange en Suède ne change pas grand-chose

  2. Vue aérienne de la colonie de Beitar Illit en Cisjordanie.

    Les colonies juives ne sont plus illégales pour les USA: quand Trump s’assied sur le droit international

  3. « Quand je fais des voix de personnages animés, ça me remet en connexion avec mes années étudiant, une très belle période. »

    Dany Boon alias Olaf dans «La Reine des neiges»: «Il y a beaucoup du monde de l’enfance»

La chronique
  • Royaume-Uni: Levido et Milne, les faux frères ennemis des élections

    Par Marc Roche

    Deux personnages au visage banal, discrets jusqu’à la transparence, sans charisme, ni faconde, qui sont, dans l’ombre, les hommes clefs de l’élection législative du 12 décembre au Royaume-Uni. Et le symbole de la revanche des radicaux sur les tenants du juste milieu.

    L’Australien Isaac Levido, 35 ans, et l’Anglais Seumas Milne, 61 ans, sont les gourous électoraux respectivement de Boris Johnson et de Jeremy Corbyn. Les mécaniciens en chef de la bataille électorale détiennent beaucoup plus de puissance réelle que les membres du Cabinet ou du gouvernement fantôme. Ils ont l’accès le plus direct, le plus fréquent et le poids le plus perceptible auprès des deux principaux protagonistes du scrutin.

    Tout apparemment différencie les deux frères...

    Lire la suite

  • Mesdames, Messieurs, la Commission! Enfin…

    On croyait que les affaires courantes étaient une spécialité belge. Mais depuis un mois, on a découvert que l’Europe nous les enviait au point de les adopter. La Commission von der Leyen, qui devait entrer en fonction le premier novembre dernier, est en effet restée dans les paddocks bruxellois faute d’être au complet.

    Mais ces affaires courantes, qui font déjà mauvais genre chez nous, faisaient carrément tache pour une Union européenne déjà accusée de paralysie quand la Commission est de plein...

    Lire la suite