Julie Allemand heureuse: «On ne voulait vraiment pas rentrer à la maison» (vidéo)

@Belga
@Belga

Auteur de 25 points et après avoir tenu l’équipe à bout de bras en début de rencontre, Julie Allemand savourait sa prestation contre la Slovénie en barrage (72-67) ouvrant les portes des quarts de finale de l’Euro de basket féminin mardi à Belgrade en Serbie. Ce succès maintient aussi intactes les chances de qualification pour l’un des tournois pré-olympiques (top 6).

« Nous avons un rêve (olympique, ndlr), et nous avons montré qu’on voulait vraiment aller le chercher », déclare Julie Allemand. « Il ne suffit pas de le dire. Il faut le faire sur le terrain. On n’était pas prête au début puis on est revenue petit à petit et la confiance est revenue peu à peu. Je suis fière de mon équipe parce que nous ne voulions pas commettre les mêmes erreurs que contre la Serbie. Et ce match-là, finalement, nous a bien aidés aujourd’hui. Il faut être honnête, on ne reproduit pas le basket de Tenerife (à la Coupe du monde l’an dernier, ndlr). Notre réussite aux shoots n’est pas aussi élevée, des filles commencent par douter, et moi la première. Cela va peut-être servir de déclic parce que c’est un nouveau championnat qui a commencé comme nous a dit le coach. Là, on a gagné le premier match. Il faut encore en gagner un. On ne voulait vraiment pas rentrer à la maison demain, cette victoire va faire du bien. »

Se profile un quart de finale contre les Françaises jeudi (18h00) à Belgrade pour la championne de France. Julie Allemand a en effet décroché avec Lyon ASVEL fin mai le premier titre de son histoire. Le match suivant, en demi ou en barrage, se jouera contre la Hongrie ou la Grande-Bretagne.

« C’est toujours motivant de jouer contre la France, je les aime bien. Mais peu importe l’adversaire, c’est un quart de finale. On doit rester soudé et se soutenir les unes les autres. Encore aujourd’hui, on peut dire merci à Emma. Elle se fait massacrer par les Slovènes, mais elle nous aide énormément et on a besoin de tout le monde parce que la route est encore longue. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Quatre heures et cinq minutes
: c’est la durée du rapport que Joachim Coens (CD&V) et Georges-Louis Bouchez (MR) ont fait au roi Philippe mardi après-midi. © Belga.

    Négociations fédérales: ultime pression sur le PS pour se lancer avec la N-VA

  2. La connivence entre Trump et Netanyahou s’est affichée mardi à Washington.

    Proche-Orient: le plan «de paix» de Trump comble Netanyahou d’aise

  3. © Belga.

    Comment concrètement reconnaître Delphine? Nouveau désaccord…

La chronique
  • Chez les Britanniques, le départ d’Harry et Meghan anime plus que le Brexit

    Par Marc Roche

    Il y a en ce moment au 10 Downing Street un homme épanoui. Boris Johnson arbore l’air réjoui et apaisé de celui à qui Dame Fortune rend enfin belle et bonne justice après lui avoir fait si longtemps antichambre. Le Premier ministre irradie littéralement de plaisir. On le comprend. Lui qui a toujours abhorré la construction européenne se retrouve au centre de la fête du départ officiel de l’Union européenne prévu pour le 31 janvier.

    Mais quelle fête au juste ? A part une toute nouvelle pièce de monnaie de 50 pence commémorant l’événement, le largage des amarres passe inaperçu. La reprise de la course solitaire au grand large succédant à plus de quatre décennies d’arrimage au Vieux continent ne donne lieu à aucune célébration populaire. Ni feu d’artifice, ni street parties. Le début d’une ère nouvelle est marqué dans l’indifférence générale des sujets de Sa Majesté.

    Un...

    Lire la suite

  • Par Béatrice Delvaux Editorialiste en chef

    Delphine Boël reconnue par Albert II: ainsi soit-elle!

    Delphine Boël est la fille du roi Albert II. La belle affaire ! Il n’y avait plus que le roi pour le nier. Contre l’évidence – son comportement passé envers cette petite fille, sa propre connaissance des liens qui l’unissaient à elle – et contre toute sagesse. Mais surtout contre tout respect pour son enfant. Et c’est là toute la disgrâce de cette histoire.

    Aujourd’hui, Albert II déclare dans un communiqué qu’il veut mettre un terme « dans l’honneur et la dignité » à cette « ...

    Lire la suite