Julie Allemand heureuse: «On ne voulait vraiment pas rentrer à la maison» (vidéo)

@Belga
@Belga

Auteur de 25 points et après avoir tenu l’équipe à bout de bras en début de rencontre, Julie Allemand savourait sa prestation contre la Slovénie en barrage (72-67) ouvrant les portes des quarts de finale de l’Euro de basket féminin mardi à Belgrade en Serbie. Ce succès maintient aussi intactes les chances de qualification pour l’un des tournois pré-olympiques (top 6).

« Nous avons un rêve (olympique, ndlr), et nous avons montré qu’on voulait vraiment aller le chercher », déclare Julie Allemand. « Il ne suffit pas de le dire. Il faut le faire sur le terrain. On n’était pas prête au début puis on est revenue petit à petit et la confiance est revenue peu à peu. Je suis fière de mon équipe parce que nous ne voulions pas commettre les mêmes erreurs que contre la Serbie. Et ce match-là, finalement, nous a bien aidés aujourd’hui. Il faut être honnête, on ne reproduit pas le basket de Tenerife (à la Coupe du monde l’an dernier, ndlr). Notre réussite aux shoots n’est pas aussi élevée, des filles commencent par douter, et moi la première. Cela va peut-être servir de déclic parce que c’est un nouveau championnat qui a commencé comme nous a dit le coach. Là, on a gagné le premier match. Il faut encore en gagner un. On ne voulait vraiment pas rentrer à la maison demain, cette victoire va faire du bien. »

Se profile un quart de finale contre les Françaises jeudi (18h00) à Belgrade pour la championne de France. Julie Allemand a en effet décroché avec Lyon ASVEL fin mai le premier titre de son histoire. Le match suivant, en demi ou en barrage, se jouera contre la Hongrie ou la Grande-Bretagne.

« C’est toujours motivant de jouer contre la France, je les aime bien. Mais peu importe l’adversaire, c’est un quart de finale. On doit rester soudé et se soutenir les unes les autres. Encore aujourd’hui, on peut dire merci à Emma. Elle se fait massacrer par les Slovènes, mais elle nous aide énormément et on a besoin de tout le monde parce que la route est encore longue. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le nouveau ministre des pouvoirs locaux, Pierre-Yves Dermagne, a annoncé qu’il allait demander des explications aux CA de Nethys et Enodia.

    Brutélé sur la vente discrète de Voo par Nethys: «On est considéré comme une partie négligeable»

  2. tshisekedi

    Félix Tshisekedi au «Soir»: «Ce n’est pas normal que le Congo soit l’un des pays les plus pauvres du monde»

  3. François Desquesnes et le CDH partagent les ambitions de la majorité, mais dénoncent un manque de clarté.

    François Desquesnes (CDH): «Le texte du PS, du MR et d’Ecolo pour la Wallonie tourne autour du pot»

La chronique
  • Vive le furlong!

    Pour retrouver la canicule, plongeons-nous un moment dans la tête de Boris Johnson.

    A quoi ressemblera dans son esprit la Grande-Bretagne après qu’elle ait fermé les volets et les mille sabords pour que rien ne vienne plus souiller les mocassins à glands des sujets de Sa Gracieuse Majesté ?

    A propos d’Elisabeth II, justement. Symbole essentiel de la Grande-Bretagne à l’ancienne que les Brexiters veulent reconstituer. Elle restera évidemment reine de la quinzaine d’Etats du Commonwealth dont elle est la cheffe d’Etat (dont l’Australie et le Canada). Mais, pour marquer le retour à la Belle Epoque, elle reprendra le titre d’Impératrice des Indes. Ça ne coûte pas cher et quelques gogos d’électeurs n’y verront que du feu. Permettant de sortir du placard ce magnifique slogan de jadis : un empire sur lequel le soleil ne se couche jamais – ce qui au passage permet de supprimer l’heure d’été, c’est toujours ça d’économisé.

    ...

    Lire la suite

  • «Nous avons une obligation de résultats»: chiche!

    Nous avons désormais une obligation de résultats. » Elio Di Rupo parlait d’or devant ses militants jeudi soir à Namur. Cette phrase vaut d’ailleurs au premier chef pour le (l’ex ?) président du PS qui s’est couronné ministre-président wallon et a mené les négociations menant à l’accord de gouvernement. Mais elle s’applique tout autant aux deux autres partis qui forment le nouvel arc-en-ciel.

    Se serrer les coudes...

    Lire la suite