Libye: près de 40 morts dans une frappe contre un centre de migrants

Frappe aérienne contre un centre de détention de migrants à Tripoli
Frappe aérienne contre un centre de détention de migrants à Tripoli - Reuters

Près de 40 migrants ont été tués et plus de 70 autres blessés dans une frappe aérienne contre un centre de détention dans la banlieue de la capitale libyenne Tripoli, a indiqué un porte-parole des services de secours.

« Il s’agit d’un bilan préliminaire. Le bilan pourrait s’aggraver », a ajouté ce porte-parole, Osama Ali. Selon lui, 120 migrants étaient détenus dans le hangar qui a été atteint de plein fouet par la frappe.

Un photographe de l’AFP a constaté que plusieurs corps gisaient sur le sol du hangar, tandis que les ambulances se précipitaient sur place. Des responsables du centre ont attribué le raid aux forces du maréchal Khalifa Haftar, faisant état de dizaines de morts.

Sur son compte Twitter, le bureau du Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) s’est dit « extrêmement préoccupé » par des informations sur des frappes aériennes contre le centre de détention de Tajoura, et « sur la mort de réfugiés et de migrants ».

La frappe contre le centre des migrants n’a pas été revendiquée mais des médias pro-Haftar ont fait état mardi soir d’une « série de raids aériens » à Tripoli et Tajoura. Les agences de l’ONU et organisations humanitaires rappellent régulièrement leur opposition à ce que les migrants arrêtés en mer soient ramenés en Libye, en proie au chaos depuis la chute de Mouammar Kadhafi en 2011, et où ils se retrouvent placés « en détention arbitraire » ou à la merci de milices.

Leur situation est devenue plus critique depuis le début de l’offensive militaire le 4 avril du maréchal Khalifa Haftar, homme fort de l’est libyen, pour conquérir Tripoli, siège du Gouvernement d’union nationale (GNA) reconnu par la communauté internationale.

La mission d’appui de l’ONU en Libye (Manul) a maintes fois exprimé son inquiétude sur le sort d’environ 3.500 migrants et réfugiés « en danger dans des centres de détention situés près de zones d’affrontements ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le 45e sommet du G7 ......

    C’est déjà décidé: il n’y aura pas d’accord au sommet du G7

  2. «
Maman a été très présente et a joué un rôle super important, mais elle a su se mettre en retrait et nous permettre de vivre cela avec papa, parce qu’on en avait besoin. Donc oui, je remercie vraiment mes deux parents.
»

    Olivia Borlée arrête sa carrière: «Mon corps ne suit plus»

  3. En fin de match, Kompany, blessé, a encouragé les siens comme Cristiano Ronaldo en finale de l’Euro 2016. Mais avec moins de réussite...

    Anderlecht: 2 sur 15 pour «la meilleure équipe de Belgique»...

La chronique
  • Vous avez de ces mots: La parlure des {ceux de chez nous}

    Entre wallon et français

    Le précédent billet de cette chronique vous a rappelé pourquoi les œuvres d’Arthur Masson, qui comportent du français et du wallon, ne peuvent pas être considérées comme un langage mixte. L’auteur distingue soigneusement les deux langues, en les faisant alterner selon les personnages ou les circonstances du récit. Il nous faut donc chercher ailleurs l’équivalent du bruxellois « beulemans », dans lequel français et flamand sont parfois imbriqués au sein d’une même phrase ou d’une même expression.

    Cet équivalent existe, mais il n’est plus guère connu aujourd’hui que de quelques spécialistes des productions régionales et d’un lectorat moins jeune encore que celui qui a apprécié la Toinade d’Arthur Masson. Il s’agit d’une littérature essentiellement liégeoise de par l’origine des auteurs et le décor des romans ou nouvelles. Elle est écrite dans une langue dont la base est incontestablement...

    Lire la suite

  • L’Amazonie en feu: Sa forêt? Nos poumons!

    Alors, #prayforamazonas. #prier pour l’Amazonie. C’est en apparence tout ce qu’il nous reste à faire. Car entre la bêtise du président (élu) d’un des plus grands pays de la planète (Jair Bolsonaro) et l’incapacité répétée des grands dirigeants du monde de faire bloc, il n’y a plus guère de place que pour l’incantation.

    Un ciel jaunâtre éclipse São Paulo, une eau de pluie noire déferle sur la ville brésilienne, et nous croisons les doigts. 74.000 feux ont été comptabilisés depuis janvier au Brésil,...

    Lire la suite