Accueil Économie

Uberiser n’est pas partager

Uberpop suspend ses activités en France, poussé par le gouvernement. En Belgique, le service est illégal mais poursuit ses activités. L’américain se pose pourtant en chargé de communication de l’économie de partage. Bouc émissaire ou vrai coupable ?

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Economie Temps de lecture: 5 min

L’économie collaborative à la cote. Normal : partager sa maison, sa voiture, sa nourriture, ses talents… C’est sympathique, utile, et par les temps qui courent, vital parfois. Pourtant ambassadeur de choc de cette nouvelle tendance depuis plusieurs mois, l’américain Uber a suspendu vendredi soir les activités de son service de covoiturage entre particuliers, UberPop, en France. « Nous voulons préserver la sécurité de nos chauffeurs », dixit le porte-parole de l’entreprise. Jeudi dernier, des manifestations violentes avaient éclaté dans plusieurs villes françaises. Des chauffeurs de taxis s’en étaient pris à des chauffeurs UberPop. Le ministre français de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, avait donc « effectivement », via un arrêté, interdit les activités d’Uber dans l’Hexagone. Chez nous, le service de covoiturage entre particuliers a également été jugé illégal, ce qui n’empêche pas ses chauffeurs de conduire toujours un nombre croissant de passagers dans la capitale.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Économie

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs